La Prière de Ste Brigitte de Suède « Ô Très Sacrée Vierge Marie, je désire louer et bénir tous Vos précieux Membres » :

« Ô ma très honorée Dame et ma très chère Vie ! Reine du Ciel et Mère de mon Dieu, encore que je sois très certaine que tous les habitants du Ciel sont employés à chanter incessamment et avec une merveilleuse allégresse les louanges de Votre glorieux Corps, et que je sois très indigne de penser à Vous, je désire néanmoins de tout mon cœur louer et bénir en terre, autant qu'il me sera possible, tous Vos précieux Membres. Et partant, ô Très Sacrée Vierge Marie ! Ma très honorée Maîtresse, béni soit à jamais Votre sacré Chef couronné d'une gloire immortelle et plus éclatant incomparablement que le soleil ; et bénis soient Vos beaux cheveux, qui sont comme autant de rayons plus luisants que les rayons du soleil, parce qu'ils représentent Vos divines vertus, lesquelles sont en si grand nombre qu'elles ne se peuvent non plus compter que les cheveux de la tête. Ô Très Sainte Vierge ! Ma très honorée Dame, bénite soit Votre face très modeste, plus blanche et plus éclatante que la lune ; parce que jamais aucun des fidèles ne Vous a regardée, eu ce monde ténébreux, sans ressentir en soi-même quelque consolation spirituelle. Ô très sacrée Vierge Marie ! Ma très chère Maîtresse, bénis soient Vos sourcils et vos paupières, qui sont plus brillants que les rayons du soleil. Bénis soient Vos yeux très pudiques, parce qu'ils n'ont jamais rien convoité de toutes les choses transitoires qu'ils ont vues en ce monde ; et davantage, lorsque Vous les éleviez au ciel, Vos regards surpassaient la clarté des étoiles devant toute la cour céleste. Ô très sacrée Vierge Marie ! Ma souveraine Dame, bénies soient Vos bienheureuses joues plus blanches et plus vermeilles que l'aurore ; car, comme elle est parée à son lever d'un blanc et d'un vermeil fort agréables, ainsi, pendant que Vous étiez en ce monde, Vos très chastes joues étaient ornées d'une beauté merveilleusement brillante aux yeux de Dieu et des anges, parce que la vaine gloire ni la pompe mondaine n'y ont jamais eu aucune part. Ô très aimable Marie ! Ma très chère Maîtresse, que Vos très pures oreilles soient bénites et honorées éternellement, parce qu'elles ont toujours été fermées à toutes les paroles mondaines qui étaient capables de les profaner. Ô Vierge Sainte ! Ô Divine Marie ! Ma souveraine Dame, que Votre nez sacré soit béni et glorifié à jamais, dont toutes les respirations ont été accompagnées d'autant de soupirs de Votre cœur et d'élévations de Votre esprit vers Dieu, même pendant que Vous dormiez. Que pour ce sujet Votre saint odorat soit rempli d'une très douce odeur de toutes sortes de louanges et de bénédictions, qui soit plus excellente que celle des herbes les plus odoriférantes et des senteurs les plus agréables. Ô Vierge Sacrée ! Divine Marie, ma très sainte Dame, louée soit infinies de fois Votre bénie langue, infiniment plus agréable à Dieu et aux anges que tous les arbres portant fruit : car non seulement Elle n'a jamais dit aucune parole qui ait porté dommage à personne, mais Elle n'en a jamais proféré qui n'ait été utile à quelqu'un. Toutes les paroles qu’Elle prononçait étaient assaisonnées d'une si grande sagesse et douceur, qu'il n'y a jamais eu de fruit si délicieux au goût qu'elles étaient agréables à l'ouïe. Ô très précieuse Vierge ! Ô divine Marie ! Ma Reine et ma Souveraine, louée soit éternellement Votre digne bouche avec Vos saintes lèvres, plus belles incomparablement que toutes les roses et toutes les fleurs les plus agréables ; spécialement pour cette très bénie et très humble Parole qui en est sortie dans la réponse que Vous avez donnée à l'ange qui Vous a été envoyé du ciel, lorsque Dieu a voulu accomplir par Vous, dans le monde, le dessein du Mystère de l'incarnation, qu’Il avait prédit longtemps auparavant par la bouche des prophètes : car par la vertu de cette sainte Parole Vous avez affaibli la puissance des démons dans l'enfer, et Vous avez réparé les chœurs des anges dans le ciel. Ô Marie ! Vierge des vierges, ma Reine et mon unique Consolation après Dieu, que Votre sacré cou, Vos saintes épaules et Vos chastes reins, plus blancs que tous les lys, soient loués et honorés à jamais, parce que jamais Vous n'avez fait aucun usage de ces saints membres que pour ce qui regardait l'honneur de Dieu ou la charité du prochain ; car, comme le lys ne se meut que par le souffle du vent, ainsi tous Vos sacrés Membres ne se remuaient et n'agissaient que par le mouvement et la conduite du Saint-Esprit. Ô ma Princesse ! Ma Force et ma Joie, je bénis de tout mon cœur Vos très saints bras, Vos sacrés doigts et Vos très pures mains, ornées d'autant de pierres précieuses qu'elles ont fait de saintes actions ; parce que, comme Vous avez fortement attiré à tous le Fils de Dieu, par la sainteté de Vos œuvres, aussi Vos bras et Vos mains L'ont embrassé étroitement avec un cœur et un amour de Mère le plus ardent qui se puisse imaginer. Ô la Reine de mon cœur et la Lumière de mes yeux ! Je bénis et glorifie de toutes mes affections Vos très sacrées mamelles, qui sont comme deux très douces fontaines d'eau vive, ou plutôt de miel et de lait, qui ont donné la nourriture et la vie au Créateur et aux créatures, et qui nous fournissent continuellement les remèdes convenables à nos maux et les rafraîchissements dont nous avons besoin dans nos afflictions. Ô Marie ! Vierge Bienheureuse, ma très glorieuse Reine, bénite soit Votre précieuse poitrine plus pure que le fin or, parce qu'elle a été oppressée sous le pressoir des douleurs très violentes que Vous avez souffertes lorsque Vous étiez sur le Calvaire et que Vous entendiez les grands coups de marteau que les bourreaux frappaient sur les clous pour les enfoncer dans les Mains et dans les Pieds de Votre bien-aimé Fils. Mais encore que Vous L'aimassiez ardemment, Vous avez mieux aimé néanmoins endurer ce supplice et Le voir mourir pour le salut des âmes, que d'en être exempte et de Le voir vivre, les âmes demeurant dans la mort et dans la perdition éternelle ; et ainsi Vous êtes toujours demeurée ferme et constante au milieu des tourments et dans une entière conformité à la divine Volonté. Ô Vierge incomparable ! Ô très aimable Marie ! La vie et la joie de mon cœur, je révère, j'aime et je glorifie de toutes les puissances de mon âme Votre très digne Cœur, qui a tellement été embrasé du zèle très ardent de la Gloire de Dieu, que les flammes célestes de Votre amour étant montées jusqu'au Cœur du Père éternel, ont attiré son Fils unique, avec le Feu du Saint-Esprit, dans Vos très pures entrailles ; mais de telle sorte qu'il est toujours demeuré dans le sein de son Père. Ô Marie ! Ma très honorée Dame, Vierge très pure et très féconde tout ensemble, honneur et bénédictin éternelle à Vos bienheureuses entrailles qui ont produit un fruit admirable, lequel donne une gloire infinie à Dieu, une joie incroyable, aux anges et une vie éternelle aux hommes. Ô très sage Vierge ! Ma souveraine Dame, louange immortelle à Vos pieds très sacrés qui ont porté le Fils de Dieu et le Roi de gloire pendant qu'il était renfermé dans Votre ventre virginal. Oh ! Qu’il faisait beau voir la modestie, la majesté et la sainteté avec laquelle Vous marchiez sur la terre ! Certainement Vous ne faisiez aucun pas qui ne donnât un contentement singulier au Roi du ciel et qui ne remplit de joie toute la cour céleste. Ô admirable Marie ! Ô divine Vierge ! Ô Mère très aimable ! J’adore, je loue et je glorifie avec Vous, autant qu'il m'est possible, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, dans leur majesté incompréhensible, pour toutes les faveurs qu'ils ont faites à Votre très saint Corps, qui a été la demeure très agréable de Celui que tous les anges louent au Ciel et que toute l'Eglise adore dans la terre. Honneur éternel, louange perpétuelle, bénédiction, gloire et actions de grâces infinies à Vous, ô mon Seigneur, mon Roi et mon Dieu, qui avez créé cette très noble et très pure Vierge, et qui L'avez rendue digne d'être votre Mère, pour toutes les joies dont Vous avez comblé par son moyen les anges et les saints qui sont au Ciel, pour toutes les Grâces que Vous avez répandues sur les hommes en la terre, et pour toutes les Consolations que Vous avez données aux âmes souffrantes dans le purgatoire ».

Ainsi soit-il.


Sainte Brigitte de Suède (1303-1373)

Brigitte-de-SUEDE.jpg

Voir également sur Sainte Brigitte de Suède :
La « Catéchèse de Benoit XVI » sur Sainte Brigitte de Suède
Les « 15 oraisons » de Sainte Brigitte de Suède
La Prière de Sainte Brigitte de Suède « Ô Jésus, Fils unique du Père »
La Prière de Sainte Brigitte de Suède « Béni soyez-vous, Jésus Christ mon Seigneur »
La Prière de Sainte Brigitte de Suède « Béni soyez-Vous, ô Dieu, qui avez réjoui la Vierge Marie Votre Mère »
La Prière en latin et en français de Sainte Brigitte « Nous Vous prions, ô Très Miséricordieuse Vierge Marie »
La Prière de Ste Brigitte de Suède « Ô Très Sacrée Vierge Marie, je désire louer et bénir tous Vos précieux Membres »