La Prière de Mgr Landriot « Qu'est-ce que l'homme, ô mon Dieu ! » :

« Qu'est-ce que l'homme, ô mon Dieu ! Etre d'un jour, atome perdu dans l'océan de l'éternité, aveugle qui marche dans les ténèbres ! Qu'est-ce que l'homme, pour que Vous daigniez répondre à ses questions ? Ô Seigneur, j'admire ce chef-d’œuvre de Vos mains, cette ombre de votre Verbe, pour me servir de la pensée de Saint Athanase ; je l'admire quand il reçoit la lumière dans la dose et sous la forme que Vous lui avez préparée en ce monde. Alors il est fort, il est grand, son œil est lumineux, sa marche est belle et progressive dans les sphères de la clarté divine. Mais quand il ose dépasser sa limite, il devient comme l'aigle qui voudrait absorber dans son regard tous les rayons du soleil ; il est frappé de cécité immédiate. Naguère il voyait les ombres du vrai, en attendant les splendeurs de l'éternité ; aujourd'hui il est aveugle d'orgueil et d'ambition démesurée. Ô mon Dieu, si l'homme n'était point fait à votre Image, si un rayon de votre Gloire, malgré sa profonde misère, ne brillait pas sur son front, il serait bien souvent l'être le plus digne de pitié et le plus contradictoire de toute la création. Etre infirme et dont la faiblesse n'a d'égale que ses prétentions, intelligence étroite et bornée, comme cette petite langue de terre que la mer immense limite de toutes parts en la rongeant avec une effrayante rapidité ! N’importe, l'âme humaine veut tout savoir et tout comprendre : remplie d'elle-même, elle s'élève toujours et semble dire comme Lucifer : « je monterai au ciel, j'établirai mon trône au-dessus des astres de Dieu, et je serai semblable au Tout-Puissant ».

Ainsi soit-il.


Monseigneur Jean-Baptiste Landriot (1816-1874) – « L'Eucharistie », pages 10-11, chez Victor Palmé, 1866

Mgr-Jean-Baptiste-Landriot.jpg

Voir également de Mgr Landriot :
La Prière de Mgr Landriot contre l’orgueil et l’ambition démesurée « Qu'est-ce que l'homme, ô mon Dieu ! »
La Prière de Mgr Jean-Baptiste Landriot sur la Foi Catholique « Oui, mon Dieu, je crois en Vous alors même que je ne Vous comprends pas »