Un engagement modeste et régulier
Qu’à cette heure un grand élan de prière aimante s’élève de nos coeurs afin que la charité du Christ passe de son Coeur au coeur des plus pauvres ! Qui que vous soyez, fidèle laïc, religieux, religieuse, prêtre, jeune ou moins jeune, malade ou bien portant, rejoignez-nous pour la « Rencontre de 21 heures ». Qu’une prière de votre choix, bien régulière chaque soir, dévoile aux coeurs en détresse l’infinie bonté du Christ et les conduise là où ils trouveront amour et compassion.

Prière pour la « rencontre de 21 heures »

Mon Dieu, en ce début de la nuit, je vous prie : Pour tous ceux qui sont en prison, Pour tous ceux qui sont âgés, seuls, malades, abandonnés, Pour tous ceux qui n’en peuvent plus, Pour tous ceux qui sont sans espoir, Pour tous ceux qui vont pécher cette nuit.
Père Éternel qui nous avez créés, Fils, Rédempteur du monde qui nous avez rachetés, Esprit d’Amour qui nous sanctifiez Ayez pitié de nous.
Et vous, Marie Immaculée, Mère du Rédempteur, Toute puissance suppliante, Refuge des pécheurs, Consolatrice des affligés, Secours des chrétiens, Mère du Bel Amour, Priez pour nous.
Nos saints anges gardiens, Disposez-nous à recevoir favorablement la grâce de Dieu.


ALBERT FREYRE : une vie pour l’amour des pauvres
Né en 1921, Albert Freyre est empêché par sa santé d’accéder au sacerdoce. Greffier au tribunal de Pontarlier, il veut alors faire de sa vie un témoignage chrétien, en particulier auprès de jeunes délinquants, de Pontarlier jusqu’à Hambourg en passant par la Suisse ! Albert Freyre se consacre à visiter les prisonniers, œuvrant en contact avec les Pères trinitaires fondés à la fin du XII e s. par saint Jean de Matha pour la libération des captifs aux mains des barbaresques. Il s’engage ainsi dans le tiers-ordre trinitaire.

La Rencontre de 21 heures
Un jour, un détenu qu’il visite confie à M. Freyre combien ses visites le réconfortent et qu’il les souhaiterait quotidiennes. L’idée surgit alors de se rencontrer chaque soir par la prière. Cette rencontre spirituelle est fixée à 21 heures : c’est l’extinction des feux, seul repère pour les prisonniers privés de montre… Se rendant compte de l’espérance que suscite cette rencontre au moment où survient l’obscurité, M. Freyre décide d’en faire un large mouvement de prière. Des moniales sont les premières à s’y unir en offrant l’office du soir. Aujourd’hui, près de six cents personnes sont fidèles à la rencontre de 21 heures. La communauté Saint-Martin s’est engagée à chanter l’office des Complies à l’intention de ces plus pauvres.

Une prière chaque jour exaucée
Quotidiennement, le Seigneur exauce cette prière en guidant mystérieusement vers la petite chambre de M. Freyre, à la maison de retraite de Pontarlier, nombre de personnes en détresse auxquelles il apporte son amitié faite d’un profond respect et d’une vraie écoute envers la personne et ses épreuves, leur appliquant le baume de la charité du Christ.