La Prière de Louis de Blois « Jésus bon et doux, aie pitié de moi ! » :

« Ô Seigneur, mon Dieu ! Je ne suis qu'un misérable pécheur, indigne que la terre ne me porte ! Hélas ! Je suis parti loin de toi, bien suprême, et je demeure en une région lointaine, dans la région de la dissemblance. Je suis malheureux et aveugle ; je ne suis rien, je ne puis rien sans toi. Oh oui ! Jésus bon et doux, aie pitié de moi ! Lave moi de ton sang précieux, purifie-moi de tout péché, guéris-moi complètement, pour que je puisse te plaire. Ô quand mourrai-je pleinement à moi-même ? Quand serai-je libre de toute créature ? Oh, si je pouvais être vraiment doux et humble de cœur, vraiment pauvre et nu en esprit ! Accorde-moi, Seigneur, que par un parfait renoncement à moi-même, par une parfaite mortification de tous mes vices, je parvienne à t'aimer parfaitement. Tu as ordonné que je t'aime : donne ce que tu ordonnes, et ordonne ce que tu veux ! Donne-moi de t'aimer de tout mon cœur, de toute mon âme et de toutes mes forces, ainsi que de tout mon esprit. Daigne restaurer et réformer les facultés détruites et corrompues de mon âme, par celles de ton âme très sainte. Libère mon esprit de toute dispersion ; dépouille-le des images et des beautés des choses passagères. Accorde-moi de me recueillir librement en toi ; accorde-moi de pouvoir toujours m'écouler en toi par la stabilité des pensées, la clarté de la connaissance et la ferveur de l'amour. Ainsi soit-il. »

Dom Louis de Blois (1506-1566)

Louis-de-Blois.jpg

Voir également de Dom Louis de Blois :
La Prière : « Jésus bon et doux, aie pitié de moi ! » de Louis de Blois
La Prière : « Si j'étais digne de vous aimer, ô mon Dieu » de Louis de Blois
La Prière « Salut, ô Marie » de Louis de Blois
La Prière : « Allons, très doux Jésus, fais mourir en moi tout ce qui te déplaît ! » de Louis de Blois
La Prière de Louis de Blois « Ô très aimable Jésus, à l'heure de ma mort, dites-moi… »
La Prière de Dom Louis de Blois « Seigneur, je suis affamé de Vous ! »
La Prière de Dom Louis de Blois « Salut, doux Jésus ! »