La Prière de Jean Müller « Depuis que je Vous connais, ô Sauveur, tout est clair à mes yeux » :

« La Lumière qui aveugla saint Paul pendant le voyage de Damas ne fut pas si prodigieuse pour lui, que ne l'est pour moi, ô mon Dieu, ce que je découvre tout d'un coup dans l'Évangile : l'accomplissement de toutes les espérances ; le point de perfection de toute la philosophie ; l'explication de toutes les révolutions ; la clef de toutes les contradictions apparentes du monde physique et moral ; la Vie et l'Immortalité. J'y vois la chose la plus étonnante accomplie par les plus petits moyens. J'y vois le rapport de toutes les révolutions de l'Europe et de l'Asie, avec le misérable peuple d'Israël. Je vois la religion paraître au moment qui est le plus favorable à son établissement, et de la façon qui semble la moins propre à la faire adopter. Le monde semblant être arrangé pour favoriser la Religion du Sauveur, je ne comprends plus rien si cette Religion n'est pas d'un Dieu. Depuis que je Vous connais, ô Sauveur, tout est clair à mes yeux, et avec Vous il n'est plus rien que je ne puisse résoudre. Je sais, je crois, je vois ! »

Ainsi soit-il.


Johann von Müller (1752-1809)

Jean-de-Muller.jpg

Voir également de Johannes von Müller :
La Prière de Jean Müller « Depuis que je Vous connais, ô Sauveur, tout est clair à mes yeux »
La dernière Prière de Jean de Müller « Ô mes amis, accordez à mon âme la consolation d'espérer que ses derniers vœux seront accomplis ! »