Famille-Sainte-Trinitaire.jpg

La Prière pour imiter la Sainte Famille de l’Abbé Jean François Hilaire Oudoul « Ô Jésus, Marie, Joseph, qu'il n'arrive jamais que mon cœur ait des affections indignes de Vous ! » :

« Qu'il n'arrive jamais, ô mon doux Jésus ; ma tendre Mère, la plus pure des Vierges, mon puissant avocat, Saint Joseph, non, qu'il n'arrive jamais que mon cœur ait des affections indignes de Vous ! C'est entre Vos mains divines que je le place, ce cœur qui ne doit respirer que pour Vous. Daignez l'agréer, et l'unir indissolublement aux Vôtres ! Qu’il les copie, qu'il les imite le plus parfaitement possible dans l'amour, dans la joie, dans la patience, dans les souffrances, dans la résignation, dans l'obéissance. En un mot, qu'il cesse de vivre, s'il n'est pas toujours et entièrement conforme à de si Saints modèles. Quel bonheur constant pendant ma vie, quelle douce tranquillité à ma mort, si je suis fidèle à la résolution que je prends dans ce moment de Vous imiter en tout ! Mais, ô mon Dieu ! Vous le savez, j'ai besoin pour cela de votre Grâce efficace, sans laquelle je ne pourrai jamais rien. Adorable Enfant ! Que Vous êtes grand, que Vous êtes immense ! C'est Vous qui êtes l’Auteur de la Grâce, pourriez-Vous bien la refuser à celui qui, comme moi, Vous la demande par les larmes, par les baisers enflammés d'amour, par les doux embrassements que Vous reçûtes de Marie et de Joseph ? Oui, Vous le pourriez, sans me faire la moindre injure ; car je ne suis que néant, ct un néant devenu mille fois rebelle ; mais pourriez-Vous bien me la refuser, cette Grâce si nécessaire, si je Vous la demande au nom de Marie et de Joseph ? Oh non ! Avec de tels Protecteurs, à l'ombre de si chers et si puissants Avocats, l'on n'a pas à craindre un refus. C'est donc par leur irrésistible médiation que je La demande, bien convaincu que je ne L'aurai point vainement implorée. Pour prix de ce Bienfait précieux et unique, je Vous bénirai et aimerai jusqu'à mon dernier soupir ».

Ainsi soit-il.


Abbé Jean-François-Hilaire Oudoul (1800-1851) - « Le mois de mars consacré au Très Glorieux Patriarche Saint Joseph », p. 75-76, chez Perisse Frères (1859).


Voir également de Monsieur l’Abbé Jean-François-Hilaire Oudoul :
- La Prière de l’Abbé Oudoul « Ô Sainte Famille, que je rende mon dernier soupir en prononçant les délicieux Noms de Jésus, de Marie et de Joseph »
- La Prière de M. l’Abbé Oudoul « Ô Très Sainte Vierge, prenez-moi sous Votre protection le reste de mes jours »
- La Prière de l’Abbé Jean-François Oudoul « Ô Saint Joseph, Protecteur des malheureux, accordez-nous Votre puissante Protection »
- La Prière de l’Abbé J-F. Oudoul « Ô mon Seigneur Jésus-Christ, je rends visite à Votre sacré Cœur pour trois raisons principales »
- La Prière de l’Abbé Jean François Hilaire Oudoul pour les Époux « Ô Saint Joseph, obtenez aux époux qu’ils suivent vos traces dans le chemin difficile de leur état »
- La Prière de l’Abbé Jean François Hilaire Oudoul à Saint Joseph pour être obéissant envers ses père et mère « Ô Grand Patriarche, qu'aujourd'hui je choisis pour père »
- La Prière sur la Pureté de l’Abbé Jean François Hilaire Oudoul « Ô Marie et Joseph, obtenez-moi la Grâce d'être purifié, guéri et délivré de tout lien charnel et terrestre »
- La Prière pour imiter la Sainte Famille de l’Abbé Jean François Hilaire Oudoul « Ô Jésus, Marie, Joseph, qu'il n'arrive jamais que mon cœur ait des affections indignes de Vous ! »