La Prière du R. P. J.-M.-L. Monsabré « Demeurez avec nous, ô Dieu, parce qu’il se fait tard et que le jour s’en va » :

« Puisque Vous êtes revenu, ô Dieu si Bon ! Demeurez en nous pour toujours ! Seigneur, demeurez avec nous, et que ce soit non pour un jour, non pour une semaine, mais à jamais. Demeurez avec nous, ô Dieu, parce qu’il se fait tard et que le jour s’en va. Il est plus que tard ; la nuit est profonde. Nous sommes tellement plongés dans l’ombre que nous ne pouvons plus marcher sans une Lumière qui guide nos pas. Au milieu de toutes les doctrines perverses, de tous les faux principes qui égarent les esprits ; qui nous dirigera dans la bonne voie, si ce n’est Vous, ô ma Lumière ! Ô vraie Clarté du Ciel, qui illuminez tout homme venant en ce monde. Il fait nuit, nuit profonde ! Et, enveloppés des ténèbres comme d’un manteau de trahison, que d’ennemis nous attendent sur le bord des chemins que nous parcourons en tremblant, tout prêts à nous frapper là où notre nature est moins protégée ; ô Jésus ! Ô Maître ! Ô Vous qui Vous êtes donné à nous ! Ô Lumière ! Soyez aussi notre Bouclier, amortissez les coups, repoussez les traits perfides, cachez-nous plus que n’est cachée une ville de guerre par la ceinture de ses forts et de ses remparts. Lumière de nos pas, Bouclier de notre faiblesse, soyez aussi notre Force. Faites que, dans des temps si mauvais, nous sachions nous montrer ce qu’on nous a dit d’être, pendant toute cette station : de véritables Chrétiens. Jusqu’ici, esclaves du respect humain, nous nous courbions honteusement sous le joug de l’opinion. Désormais, ô Dieu ! Nous voulons être libres pour être grands. Nous Vous avons promis d’être Chrétiens, nous Le serons ; et c’est Vous, ô Jésus ! Qui nous donnerez la Force de confesser notre foi, à la face du monde entier. Et maintenant, ô Vous qui êtes le Roi d’Israël, faites attention ! Vous êtes venu dans nos âmes ; nous ne Vous laisserons pas aller jusqu’à ce que Vous nous ayez bénis, nous et notre pays ! Donnez-nous votre Bénédiction non seulement pour nous et pour nos familles, mais aussi pour notre malheureuse patrie, pour notre France tant aimée ! »

Ainsi soit-il.


R. P. Jacques Monsabré (1827-1907) - « Conférences de Notre-Dame de Paris : Avent 1869 - Carême 1872 à 1890 », Joseph Albanel Paris, pages 301-304

Jacques-Monsabre.jpg

Voir également du R. P. Jacques Monsabré :
La Prière du R. Père Monsabré « Ô Dieu, on m'a haï sans raison, laissez-moi bénir votre Amour »
La Prière du R. P. Monsabré « Demeurez avec nous, ô Dieu, parce qu’il se fait tard et que le jour s’en va »