Naissance-Vierge-Marie-Giotto.jpg

La Prière de Charles Coffin « Ô Vierge pieuse, montres-nous aussi que Tu es notre Mère » :

« Eve, pécheresse, avait laissé une race destinée à la mort ; voici qu'une nouvelle Eve nous est envoyée, afin de détruire, par Son enfantement sacré, et le crime et la mort. Celle-là fut séduite par les artifices ; le poison pénétra dans toutes ses veines ; Celle-Ci vient guérir la blessure et briser la tête du serpent orgueilleux. A quoi donc a servi la ruse ? Une fois la Mère domptée, le tentateur se promettait la ruine de toute la génération ; un seul Enfant de la Mère va faire le salut de tous. C'est ainsi que, par la Volonté du Seigneur, le mal se change en un Bien ; que, par une heureuse compensation, la nouvelle Vie, dans l'auguste Vierge, détruit l'antique mort, et que la Grâce anéantit la faute. Tu es aussi appelée notre Mère, ô Vierge ; montre donc, Vierge pieuse, que Tu es notre Mère, Toi qui, par Tes douces supplications, peux fléchir le Dieu sévère. Louange éternelle à la Trinité, qui, prenant en pitié un monde souffrant, annonce par la naissance de la Mère, la prochaine arrivée du Christ. Que la terre retentisse de joyeux applaudissements ; elle reçoit la Vierge, Mère de Dieu, noble présent qui renouvelle soudain la face des choses, et rend à l'univers les douceurs de la paix. Voilà cette Demeure en laquelle réside le Dieu descendu sur la terre, cette Demeure bien digne de la Divinité, ce Temple sublime que le grand Créateur s'est préparé de Ses propres mains. Que l'arche de l'antique alliance brille d'or et d'éclat ; de tels ornements conviennent à l'Arche qui renferme Dieu Lui-même, c'est la Beauté intérieure. Ici se trouvent, non point la manne, non point la pierre législatrice, non point le rameau stérile, mais la Fleur féconde en vertus, mais le Pain sacré, mais l'Homme-Dieu, mais le suprême Législateur. Louange éternelle au Père, louange éternelle au Fils; gloire égale à l'Esprit Saint, qui, par des voies mystérieuses, prépare au Christ une Demeure convenable. »

Ainsi soit-il.


Charles Coffin (1676-1749)

Charles-Coffin.jpg

Voir également du Recteur Charles Coffin :
La Prière de Charles Coffin « Vierge, Mère de Dieu, tous les siècles T'appelleront Bienheureuse »
La Prière de Carolus Coffin pour l’Assomption « Ô Vierge Mère, voici venir le Jour qui T'élève enfin dans les Cieux et Te rend à ton Fils »
La Prière de Charles Coffin sur la Conception et la Nativité de la Vierge Marie « Ô Vierge pieuse, montres-nous aussi que Tu es notre Mère »