Careme-Croix-Mercredi-des-cendres.jpg

La Prière du R. P. de Vaugimois pour le Mercredi des Cendres « Ces cendres, ô mon Dieu, me font souvenir de ce que je suis et de ce que Vous êtes » :

« Grand Dieu, dont la Patience et la Miséricorde sont infinies, je Vous offre dès le point du jour le temps dont la Sainte Eglise m'ouvre aujourd'hui la carrière ; Elle le regarde avec raison comme un sacrement respectable (Secreta Miss.), comme un temps de miséricorde, d'indulgence et de grâce : Tempus beneplaciti (Ps. 68, 14), comme des jours de salut ; et je le reçois dans ces mêmes vues comme la fête de l'expiation de l'Eglise Chrétienne, où personne n'est dispensé d'affliger son âme par la componction et la contrition la plus amère. Je n'ai garde néanmoins de me laisser aller à cette tristesse qu'inspire la pénitence aux âmes lâches et sensuelles ; je n'ai garde de regretter les viandes de l'Egypte, dont je n'ai que trop souvent abusé, ni de regarder le saint Jeûne comme un joug insupportable. Au contraire, mon Dieu, je le proteste en votre Présence dans toute la sincérité de mon cœur, que, malgré les murmures de la chair et l'éloignement qu'elle a pour la pénitence, je m'y soumets avec courage, je l'embrasse avec amour. Je sens même par votre Grâce, selon l'homme intérieur, une joie toute céleste en voyant arriver le temps de me réconcilier avec Vous, d'expier mes péchés, d'acquérir de nouvelles Grâces. Si le jeûne a ses rigueurs, je ne prétends pas en adoucir l'austérité. Si la prière est longue, Vous m'assurez qu'elle est bonne avec le jeûne. Si la pénitence a quelque amertume, je sais qu'elle a aussi ses charmes et ses douceurs. Je Vous demande donc, comme une Grâce dont je fais grand état, de pouvoir remplir dans toute son étendue l'obligation que votre Eglise m'impose. Que je l'accomplisse avec joie, avec persévérance, avec dévotion, ainsi qu'elle Vous le demande pour tous les fidèles : « Ut jejuniorum veneranda solemnia et congruâ pietate suscipiant et securâ devotione percurrant » (Oratio diei). Je sais quel honneur fait à l'épouse de Jésus-Christ cette pratique que l'hérésie est forcée de respecter sans avoir le courage de l'imiter. Je sais de combien de grâces elle est la source, et combien de pécheurs y trouvent celle de leur réconciliation avec Vous. Daignez donc bénir, non seulement la résolution que je prends de m'acquitter avec ferveur de tous les saints exercices qui la composent, mais aussi de tant de bonnes œuvres qui s'y feront. Donnez aux pénitents l'esprit de componction, aux prédicateurs l'esprit apostolique, à votre Parole toute son efficacité, à tant de chrétiens lâches le courage de se mortifier. Il ne me reste à présent qu'à m'humilier dans la cendre que votre Eglise va répandre sur ma tête, comme un symbole qui retrace la loi de la pénitence en ramenant tous les hommes à leur première origine. Ces cendres, ô mon Dieu ! que Vos ministres me mettent sur le front me font souvenir de ce que je suis et de ce que Vous êtes, elles me tiennent un langage muet qui m'apprend que je suis cendre et poussière. Heureux si, en faisant ici un aveu de mon néant et de ma faiblesse, je pouvais me promettre que Vous Vous souviendrez que je ne suis que poussière et digne de pitié : « Recordatus est quoniam pulvis sumus » (Ps. 102, 14). Hélas ! Seigneur, ma vie n'est qu'un souffle et mon corps qu'un peu de terre pétrie ; faites entrer jusques dans mon cœur l'avertissement salutaire que Vous me donnez de la certitude de ma mort, afin que je profite de ce moment pour me convertir, racheter mes péchés et sauver mon âme. »

Ainsi soit-il.


R. P. Claude Fyot de Vaugimois (1689-1758) – « Entretiens du Prêtre avec Jésus-Christ, avant et après la célébration des saints Mystères » : pour servir de préparations et d'actions de Grâces pour tous les Dimanches de l'année et les principales Fêtes de Notre-Seigneur, de la Sainte Vierge et des Saints qui se sont les plus distingués par leurs vertus apostoliques, p. 286-287, Labaume, 1843


Voir également du R. P. Claude Fyot de Vaugimois :
La Prière du Père de Vaugimois « Ô mon Dieu, faites-moi voir le nombre, la malice et les plus petites circonstances déréglées des fautes que j’ai commises »
La Prière du R. P. de Vaugimois « Laissez-Vous toucher, ô mon Dieu, par les regrets d'un cœur véritablement contrit »
La Prière du R. P. Fyot de Vaugimois « Faites que je reçoive dans ce Sacrement la Grâce de ne plus retomber »
La Prière du R. P. de Vaugimois pour les Prêtres « Ô Seigneur, aidez-moi à unir ensemble les fonctions de Marthe et de Marie »
La Prière du Révérend Père Claude Fyot de Vaugimois « Ô Jésus, Dieu de Paix, qui avez pacifié le ciel et la terre »
La Prière du R. P. de Vaugimois pour l'Épiphanie « Il est temps, ô mon Dieu, que les nations Vous connaissent »
La Prière du R. P. de Vaugimois pour le Mercredi des Cendres « Ces cendres, ô mon Dieu, me font souvenir de ce que je suis et de ce que Vous êtes »