La Prière de Maria Valtorta « Oh ! Mon Bien-aimé, mon Unique et Seul Amour, je ne Te perdrai pas ! » :

« Violette, oui. Une violette qui a cherché à se tenir cachée dans l’herbe pour que Jésus ne l’évite pas, Lui qui aimait toutes les choses créées parce qu’œuvres de son Père, mais me presse sous son Pied divin et que je puisse mourir en exhalant mon léger parfum dans l’effort de Lui adoucir le contact avec la terre raboteuse et dure. Violette de la Croix, oui. Et son Sang a rempli mon calice jusqu’à le faire se pencher sur le sol. Oh ! Mon Bien-aimé qui, avant, m’as comblée de ton Sang en me faisant contempler tes Pieds blessés, cloués au bois... et au pied de la croix il y avait un pied de violettes en fleurs et ton Sang tombait goutte à goutte sur le pied de violettes fleuries. Souvenir lointain et toujours si proche et si présent ! Préparation de ce que j’ai été ensuite : Ton porte-parole qui maintenant est tout trempé de ton Sang, de tes Sueurs et de tes Larmes, des larmes de Marie ta Mère, mais qui connaît aussi tes Paroles, tes Sourires, tout, tout de Toi, et qui exhale le parfum non plus des violettes, mais celui de Toi Seul, mon Unique et Seul Amour, de ce Parfum divin qui a bercé hier soir ma douleur et qui vient sur moi, doux comme un baiser, consolant comme le Ciel lui-même, et me fait tout oublier pour vivre de Toi seul. J’ai en moi ta Promesse. Je sais que je ne Te perdrai pas. Tu me l’as promis et ta Promesse est sincère : promesse de Dieu Je te posséderai encore, toujours. C’est seulement si je péchais par orgueil, mensonge, désobéissance, que je Te perdrais. Tu l’as dit, mais Tu sais qu’avec ta Grâce pour soutenir ma volonté, je ne veux pécher et j’espère ne pas pécher parce que Tu me soutiendras. Je ne suis pas un chêne, je le sais. Je suis une violette. Une tige fragile qui peut plier sous le pied d’un oiseau et même sous le poids d’un scarabée. Mais Tu es ma force, ô Seigneur, et mon amour pour Toi est mon aile. Je ne Te perdrai pas. Tu me l’as promis. Tu viendras, tout entier pour moi, pour donner de la joie à Ta violette mourante. Mais je ne suis pas égoïste. Seigneur. Tu le sais. Tu sais que je voudrais ne plus Te voir, mais que d’autres Te voient en grand nombre, et qu’ils croient en Toi. A moi, Tu as déjà tant donné et je n’en suis pas digne. Vraiment Tu m’as aimée comme Toi seul sait aimer Tes fils chéris. Je pense comme il était doux de Te voir « vivre » Homme parmi les hommes. Et je pense que je ne Te verrai plus ainsi. Tout a été vu et dit. Je sais aussi que Tu n’effaceras pas de ma pensée Tes actions d’Homme parmi les hommes, et que je n’aurai pas besoin de livres pour me souvenir de Toi, tel que Tu as été réellement. Il suffira que je regarde en mon intérieur où toute ta Vie est fixée en caractères indélébiles. Mais c’était doux, doux... Maintenant Tu montes... La Terre Te perd. Marie de la Croix Te perd, Maître Sauveur. Tu resteras à elle comme un Dieu très doux, et non plus du Sang mais un Miel céleste Tu verseras dans le calice violacé de ta violette... Je pleure... J’ai été Ta disciple en même temps que les autres sur les chemins de montagne, boisés, ou sur les chemins arides, poussiéreux de la plaine, sur le lac, et près du beau fleuve de ta Patrie. Maintenant Tu t’en vas et je ne verrai plus qu’en souvenir Bethléem et Nazareth sur leurs vertes collines d’oliviers, et Jéricho brûlée par le soleil avec le bruissement de ses palmiers, et Béthanie amie, et Engaddi perle perdue dans les déserts, et la belle Samarie, et les plaines fertiles de Saron et d’Esdrelon, et le haut plateau bizarre d’au-delà du Jourdain, et le cauchemar de la Mer Morte, et les villes ensoleillées des bords de la Méditerranée, et Jérusalem, la ville de ta Douleur, ses montées et ses descentes, les archivoltes, les places, les faubourgs, les puits et les citernes, les collines et jusqu’à la triste vallée des lépreux où ta Miséricorde s’est largement répandue... Et la maison du Cénacle… et la fontaine qui pleure tout près... le petit pont sur le Cédron, l’endroit où Tu as sué le sang... la cour du Prétoire... Ah, non ! Tout ce qui est ta Douleur se trouve ici et y restera toujours... Je devrai chercher tous les souvenirs pour les retrouver, mais ta Prière au Gethsémani, ta Flagellation, ta Montée au Golgotha, ton Agonie et ta Mort, la douleur de ta Mère, non, je n’aurai pas à les chercher : ils me sont toujours présents. Peut-être je les oublierai au Paradis.., et il me paraît impossible de pouvoir les oublier même là... Tout souvenir de ces heures atroces, jusqu'à la forme de la pierre sur laquelle Tu es tombé, même le bouton de rose rouge qui battait comme une goutte de sang sur le granit, contre la fermeture de ton tombeau. Mon Amour tout divin, ta Passion vit dans ma pensée... et m’en brise le cœur. Ainsi soit-il. »

Maria Valtorta (1897-1961) – « L'Evangile tel qu'il m'a été révélé » (Tome X, chapitre 23)

Maria-Valtorta.jpg

Les visions de Maria Valtorta (15.000 pages écrites à la main, d'une traite, sans ratures) proposent plusieurs centaines de visions de l’Évangile avec une multitude de détails (70 groupes ethniques, 750 personnages, 220 villages, 110 sites géographiques, 150 plantes, 200 espèces animales, 50 espèces minérales, etc.) qui auraient été validés par la science (10.000 cas sans erreur et sans aucun anachronisme, étudiés par Jean-François Lavère). À partir des 5.000 indications spatio-temporelles contenues dans ces visions, Jean Aulagnier a reconstitué un « calendrier de Jésus au jour le jour » qui précise la date de chaque scène de l’Évangile dans notre calendrier actuel et ce calendrier serait parfaitement cohérent avec le calendrier des phases lunaires (indépendant) sur plus d'une centaine de visions qui décrivent la position et les phases de la lune. Nous aurions là parmi bien d'autres faits sidérants, « une preuve à la Saint Thomas du caractère surnaturel de cette œuvre unique au monde » qui a tout de même été interdite de publication en 1949 par la Congrégation pour la doctrine de la foi, mise à l'Index par le Vatican le 16 décembre 1959 et qualifiée comme « Une Vie de Jésus mal romancée » (longueur des discours attribués à Jésus et à la Très Sainte Vierge, la Très Sainte Vierge a la faconde d'un propagandiste d'aujourd'hui et le Christ donne des leçons de théologie dans les mêmes termes que ceux qu'emploierait un professeur de nos jours). Le Nouveau Testament reste et demeure la Parole Unique de Dieu !