La Prière du R. P. Louis de Grenade « Seigneur, enseignez-moi les Lois de la Patience qui m'est si nécessaire » :

« Seigneur, Vous m'avez enseigné du haut de cette chaire les Lois de la Tempérance, enseignez-moi, je Vous prie, maintenant celles de la Patience qui m'est si nécessaire. Vous m'avez fourni de quoi guérir cette partie de mon âme, que l'on nomme concupiscible, guérissez, s'il Vous plaît, l’irascible, puisque votre Croix est un remède utile à tous les maux qui nous affligent, et que les feuilles de cet arbre redonnent la santé à toutes les nations. J’ai dit quelquefois au fond de mon cœur ; je ne veux plus me fâcher contre personne ; je veux avoir la paix avec tout le monde ; je me résous de fuir les compagnies, afin d'éviter les occasions qui pourraient me causer du trouble et de la colère. Mais je reconnais que telle résolution n'est que pure faiblesse ; car de se séparer du commerce des hommes, ce n'est pas surmonter la colère, mais c’est seulement couvrir son imperfection. Et ainsi je me veux disposer à converser, non seulement avec les bons, mais même avec les méchants, et à vivre en paix avec ceux qui haïssent la paix. Faites-moi la Grâce, ô mon Dieu, de pouvoir accomplir mon dessein. Si l'on m'ôte mon bien, que je n'en sois pas plus triste, puisque je Vous vois nu sur cette Croix. Si l'on me ravi l'honneur, que je n'en perde pas la paix, puisque je Vous contemple dans l’opprobre et dans le mépris. Si mes amis me manquent, que je ne me décourage pas, puisqu'à l'heure de Votre mort Vous avez été abandonné, non seulement de Vos amis et de Vos disciples mais de Votre propre Père. Et s'il me semblait quelquefois être délaissé de Vous, que je ne perde pas confiance, puisque Vous ne la perdîtes point, et qu'en finissant ces mots : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-Vous abandonné ? » Vous ajoutâtes encore ceux-ci : « Mon Père, je remets mon âme entre Vos mains », ce qui marque une parfaite confiance. Je vous convie donc, peines, travaux, et persécutions, de tomber sur moi, puisqu'au lieu de m'accabler vous me donnerez moyen de me rendre imitateur de mon Seigneur Jésus-Christ ».

Ainsi soit-il.


Louis de Grenade (1504-1588) - « Traité de l'oraison et de la méditation contenant les considérations que l'on peut faire sur les principaux mystères de notre foi », p.133-134, Chez Louis Roulland (1668)

Louis-de-Grenade.jpg

Voir également du Frère Louis de Grenade :
La Prière du Frère Luis de Grenade pour les malades en fin de vie « Cœur agonisant de Jésus, ayez pitié des mourants ! »
La Prière du Frère Louis de Grenade « Mon Seigneur, accordez-moi la grâce de Vous aimer de tout mon cœur »
La Prière du Frère Louis de Grenade avant la Confession « Ô mon Jésus, envoyez votre Lumière et votre Vérité à ma pauvre âme afin qu'elle découvre en toute vérité les défauts que je dois confesser »
La Prière du Frère Dominicain Louis de Grenade après la Confession « Très-aimable Rédempteur, je Vous supplie d'avoir pour agréable la confession que je viens de faire »
La Prière Mariale du Révérend Père Louis de Grenade à la descente de Croix « Que ferai-je sans Toi, mon Fils ? »
La Prière de Louis de Sarria de Grenade « Je Te salue Vierge Sainte, Toi qui es ma défense et ma vie »
La Prière de Louis de Grenade sur la Bonté de Dieu « Seigneur, votre Bonté ne peut qu'être infinie »
La Prière de Louis de Grenade « Oui, c'est pour me sauver que Vous avez voulu expirer sur une Croix »
La Prière de Luis de Granada « Seigneur Jésus, à l’heure de ma mort donnez-moi à la fois le courage et l'espérance »
La Prière de Louis de Grenade pour la Fête de l’Épiphanie « Ô divin Enfant Jésus, que cherchent aujourd'hui les Mages »
La Prière de Louis de Grenade « Accordez-nous, Seigneur, de persévérer joyeusement en Vos louanges »
La Prière du R. P. Louis de Grenade « Ô Bon Jésus, que par la vertu de ce Sacrement nous soyons unis à Vous comme des membres à leur Chef »
La Prière du R. P. Luis de Sarria de Granada « Souvenez-Vous, ô mon Dieu, du prix dont Vous m’avez racheté »
La Prière du R. P. Louis de Grenade « Seigneur, enseignez-moi les Lois de la Patience qui m'est si nécessaire »