Communion-Eucharistie.jpg

La Prière après la Sainte Communion de Mgr Godeau « Ô Vie divine, étouffez ma vie terrestre, opérez en moi une mort parfaite à moi-même » :

« Le Prophète selon votre Cœur s'étonnait de ce que l'homme étant si peu de chose, il ne se lassait pas néanmoins d'être l'objet de votre Soin et de vos Miséricordes. Quel étonnement dois-je avoir aujourd’hui, que non seulement une créature corruptible comme je suis, mais un vil et infâme pécheur, Vous a reçu dans sa poitrine, a mangé votre Chair, et bû votre Sang ! Ô Dieu, dont toutes les voies sont Justice et Sainteté ; ô Juge qui jugez les Justices, et devant qui nul vivant n'est justifié, comment ravalez-Vous Votre grandeur de la sorte ? Comment dans l'état de votre Gloire, voulez-Vous encore souffrir une humiliation si étrange ? Vous Vous êtes enfermé dans le sein d'une créature, quand Vous Vous êtes fait chair ; mais cette créature était un Chef-d’œuvre de Grâce, mais ce Sein était plus pur que le soleil ; et le mien est un abyme de péchés, un temple d'idoles, un lieu d'abomination. Vous avez laissé reposer un Disciple sur votre poitrine ; mais il était vierge, mais il était fidèle, et il vous suivit jusqu’à la Croix. Et moi, dans l'estomac duquel Vous Vous reposez, je suis un infâme esclave de la concupiscence ; tous les moments de ma vie sont tâchés de quelque infidélité, je Vous ai cent fois renié pour la plus petite douleur. Quelles dispositions ai-je apportées, de quelle robe nuptiale me suis-je revêtu pour me mettre à votre Table ? Ai-je lavé mes mains et mes pieds ? Hélas, je me suis présenté dans un état digne d'être chassé honteusement, et envoyé lié et garroté dans les ténèbres extérieures. Cependant Vous m'avez reçu, Vous Vous êtes donné à moi, et je Vous tiens en ma puissance. Ô Miséricorde ! Ô Bonté ! Ô Jésus ! Vous faites bien voir que Vous êtes le vrai et l'unique Jésus, le Sauveur des hommes, plutôt que leur Juge. Que les Anges qui sont devant votre Trône Vous remercient pour moi, que vos Saints Vous en bénissent, que les Justes en la terre Vous en rendent grâces. Car je n'ai pas assez de mon cœur pour reconnaitre une Libéralité si admirable et si inouïe. Remerciez-Vous Vous-même, ô Jésus. Le Mystère dans lequel je Vous ai reçu, est une action de grâces. Et comme Vous ne pouvez mieux être reçu qu'en Vous-même, Vous ne pouvez aussi mieux être remercié que par Vous. Non, Seigneur, je n'abuserai plus de votre Douceur. Elle me fait rougir heureusement de mon ingratitude et m'en donne une confusion si grande, que jamais je n'oublierai l'honneur que Vous venez de me faire : que toujours je Vous considèrerai comme Celui qui me nourrit étant son ennemi et qui me nourrit de sa Chair : que toujours je respecterai les lèvres qui Vous ont touché, le sein où Vous avez logé, les membres que votre Attouchement a sanctifié. Vous êtes en moi une Semence d'immortalité et j'éviterai toutes les œuvres de mort, et je commencerai à vivre de la vie nouvelle que Vous communiquez à ceux qui se repaissent de Vous. Car votre dessein en l'Eucharistie est que comme Vous vivez de votre Père et en votre Père, vos Membres, qui sont les Fidèles, vivent de Vous et en Vous. Vivre de Vous, vivre en Vous. Quel Honneur ! Quelle Grâce ! Quelle Bénédiction ! Et comment cette vie s'accorderait-elle avec l'amour du monde, l'attachement à la terre, l'ambition, la haine, l'avarice, l'envie, et les autres passions du vieil Adam. Ô Aliment céleste, transformez moi en Vous ! Ô Vie divine, étouffez ma vie terrestre, opérez en moi une mort parfaite à moi-même. Ô Jésus, qui n'y usez point de Vos sens corporels, qui avez des yeux, et ne voyez pas ; des oreilles, et n'entendez pas ; des pieds, et ne marchez point ; ôtez-moi l'usage mauvais que je fais de mes yeux, de mes oreilles, de mes pieds, et de mes autres sens, tant extérieurs qu'intérieurs. Car jusqu’ici ils n'ont servi qu'à me détourner de Vous, et qu'à me précipiter dans toutes sortes de péchés. Ô Jésus qui êtes voilé d'espèces corruptibles, et exposé aux injures des démons et des hommes ; faites-moi aimer l'humiliation et le mépris ; donnez-moi la patience dans les opprobres ; éteignez dans mon esprit ce violent désir de paraitre plus parfait que je ne suis, et de recevoir des acclamations de chacun. Ô Jésus, qui obéissez à la voix des Prêtres si humblement, et si promptement, Vous trouvant sous les sacrés Symboles, aussitôt que les Paroles de la Consécration sont prononcées, inspirez-moi l'obéissance à mes supérieurs, et empêchez que je n'use avec tyrannie du pouvoir que j'ai sur les autres. Ô Jésus qui écoutez chacun en votre Eucharistie, qui y êtes toutes choses, Consolation des affligés, Trésor pour les pauvres, Force pour les faibles, Lumière pour les aveugles, Science pour les ignorants, Voie pour les égarés, Vérité pour les errants, Vie pour les morts ; faites que désormais par la Charité je sois toutes choses à mon prochain, et que selon ma capacité je serve tous ceux qui Vous adorent ; que j'oublie tous mes intérêts, et leur fasse part de tout ce que je possède, soit des biens de la terre, soit des biens de la Grace. Ô Jésus, qui êtes caché sous des Symboles d'unité : ôtez-moi les désirs inutiles de tant de choses qui me travaillent : que je n'aspire qu'à l'un nécessaire, qui est votre Amour, et que je sois un de cœur avec mes Frères, puisque nous ne faisons qu'un Corps, et que nous vivons de même pain. Enfin, ô Jésus, que toute ma vie soit réglée sur le Mystère de votre Corps et de votre Sang afin que Vous ayant mangé ici-bas sous des voiles, je Vous reçoive au Royaume de votre Père sans voiles, et sois pour jamais assis à la Table que Vous nous y ayez préparée. »

Ainsi soit-il


Mgr Antoine Godeau (1605-1672) – « Méditations sur le Très-Saint Sacrement de l’Autel pour servir à toutes les heures du jour et de la nuit, aux Adorateurs perpétuels de ce Mystère » , p. 205-209, chez Théodore Muguet (1697)

Antoine-Godeau.jpg

Voir également de Mgr Antoine Godeau :
La Prière de Mgr Antoine Godeau « Seigneur, éclairez mon esprit dans mes entreprises »
La Prière d’Antoine Godeau « Seigneur, prête toujours l'oreille à ma juste prière »
Le Poème d’Antoine Godeau sur la Résurrection « Seigneur, Ton cercueil se change en un Berceau »
Le Poème d’Antoine Godeau sur la conversion de Saint Paul « D’un loup cruel, Tu en as fait un doux agneau »
La Prière d’Antoine Godeau lors de la Communion du Prêtre « Je ne suis pas digne, Seigneur, que Vous entrassiez dans mon cœur et que Vous me nourrissiez de Votre chair »
La Prière de Mgr Godeau avant de se confesser « Seigneur, j’ose Vous demander le pardon duquel je me confesse très indigne »
La Prière de Mgr Godeau à faire après la Confession « Seigneur, j'ai été guéri en Vous découvrant mon mal »
La Prière de Mgr Antoine Godeau après la Sainte Communion « Ô Jésus, Vous venez de Vous donner à moi pour demeurer en moi »
La Prière pour nos Prêtres de Monseigneur Antoine Godeau « Ô Jésus, que votre Peuple trouve en vos Prêtres le modèle parfait de la Vie Chrétienne »
La Prière pour la Sainte Communion de Mgr A. Godeau « Ô mon Sauveur, en ce Banquet Vous donnez encore à tous votre Sang »
La Prière après la Sainte Communion de Mgr Godeau « Ô Vie divine, étouffez ma vie terrestre, opérez en moi une mort parfaite à moi-même »