Esprit.jpg

Nous sommes dans les siècles de la foi, le Saint Esprit n’écrit plus d’évangiles que dans les cœurs ; toutes les actions, tous les moments des saints, sont l’évangile du Saint Esprit ; les âmes saintes sont le papier, leurs souffrances et leurs actions sont l’encre. Le Saint Esprit, par la plume de son action, écrit un évangile vivant ; et on ne pourra le lire qu’au jour de la gloire où, après être sorti de la presse de cette vie, on le publiera. Ô la belle histoire ! Le beau livre que l’Esprit Saint écrit présentement ! Il est sous la presse, âmes saintes, il n’y a point de jour qu’on n’en arrange les lettres, que l’on n’y applique l’encre, que l’on n’en imprime les feuilles. Mais nous sommes dans la nuit de la foi, le papier est plus noir que l’encre ; il n’y a que confusion dans les caractères, c’est une langue de l’autre monde, on n’y entend rien ; vous ne pourrez lire cet évangile que dans le ciel. Si nous pouvions voir la vie et regarder toutes les créatures non en elles-mêmes, mais dans leur principe, si nous pouvions, encore un coup, voir la vie de Dieu dans tous les objets, comme l’action divine les meut, les mêle, les assemble, les oppose, les pousse avec des termes contraires, nous reconnaîtrions que tout a ses raisons, ses mesures, ses proportions, ses rapports dans ce divin ouvrage. Mais comment lire ce livre dont les caractères sont inconnus, innombrables, renversés et couverts d’encre ! Si le mélange de vingt-quatre lettres est incompréhensible de sorte qu’elles suffisent à composer à l’infini des volumes différents et tous admirables dans leur genre, qui pourra exprimer ce qu’un Dieu fait dans l’univers ! Qui pourra lire et comprendre le sens d’un si vaste livre dans lequel il n’y a pas une lettre qui n’ai sa figure particulière et qui ne renferme, dans sa petitesse, de profonds mystères ? Les mystères ne se voient ni se sentent, ils sont objets de foi. La foi ne juge de leur vérité et bonté que par leur principe, car en eux-mêmes ils sont si obscurs que toutes leurs apparences ne servent qu’à les sceller, les cacheter, et aveugler ceux qui jugent par la raison seule. (Jean-Pierre de Caussade)

Esprit-2.jpg

La Prière du R. P. Jean-Pierre de Caussade « Apprenez-moi, divin Esprit, à lire dans Votre livre de vie ! » :

« Apprenez-moi, divin Esprit, à lire dans ce livre de vie ! Je veux devenir votre disciple et, comme un simple enfant, croire à ce que je ne puis voir. Il me suffit que mon maître parle ; il dit cela, il prononce, il assemble des lettres de cette façon, il se fait entendre ainsi : cela suffit. Je juge que c’est tout comme il l’a dit, je n’en vois point de raison, mais il est la vérité infaillible. Tout ce qu’il dit, tout ce qu’il voit, est véritable. Il veut que les lettres soient ensemble pour faire un mot, qu’un tel nombre en fasse un autre. Il n’y en a que trois, que six, il ne faut que cela, et moins ferait un faux sens ; lui seul qui sait les pensées, peut assembler les lettres pour les écrire. Tout signifie, tout a un sens parfait ; cette ligne finit ici parce qu’il le faut, il n’y a pas une virgule qui manque, un point inutile. Je le crois présentement et, lorsque le jour de la gloire me révélera tant de mystères, je verrai ce que je ne comprends que confusément et qui me paraît si embrouillé, si embarrassé, si peu sensé et suivi, si imaginaire ; tout cela me ravira, me charmera éternellement par les beautés, l’ordre, les raisons, la sagesse et les incompréhensibles merveilles que je découvrirai. Ainsi soit-il. »

Père Jean-Pierre de Caussade (1675-1751)

Jean-Pierre-de-Caussade.jpg

Voir d’autres Prières du Père Jean-Pierre de Caussade :
La Prière du Père Jean-Pierre de Caussade « Ô Amour inconnu ! Il semble que Vos merveilles soient finies, et qu'il n'y ait plus qu'à copier Vos anciens ouvrages »
La Prière du Révérend Père Jean-Pierre de Caussade « Seigneur, il n'y a rien de petit dans nos moments puisque tous renferment un royaume de sainteté »
La Prière du Révérend Père de Caussade « Que je voudrais, ô mon Dieu, être le missionnaire de votre sainte Volonté »
La Prière du R. P. Jean-Pierre de Caussade « Apprenez-moi, divin Esprit, à lire dans Votre livre de vie ! »