Saint-Sacrement-St-Paul-en-Foret.jpg

La Prière d’adoration devant le Tabernacle de l’Autel « Je Vous adore, ô Jésus, mon Divin Captif, que l'Amour enchaine à cet Autel dans le Tabernacle » de Mademoiselle Léonie Guillemaut :

« Je Vous adore, ô Jésus, mon Sauveur et mon Dieu, Divin Captif, que l'Amour enchaine à cet Autel ; je les baise, Seigneur, ces liens sacrés qui nous assurent à jamais votre Présence, qui Vous retiennent au milieu de nous et font jouir les pauvres exilés de la terre de la Présence du Dieu qu'ils espèrent posséder dans le Ciel. Ah ! Que ces liens de l'amour me lient à jamais à Vous, ô mon Jésus, qu'ils enchaînent mon cœur à votre Autel, qu'ils le rivent à votre Tabernacle ; je veux les porter, les porter toujours, ces deux chaînes de l'amour ; elles me sont chères ; elles sont glorieuses, et mon bonheur et ma gloire seront désormais d'être captive du Dieu que la Charité a rendu mon captif. Où trouver des paroles pour Vous exprimer mon ardente reconnaissance, ô Dieu si bon de l'Eucharistie, Vous qui, pour me délivrer d'une éternelle captivité, Vous êtes chargé de mes crimes, en avez pris sur Vous la responsabilité et avez acquitté ma dette, en sacrifiant Votre liberté et Votre vie. Pauvre, dénué de tout, dépouillé de tout bien, que pouvais-je offrir à votre Père, ô mon Jésus, pour l'acquit de ma dette ? Hélas ! J’étais insolvable, je ne pouvais offrir à sa Justice aucune satisfaction, capable de la fléchir, et je n'avais à attendre d'elle que des châtiments justement mérités et une éternelle réprobation ; mais Vous avez eu pitié de ma misère, ô mon Sauveur ; touché de mon malheur, votre Cœur s'est ouvert pour m'envelopper de sa Miséricorde, et prenant sur Vous toutes mes fautes, Vous avez dit à la Justice de votre Père : Épargnez-la et frappez-moi. Et, comme si Vous eussiez été coupable, ô mon Jésus, Sa main s'est appesantie sur Vous ; Vos larmes, Votre sang ont coulé, Votre vie a été sacrifiée, et moi, qui seule étais coupable, j'ai été épargnée. Voilà ce que Vous avez fait pour moi, avant que j'eusse un cœur pour Vous aimer, une voix pour Vous bénir et Vous rendre grâces de tant d'amour et de générosité. Et maintenant, Seigneur, si Vous restez là, si Vous êtes captif sur cet Autel, n'est-ce pas encore pour être, comme un paratonnerre, placé entre le Ciel et moi. Je pèche, et Votre bras arrête Celui de votre Père tout prêt à me frapper ; mon ingratitude L'irrite, et, malgré mon indifférence, Vous m'ouvrez un asile dans votre Cœur, Vous m'abritez dans Vos plaies ; tous les jours je contracte de nouvelles dettes envers la Justice de votre Père, et tous les jours, en coulant sur cet Autel, Votre sang les paie et m'obtient mon pardon. Voilà, ô mon Jésus, ce que Vous faites pour moi, ce que Vous faites pour nous tous ; comment nos cœurs pourront-ils reconnaître tant de Bienfaits ? Comment suffiront-ils à Vous payer le juste tribut de leur reconnaissance et de leur amour ? Ah ! Si les hommes étaient reconnaissants, leur vie leur paraîtrait trop courte pour Vous remercier de vos Bienfaits ; on les verrait entourer à l'envi vos Autels, saintement empressés de Vous offrir l'hommage de leurs adorations ; l'amour les enchaînerait à Vos pieds ; les heures, passées avec Vous, seraient pour eux des heures de bonheur ; le devoir seul les forcerait à se priver de votre Présence adorée, et, en Vous quittant, ils emporteraient avec eux le désir et l'espoir de revenir bientôt. Mais, hélas, ô mon Dieu, vos Temples sont déserts, vos Autels abandonnés, les Anges seuls se pressent autour du Tabernacle ; la foule oublieuse passe, passe insouciante à la porte de votre Temple où Vous restez abandonné. On gaspille le temps, on le perd en visites inutiles, en conversations frivoles, en plaisirs dangereux et souvent coupables ; mais ce temps qu'on prodigue sans regrets, qu'on dépense si largement pour son intérêt ou ses passions, on en est avare avec Vous ; on en a pour le monde, pour la vanité, pour le plaisir, on n'en a point pour Vous, pour le Dieu qui nous donne le temps et nous attend dans l'Éternité. Ah ! Si Vos mains divines s'ouvraient pour distribuer les biens périssables de la terre, si l'on avait à attendre de Vous la gloire et les grandeurs humaines, la foule des solliciteurs encombrerait vos Temples, ô mon Jésus, toutes les mains se tendraient vers Vous, tous les fronts s'inclineraient devant votre Tabernacle, et chacun aurait du temps pour venir Vous demander Vos biens, dont le cœur de l'homme est follement avide ; mais parce que Vous n'offrez que les Biens de la Grâce, parce que Vous n'enrichissez que les âmes et ne promettez que les Gloires de l'Éternité, le monde dédaigne Vos promesses, il refuse Vos bienfaits, ne veut point des seuls biens réels, et, tout occupé de sa cupidité et de ses passions, il Vous abandonne et va chercher loin de Vous les moyens de les satisfaire. Votre Cœur souffre de cet abandon, ô mon Jésus, Il languit, Il se consume d'amour pour les ingrats qui Vous délaissent, Il les appelle, et, dans la solitude de son Tabernacle, Il ne cesse de solliciter pour eux des Grâces de Conversion et de Repentir. Oui, mon Jésus, votre Charité est plus grande que leur ingratitude, votre Cœur est encore pour eux le cœur d'un père et d'un ami, Vous les bénissez et les aimez encore, et, du fond de Votre prison d'amour, Vous offrez à votre Père cette longue captivité, à laquelle Vous Vous êtes condamné pour eux, afin de leur obtenir le temps de faire Pénitence et de revenir à Vous. Mais ce Cœur adorable qui plaide la cause des pécheurs, semble du fond de ce Tabernacle s'adresser aussi à nous, et nous dire, comme autrefois le Divin Maître disait à ses Apôtres : Et vous, voulez-vous aussi m'abandonner ? Non, non, ô mon Jésus, nous ne le voulons pas ; nos cœurs sont à Vous pour jamais, l'amour les lie à votre Cœur, à votre Eucharistie. Et où irions-nous, Seigneur, pour trouver les Biens que nous trouvons en Vous. N'êtes-Vous pas la Vérité qui nous éclaire, la Voie où nous marchons en assurance, la Vie dont nous vivons ? N'êtes-Vous pas encore la Force qui soutient notre faiblesse, le Trésor qui supplée à Votre indigence, la Joie qui allège toutes nos douleurs ? Oh ! Nous voulons rester avec Vous, y rester dans le temps, y rester dans l'Éternité. Que le monde vante ses plaisirs, qu'il chante ses joies, qu'il se glorifie de ses trésors, nous n'envions aucun de ses bonheurs, le nôtre nous suffit : nous ne nous glorifions que des chaînes d'amour que nous portons pour Vous et qui nous lient à votre Eucharistie ; nous n'avons qu'un trésor, et ce trésor, c'est Vous, et sa possession éteint en nous toute autre ambition. Ô Marie, Vierge Immaculée, Vous dont le sein virginal a été le premier et le plus Saint Tabernacle du Dieu que nous adorons dans l'Eucharistie, Vous qui seule avez bien compris le Don que votre fils a fait à la terre, en voulant demeurer avec nous jusqu'à la consommation des siècles, prêtez-nous votre Cœur pour aimer Jésus dans son Eucharistie ; apprenez-nous le secret de ces divins entretiens qui charment son Cœur ; obtenez-nous ces Grâces, ces Lumières qui découvraient aux Saints Ses grandeurs, Ses amabilités infinies, qui les embrasaient d'amour pour Lui et faisaient trouver si courtes les heures qu'ils passaient à Ses pieds. Et puis, ô Tendre Mère, ayez pitié de l'indigence de Vos enfants, et quand Jésus veut bien nous visiter par la Communion, chargez-Vous Vous-même d'orner et d'embellir le pauvre tabernacle de notre cœur, en nous obtenant une ample participation à Votre esprit de Foi, d'Humilité, de Pureté et de Charité, afin qu'ils deviennent pour Lui une vraie prison d'amour, où Il se fixe pour toujours ».

Ainsi soit-il.


Mademoiselle Léonie Guillemaut - « Le Calvaire et l'Autel » ou « Quelques heures au pied du Tabernacle pendant l'Octave du Saint Sacrement », Entretien avec Jésus-Christ pour le Troisième Jour de l'Octave, p. 79-85, chez Périsse frères (1860)

Voir d’autres Prières d’adoration devant le Tabernacle de l’Autel dans « Toutes les Prières devant le Très Saint Sacrement de l’Autel » (plus d’une centaine)

Voir également de Mademoiselle Léonie Guillemaut :
- La Prière Mariale du Matin « Ô Marie, soyez toujours mon Astre tutélaire, ma Lumière et mon Guide » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à la Très Sainte Vierge Marie « Ô Marie, je Vous aime comme un enfant aime sa mère » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière de Protection au Saint Archange Raphaël « Ô Saint Ange Raphaël, nous Vous demandons humblement Votre Céleste Protection » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière aux Saints Anges « Ô Anges si Saints et si Purs, répandez dans mon âme Vos Célestes Inspirations » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière d’Intercession à la Vierge Marie pour la Paix « Ô Marie qui portez entre Vos mains Jésus, Auteur et Consommateur de la Paix véritable » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière de Consolation dans toutes nos afflictions « Ô Marie Consolatrice des affligés, jetez sur moi un Regard de pitié et d'amour » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière avant la Sainte Messe « Me voici, ô mon Dieu, prosterné à Vos pieds pour assister au plus Grand et au plus Saint de tous les Mystères » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Commencement de la Sainte Messe « Près de Vous, ô mon Dieu, mon âme se dilate et respire un air plus Pur, l'air du Ciel, l'air de la Patrie » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière du fils prodigue à son Père Miséricordieux « Ô mon Père, je suis cet enfant prodigue qui a dissipé loin de Vous tous les Biens qu'il tenait de votre Libéralité » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Confiteor du Prêtre à la Sainte Messe « Ô mon Dieu, Vous aurez pitié de ma misère car Vous ne rejetez pas un cœur contrit et humilié » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière pour dissiper toutes nos craintes « Ne craignez pas, ô mon Dieu, je ne suis plus cette âme ingrate qui Vous a si souvent offensé par le passé » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Kyrie Eleison à la Sainte Messe « Ô mon Dieu, ayez Pitié de nous tous ! » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Gloria in excelsis Deo à la Sainte Messe « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux que nous adorons et qui règne dans les siècles sans fin de l'Éternité » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière aux Oraisons de la Sainte Messe « La Prière véritable, ô mon Dieu, est le désir du cœur qui monte à Vous comme la fumée de l'encens pour redescendre ensuite en pluie de Grâces et de Bénédictions » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à la Lecture de l'Épître de la Sainte Messe « Ô mon aimable Sauveur, les Patriarches et les Prophètes ont soupiré après votre Venue » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à la Lecture de l'Évangile de la Sainte Messe « Ô mon Dieu, je marque mon front, mes lèvres et mon cœur du Signe Sacré de la Croix pour comprendre, croire, aimer et confesser les Vérités contenues dans le Saint Évangile » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière pour entendre la Voix de la Parole Divine « Faites, Seigneur, que mon cœur soit cette bonne terre de l'Évangile qui rend au centuple » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Credo à la Sainte Foi Catholique lors de la Sainte Messe « Ô mon Dieu, je Crois à cette Foi Divine que Vous m'avez donnée et qui m'attache à Vous » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au « Dominus vobiscum » du Saint Prêtre à la Sainte Messe « Ô mon Dieu, écoutez le souhait de votre Ministre » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à l'Offertoire du Saint Sacrifice de la Messe « Ô mon Dieu, je me donne et me consacre à Vous pour être comme votre Fils bien-aimé une victime sans cesse immolée à votre Gloire et à votre Amour » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Rite du Lavabo à la Sainte Messe « Ô mon Dieu, lavez dans le Sang de Jésus mon Sauveur toutes les tâches dont je suis souillé à vos yeux » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à la « Secrète » de la Sainte Messe « Ô mon Dieu, écoutez les soupirs qui s'échappent en ce moment des cœurs de tous ceux qui sont ici présents » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à la Préface de la Sainte Messe « Ô mon Dieu, qu'il est juste et équitable de Vous adorer et de Vous bénir avec les Habitants des Cieux » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Sanctus de la Sainte Messe « Béni soit notre bien-aimé Sauveur Jésus, qui vient pour glorifier son Père et notre Père par le Sacrifice de Lui-même » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Canon sur le Saint Sacrifice de la Messe « Jetez, ô mon Dieu, un Regard de Miséricorde sur votre Sainte Église Catholique » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Memento du Saint Sacrifice de la Messe « Après Vous avoir prié pour l'Église en général, souffrez, ô mon Dieu, que mon cœur s'épanche encore en votre Présence » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à l'Élévation du Saint Sacrifice de la Messe « Je Vous adore, ô mon Jésus, Victime Pure et Immaculée, immolée pour le Salut du monde » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Memento des Morts au Purgatoire « Écoutez, ô mon Dieu, la voix de votre Église militante de la terre qui Vous prie pour l'Église souffrante du Purgatoire » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Pater du Saint Sacrifice de la Messe « Ô mon Dieu, soyez mon Père et faites que je sois vraiment Votre enfant » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à l'Agnus Dei du Saint Sacrifice de la Messe « Je Vous adore, Agneau Divin immolé pour le Salut du monde » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière pour être prêt à recevoir la Sainte Communion « Je Vous désire, ô mon Jésus, avec plus d'ardeur que le cerf altéré ne désire l'eau des fontaines » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière de Réparation des Communions Sacrilèges « Ô mon Jésus, comment Vous offrir une Réparation qui égale les injures, les mépris, les outrages, les profanations et les blasphèmes que Vous recevez dans le Sacrement de votre Amour ? » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à la Sainte Communion au Saint Sacrifice de la Messe « Ô mon Jésus, venez à moi qui ne suis pas assez Pur pour aller à Vous » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière pour répondre à la Divine Amitié de Jésus-Christ « Ô Jésus, mon Divin Ami, comme les disciples d'Emmaüs, je Vous ai reconnu à la fraction du Pain » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à Jésus-Christ dans l'Eucharistie « Je L'ai mangé, Seigneur, ce Fruit Divin qui préserve de la mort et qui donne la Vie Divine de la Grâce et de l'Amour » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière sur l’Amour de Dieu dans l’Eucharistie « Ô mon Jésus, qu’il est doux de sonder et de mesurer toute la profondeur, toute la hauteur, l'étendue et l'immensité de Votre Amour pour Sa pauvre et misérable créature » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière après la Sainte Communion « Oui, je crois à l'Amour du Dieu si Bon de l'Eucharistie » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière pour rendre Grâce après la Sainte Communion « Soyez Béni, ô Jésus, mon Seigneur et mon Dieu » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière sur l'Eucharistie seul Bonheur de la terre « Votre Amour SEUL, ô mon Jésus, donne ce Bonheur après Lequel nous soupirons sans cesse » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière au Dernier Évangile de la Sainte Messe « Je Vous adore, ô Jésus, Verbe Éternel, égal en Tout à votre Père » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à la Bénédiction du Prêtre en fin de Messe « Je ne Vous quitterai point, ô mon Dieu, avant que Vous ne m'ayez Béni » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière aux Dernières Oraisons du Saint Sacrifice de la Messe « Ô mon Jésus, mon cœur serait-il donc plus insensible et plus endurci que celui de ces Juifs aveugles et déicides ? » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière après la Sainte Messe « Je vais m'éloigner de votre Temple, ô mon Dieu, mais mon cœur ne s'éloignera pas de Vous » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière d’adoration devant le Tabernacle de l’Autel « Je Vous adore, ô Jésus, mon Divin Captif, que l'Amour enchaine à cet Autel dans le Tabernacle » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière devant le Très Saint Sacrement de l’Autel « Ô mon Jésus, prosterné devant Vous, je Vous adore et Vous admire dans le silence de l'amour et du ravissement » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière de Protection de la Sainte Église Catholique « Ô Jésus, Époux de la Sainte Église, veillez sur Elle, protégez-La, soutenez-La et défendez-La contre Ses ennemis » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière de Conversion avant de mourir Saintement « Ô mon Dieu, j'ai trop vécu pour Vous offenser et trop peu pour Vous aimer » de Mademoiselle Léonie Guillemaut
- La Prière à Jésus-Christ pour le moment de notre mort « Ô Jésus, Dieu de la Croix, soyez mon Viatique au moment de la mort » de Mademoiselle Léonie Guillemaut