Incendie-de-Notre-Dame-de-Paris.jpg

La Prière du Vicomte de Bonald pour l’Église Catholique persécutée « Ô Dieu Sauveur, permettras-Tu que ton Culte périsse ? » :

1- « Permettras-Tu que ton Culte périsse,
Ô Dieu Sauveur, ô Fils de l'Éternel ?
Quoi ! désormais l'auguste Sacrifice
N'aura-t-Il plus de Temple ni d’Autel ?

2- L'Église en deuil, plaintive, désolée,
Ne cesse, hélas ! d'implorer son Époux ;
Par les méchants, d'insultes accablée,
Doit-Elle enfin succomber sous leurs coups ?

3- Des loups cruels, ô Dieu ! confonds la rage ;
Défends, Seigneur, Tes fidèles brebis :
De Ton troupeau, de Ton faible héritage
Épargne au moins les malheureux débris.

4- Mais c'en est fait, je vois fuir la tempête :
Je vois briller l'aurore d'un beau jour ;
Sainte Sion, pour toi quel jour de fête !
De Tes enfants célèbre le retour.

5- Sèche Tes pleurs, mets un terme à Ta plainte ;
Non, non, Tes murs ne seront point déserts :
Déjà la foule inonde Ton enceinte,
Sous Tes parvis j'entends mille concerts.

6- Ô Culte saint ! l'enfer en vain conspire
Pour diviser ce que Tu réunis ;
Du Dieu de paix Tu rétablis l'empire ;
La Foi triomphe, il n'est plus d'ennemis ».

Ainsi soit-il.


Louis-Ambroise Vicomte de Bonald (1754-1840)

Louis-Ambroise-Vicomte-de-Bonald.jpg