Communion-hostie.jpg

La Prière de Jan Van Ruysbroek sur la Sainte Communion « Ayez pitié de moi, Seigneur, je ne suis pas digne que Vous rentriez en ma demeure » :

« Ayez pitié de moi, éternelle Charité ! Certes, je dois me détester violemment moi-même, car, dès ma plus tendre jeunesse, j'ai mainte fois péché et bien mal employé mon temps : Dieu très Clément, ayez pitié de moi ! En vérité, je ne suis pas digne que Vous rentriez en ma demeure. Mais pécheur que je suis, tout criblé de blessures, que m'ont fait de Satan les horribles morsures, je ne pourrai jamais recouvrer la santé... A moins que votre Bouche qui distille le miel des consolations, ne prononce sur moi, misérable et débile, quelque parole de pitié émanant de Votre sublime Majesté. Soyez béni, Seigneur mon Dieu, qui satisfaites mon désir ! Je reçois volontiers le Sacrement très Saint, qui m'est un don précieux, puisque je trouve en Lui votre Corps sacré, pour moi très doux et très salutaire : Il est la manne céleste dont la privation fait mourir ; Il est aussi la nourriture des anges qui donne vraiment la sagesse à ceux qui La goûtent. Il y a à peine un instant, mon Seigneur, Vous avez daigné me promettre, que nous mangerions ensemble. Cependant je ne puis Vous consumer ; plus je Vous mange, plus j'ai faim de Vous, et plus je meurs de désir ; plus je Vous bois, plus j'ai soif de Vous ; et il me reste toujours dans le calice plus que tous les mortels ne pourraient boire. Et Vous Seigneur Vous êtes un hôte très libéral, car Vous soldez tout ce qui est consumé. Combien volontiers, Seigneur, je boirais votre Sang qui donne la vie, et qui coule de votre côté sacré et de Votre corps très noble et très glorieux ; car Il est si suave à mon goût, que je ne puis cacher qu’Il m'a déjà presque enivré. En vérité, Seigneur, votre Sang est beaucoup plus précieux et plus excellent que tous les vins qui découlent des grappes Puniques ; c'est pourquoi je remplirai tous mes vases, et je serai ainsi magnanime et audacieux; bien que rien au dehors ne me soucie ».

Ainsi soit-il.


Jan Van Ruysbroek (1293-1381) – « De la Vraie Contemplation », Volumes 1, Chapitre III « Comment doit se préparer et se comporter celui qui veut recevoir le Sacrement du Corps du Seigneur », chez Rodolphe Chamonal, 1912

Jean-Ruysbroeck.jpg

Voir également du Bienheureux Jean Ruysbroek :
La Prière du Bienheureux Jean Ruysbroeck « Seigneur, est-ce Toi qui me dévores ou moi qui Te dévore ? »
La Prière du Bienheureux Jan van Ruusbroec « Dieu très bon, je Te supplie de m’accorder la grâce de T’aimer de tout mon cœur »
La Prière du Bienheureux Jean Ruysbroek « Mon Dieu, remplissez mon âme et mon cœur comme des vases »
La Prière de Jan Van Ruysbroek sur la Sainte Communion « Ayez pitié de moi, Seigneur, je ne suis pas digne que Vous rentriez en ma demeure »