Christ-3.jpg

La Prière de Luis de Granada « Seigneur Jésus, à l’heure de ma mort donnez-moi à la fois le courage et l'espérance » :

« Seigneur Jésus, Fils du Dieu vivant, au nom de ces très amères angoisses qui ont si horriblement étreint et étouffé Votre âme sur le mont des Olives ; au nom de ces admirables terreurs qui ont saisi Votre pauvre Chair, à tel point que Vous jetiez ce cri : « Mon âme est triste jusqu'à la mort » ; je viens, d'un cœur très-humble, je viens, en me prosternant jusqu'à terre, Vous demander qu'à l'heure de ma mort, de ce suprême voyage, alors que la peur et l'épouvantement empliront toute mon intelligence et tout mon cœur, Vous vouliez bien venir à mon aide, ouvrir pour moi le Trésor de votre Miséricorde et, durant les terreurs et les tristesses de cette agonie, me donner à la fois le courage et l'espérance. Votre Père, ô Très Doux Maitre, Vous envoya du haut du Ciel un Ange pour Vous consoler. Eh bien ! Faites de même avec moi : ne m'abandonnez pas en cette horrible lutte, et envoyez-moi un de Vos Anges qui, à cette heure très douloureuse, se fasse mon compagnon ; qui m'assure et me fortifie contre tous les assauts de l'Ennemi ; qui soit en tout mon défenseur et mon soutien ; qui ne permette pas à l'armée des Esprits mauvais de triompher de moi par leurs tentations et leurs mensonges. Armez aussi mon cœur de cette Force dont Vous fîtes preuve durant toute votre Passion, et rendez-le tellement énergique qu'aucune adversité, si violente ou si longue qu'elle soit, ne puisse désormais provoquer en moi le moindre murmure ni la plus légère impatience. Que mon âme, en tout et partout, se soumette et s'offre à votre Volonté très Sainte, soit que Vous m'envoyiez la santé ou la maladie, le bonheur ou l'adversité, la vie ou la mort. N’avez-Vous pas Vous-même soumis Votre volonté à Celle de votre Père céleste, quand Vous avez dit : « Que votre Volonté soit faite, Père, et non pas la mienne » ? Nous ne voulons pas, Seigneur, Vous demander une mort douce, une maladie exempte d'angoisses, peu de douleurs enfin. Non, non ; nous abandonnons tout cela à Votre bon Plaisir. Ne Vous occupez pas de notre sentiment, ô mon Dieu ; mais agissez en vue de notre utilité et de notre salut. La Grâce que nous sollicitons le plus vivement, c'est qu'aucune souffrance ne puisse jamais faire fléchir notre courage sous son poids, mais que nous restions debout, fermes, immobiles et invaincus jusqu'au dernier instant de notre vie. Et puissions-nous, après cette union que votre Grâce a établie sur la terre entre nos âmes et Dieu, mériter de parvenir enfin à cette Gloire que les Saints partagent avec Vous dans le Ciel ».

Ainsi soit-il.


Louis de Grenade (1504-1588)

Louis-de-Grenade.jpg

Voir également du Frère Louis de Grenade :
La Prière du Frère Luis de Grenade pour les malades en fin de vie « Cœur agonisant de Jésus, ayez pitié des mourants ! »
La Prière du Frère Louis de Grenade « Mon Seigneur, accordez-moi la grâce de Vous aimer de tout mon cœur »
La Prière du Frère Louis de Grenade avant la Confession « Ô mon Jésus, envoyez votre Lumière et votre Vérité à ma pauvre âme afin qu'elle découvre en toute vérité les défauts que je dois confesser »
La Prière du Frère Dominicain Louis de Grenade après la Confession « Très-aimable Rédempteur, je Vous supplie d'avoir pour agréable la confession que je viens de faire »
La Prière Mariale du Révérend Père Louis de Grenade à la descente de Croix « Que ferai-je sans Toi, mon Fils ? »
La Prière de Louis de Sarria de Grenade « Je Te salue Vierge Sainte, Toi qui es ma défense et ma vie »
La Prière de Louis de Grenade sur la Bonté de Dieu « Seigneur, votre Bonté ne peut qu'être infinie »
La Prière de Louis de Grenade « Oui, c'est pour me sauver que Vous avez voulu expirer sur une Croix »
La Prière de Luis de Granada « Seigneur Jésus, à l’heure de ma mort donnez-moi à la fois le courage et l'espérance »