Christ-1.jpg

La Prière de Sœur Marie Lataste « Ô Jésus, mon aimable Sauveur, ayez pitié de moi ! » :

« Ô Jésus, mon aimable Sauveur, ayez pitié de moi ! Ô mon tendre Père, souffrez que j'épanche mon cœur dans le sein de votre Miséricorde avec la confiance et la simplicité d'un enfant. Vous seul, ô mon Dieu, savez tout ce que je sens et éprouve. Les peines, les tribulations, les angoisses de mon âme sont bien grandes, mais Vous venez la consoler, la fortifier, la soutenir, la défendre. Que mille actions de grâces Vous en soient à jamais rendues, ô Dieu infiniment Bon et Libéral ! Seigneur, ne prenez pas comme un murmure de révolte ce que je vais dire, mais comme une plainte d'enfant qui recourt amoureusement à son père. Pourquoi, mon doux Sauveur, me faites-Vous éprouver toutes les choses que j'éprouve et qui sont quelquefois si extraordinaires et si étonnantes qu'elles deviennent l'occasion d'épreuves terribles et de toutes sortes d'humiliations ? Pour Vous plaire et pour Vous obéir, j'ai toujours tout sacrifié, j'ai toujours consenti par amour pour Vous à passer aux yeux des hommes pour une folle et une insensée, et à ne jamais être offensée de leur manière de voir par rapport à ce que je leur disais. Mais jusques à quand, Seigneur, me laisserez-Vous dans la position où je suis ? Je ne vis point, et cependant je ne trouve point la mort dans ma vie. Je languis comme une plante qui se dessèche, mais qui reste toujours. Quand verrai-je, Seigneur, l'accomplissement de vos Promesses ? Quand montrerez-Vous que Vous êtes mon Dieu, mon Protecteur et mon Défenseur ? Ah ! Ne permettez jamais que je sois trompée dans l'espérance que j'ai fondée sur Vous. Oui, mon Sauveur et mon Dieu, j'espère en Vous, j'espère en votre Miséricorde, j'espère en votre Amour et votre Charité, j'espère en votre Providence, j'espère en votre Force et votre Soutien, j'espère en vos Paroles et vos Promesses ; j'espère parce que Vous m'avez dit et que Vous m'avez ordonné d'espérer. Mon espérance ne peut se reposer qu'en Vous, parce que Vous êtes Dieu, parce que Vous êtes Sauveur, parce que Vous êtes l’Ami de celui qui est faible, le Consolateur de celui qui est affligé, la Vie de celui qui se meurt et la Béatitude de celui qui Vous aime. Oui, j'espère en Vous et mon espérance ne sera pas déçue. Néanmoins, quoi qu'il arrive, je Vous dirai toujours : Seigneur Jésus, que votre Volonté soit faite et non la mienne. »

Ainsi soit-il.


Sr. Marie Lataste (1822-1847) – « Vies des Saints et des personnages morts en odeur de Sainteté », pages 761-762, chez Berche et Tralin, 1875

Marie-Lataste.jpg