La Prière de l’Abbé Le Cardonnel « Ô mon Dieu, Vous courez chercher les cœurs misérables » :

« Ô mon Dieu, Vous avez des ruses adorables pour triompher des cœurs et Vous les attacher, car Vous êtes épris de ces cœurs misérables. Jusqu’au bord de l’Enfer Vous courez les chercher, et, Vous penchant sur eux doucement, Vous leur dites. Puis, si l’enchantement des vanités maudites ne les a pas lassés, Vous ne Vous lassez pas, Vous, de renouveler Vos ardentes Poursuites. Vous allez devant Vous et Vous tendez les bras ; il faudra que demain la brebis égarée y repose, arrachée aux ronces d’ici-bas. Ah ! Comme en Emmaüs, dans la calme soirée qu’au moins, sur votre Sein, vers le tomber du jour, nous appuyions, Seigneur, notre tête éplorée ! Et que nos cœurs, longtemps cherchés par votre Amour afin qu’ils n’aillent pas, rejetés de la Gloire, loin de Vous, dans la nuit, se crisper sans retour, Vous laissent remporter la dernière Victoire. Ainsi soit-il. »

Abbé Louis Le Cardonnel (1862-1936)

Louis-Le-Cardonnel.jpg

Voir également de l’Abbé Louis Le Cardonnel (Frère Anselme) :
La Prière du soir d’été de l’Abbé Louis Le Cardonnel « Ô Reine au manteau constellé, assiste-nous en ce soir d’été »
La Prière du Matin de l’Abbé Louis Le Cardonnel « Seigneur, je Vous ai reçu ce matin à la Messe »
La Prière de Consécration de l’Abbé Louis Le Cardonnel « Ô Dieu, à présent me voilà tout entier dans Vos mains »
La Prière de l’Abbé Louis Le Cardonnel à Saint Michel Archange « Michaël, demande que mon âme soit toujours plus vibrante au nom de Jésus-Christ »
La Prière Mariale de Frère Anselme « Ô Virgini Matri, répands dans mon âme le Souffle inspirateur »
La Prière de Frère Anselme « Ô Seigneur, je veux me reposer sur les collines saintes »
La Prière de l’Abbé Louis Le Cardonnel « Près du cloître, j’abandonne en priant mon âme tout entière »
La Prière de Louis Le Cardonnel « Praeconium Paschale »
La Prière de l’Abbé Louis Le Cardonnel « Dieu jaloux, cachez moi dans votre Nuit sacrée »
La Prière de l’Abbé Louis Le Cardonnel « Ô mon Dieu, Vous courez chercher les cœurs misérables »