La Prière de Charles Guérin « Ô mon Père ! Mon orgueil abaissé se brise devant Toi » :

« L'homme sombre qui siège au conseil des impies se lève et prend la nuit de son cœur à témoin et dit : « Seigneur, Seigneur, Dieu jaloux qui m'épie, je ne T'offrirai plus l'encens ni le benjoin. En vain Tu me repais d'opprobre et de misères : Tu ne me verras pas m'asseoir sur le fumier où Job déchu Te loue en raclant ses ulcères, et j'aurai pour linceul mon orgueil coutumier. Car c'est avoir assez longtemps nourri ta Gloire de toute ma détresse et de tout mon amour, et lâchement gémi vers un ciel illusoire, et mendié de Toi mon pain de chaque jour. Seigneur, espoir de l'homme et son dernier refuge, Toi qui, terrible et dur, m'entends sans m'écouter, Dieu, Créateur, Sauveur, Ami, Souverain Juge, je ne crois plus en Toi que pour Te détester ! » Mais le Seigneur répond : « Mon pauvre enfant, je T'aime, malgré ton cœur rebelle et triste où le blasphème parle pour m'irriter la langue de l'enfer. Tu souffres ? Je connais ton mal, fils de la chair dont rien ne peut remplir les appétits de joie. En ce siècle où l'esprit a corrompu sa voie, la femme détournant l'encens de mon autel se voit haussée au rang d'idéal immortel. On la prie, on l'implore, on la craint, on s'y voue ; on étreint ses flancs nus et froids, vase de boue que les soifs d'infini vident sans s'assouvir, jusqu'au soir où, honteux et las de la servir, les hommes, multitude obscure et douloureuse, déçus dans leur amour pour cette idole creuse, accourent de leurs dents grinçantes m'accuser d'avoir mis le néant derrière le baiser ». Ô Dieu, dit le pécheur qui soupire, ô mon Père ! Mon orgueil abaissé se brise devant Toi. Que les cieux, que les justes de la terre célèbrent le retour de mon âme à la foi ! J'adore les desseins que Tu formes dans l'ombre, et que ta Volonté toujours juste ait noué mon destin d'un fil clair, Seigneur, ou d'un fil sombre, notre Père, à travers les siècles, sois loué ! Amen. »

Charles Guérin (1873-1907) – « Le Semeur de cendres »

Charles-Guerin.jpg

Voir également de Charles Guérin :
La Prière de Charles Guérin « Ce soir, mon Dieu, je viens pleurer, je viens prier »
La Prière de Charles Guérin « Entrerai-je, ce soir, Seigneur, dans Ta maison »
La Prière de Charles Guérin « Ô mon Père ! Mon orgueil abaissé se brise devant Toi »
La Prière du Poète Charles Guérin « Seigneur, que Votre étoile à nos yeux Se révèle ! »
La Prière du Poète Charles Guérin « Père infiniment Bon, joignant les mains et les lèvres ouvertes, je voudrais des mots surhumains pour prier »