Dieu-Amour.jpg

La Prière de Dom Claude Martin « Ô mon Dieu, qui m'empêchera de converser familièrement avec Vous » :

« Si Dieu n'avait un Cœur tout rempli de bonté pour les hommes, on ne pourrait jamais croire qu'une Majesté si redoutable et un Être si indépendant pût avoir de l'affabilité pour des créatures qui Lui sont si inutiles. Nous avons tant de peine à aborder les rois, les princes, et même les personnes de médiocre condition, qu'il nous faut souvent interposer le crédit des personnes d'autorité pour les aborder, et ménager les moments favorables pour leur parler. Quand même nous leur parlons, à peine nous écoutent-ils, et il semble que nous leur soyons à charge. Et cependant, ils ont souvent bien moins de belles qualités que nous, moins de force, moins d'adresse, moins de beauté, moins d'agréments dans le corps ; moins d'esprit, moins de science, moins de sagesse, moins de grâce, moins de vertu en l'âme. Dieu garde une conduite bien contraire à notre égard : Il nous donne un accès aussi facile et aussi affable que si nous Lui étions nécessaire, ou que s'Il attendait quelque chose de nous ; Il est présent à tous les lieux et à tous les temps, afin d'être toujours prêt à nous recevoir, et que nous ne manquions jamais à Le trouver. Et comme s'Il eût eu de la crainte que Son abord, que Sa conversation, que Son entretien ne nous fût suspect parce qu'Il était invisible, Il s'est rendu affable jusqu'à ce point que de s'incarner et de se rendre visible sur la terre, afin que, les hommes Le voyant homme comme eux, ils pussent L'aborder et Lui parler en assurance. Il ne s'est pas même fait homme d'une condition apparente, afin que les plus simples pussent L'entretenir avec liberté comme un égal fait son égal. Il n'a pas seulement cet abord affable envers les âmes pures qui expérimentent sensiblement la douceur de Sa conversation et les caresses de Son plus tendre Amour lorsqu'elles s'approchent de Lui par l'exercice de la contemplation ; Il se montre encore affable envers les pécheurs, à qui Il ouvre son Cœur autant de fois qu'ils approchent de Lui pour Lui parler, pour Lui demander quelque Grâce, et principalement pour se convertir ; car alors, quoiqu'Il ne cesse point d'être attentif à toutes choses, Il les écoute avec autant de patience et de douceur que s'Il n'avait autre chose à faire. Son affabilité ne se contente pas de nous écouter : elle veut bien encore nous répondre, nous parler familièrement, nous consoler, et former avec nous des colloques comme un ami fait avec son ami. Cette affabilité passe même jusqu'à un tel excès d'amour, qu'Il témoigne que Ses délices sont de converser familièrement avec les enfants des hommes. Ô Bonté incompréhensible ! Dieu pouvait-Il nous consoler d'une manière plus aimable ? Oui, car Il s'est montré affable jusqu'à ce point où l'esprit humain n'eût jamais osé penser, que de trouver le moyen de se donner à nous en viande, afin de s'approcher de notre cœur, et que nous pussions Lui parler et L'écouter de plus près. Ô Consolation ! Qui m'empêchera maintenant de m'approcher de Vous, ô mon Dieu, avec une sainte liberté et une hardiesse respectueuse, de converser familièrement avec Vous dans mes retraites, de Vous consulter dans mes doutes, de Vous demander de la consolation dans mes peines, d'invoquer votre Secours dans les périls où la condition de cette vie et la nécessité de mes emplois m'exposent continuellement ? »

Ainsi soit-il.


Dom Claude Martin (1619-1696) – « Perfection du Chef », Retraite aux Supérieurs, chez Alsatia (1955)


Voir également de Dom Claude Martin :
- La Prière de Dom Claude Martin « Ô très adorable Trinité »
- La Prière du Vénérable Dom Claude Martin « Faites, ô Dieu, que la force de Votre conduite sur moi soit toute dans la douceur »
- La Prière de Dom Claude Martin « Ô mon Dieu, je crains votre Justice et pourtant je L'aime »
- La Prière sur la Patience de Dieu de Dom Martin « Ô mon Dieu, que votre Patience m'étonne et me confond »
- La Prière de Dom Martin « Ô mon Dieu, rendez-moi immuable comme Vous »
- La Prière de Dom Claude Martin « Ô mon Dieu, qui m'empêchera de converser familièrement avec Vous »