Christ-de-Limpias-Espagne.jpg

« Consummatum est : Tout est accompli ! » (jn 19, 30) Telles sont les dernières Paroles avec lesquelles le Sauveur, expirant sur la Croix, consomme aujourd'hui son Sacrifice ; tels les derniers soupirs que les saintes femmes et le disciple bien-aimé recueillent de Sa bouche mourante ; telles les dernières instructions qu'ils reçoivent de leur bon Maître. C'est ainsi qu’Il quitte la terre, et qu’Il laisse Ses chers disciples également consternés et de la douleur de Sa perte et du mystère profond de cette dernière Parole : « Tout est accompli : Consummatum est ». Tout est consommé, et du côté de la Justice de son Père, et du côté de la malice des hommes, et du côté de son Amour. Jésus-Christ n'ayant plus rien à faire pour nous sur la terre, le grand Sacrifice offert, et toutes les figures anciennes accomplies ; Jérusalem ayant comblé la mesure de ses pères ; tous les oracles des Prophètes développés ; le véritable culte établi ; la Gloire de son Père vengée ; le cours de Son ministère fini ; ne pouvant plus laisser aux hommes de plus grandes marques de son Amour, Il déclare que tout est accompli : « Consummatum est ». Il baisse la tête; Il pousse vers le Ciel une forte clameur ; Il expire, et rend à son Père l'âme et l'esprit qu’Il avait reçus de Lui. Regardez ce divin Sauveur expirant sur la Croix, et ne se proposant que vous seul pour le prix de Ses souffrances ; Il meurt, votre Libérateur ; Il meurt à votre place ; Il meurt dans le temps, afin que vous ne mouriez pas dans l'éternité ; Il meurt, parce qu’Il vous aime ; Il meurt, parce que vous ne L'aimez pas. Votre tendresse, votre douleur, votre reconnaissance peuvent-elles ici se prescrire des bornes ? Et n'êtes-vous pas un anathème si vous n'aimez pas Jésus-Christ crucifié ? Les spectateurs de Sa mort lui disent aujourd'hui : « Descendez de la Croix, et nous croirons en Vous » (Mt 27, 42) ; mais nous devons Lui tenir ici un langage bien différent. »


La Prière de Mgr Massillon « Ô mon Sauveur, plus Vous nous paraissez rassasié d'opprobres, plus notre foi s'augmente, plus notre espérance est ferme, plus notre amour s'enflamme » :

« C'est parce que Vous êtes monté sur la Croix, ô mon Sauveur ! C’est parce que Vous expirez aujourd'hui pour moi, et que Vous choisissez ce trône d'ignominie pour y être notre victime et notre Pontife ; c'est pour cela même que toute notre consolation est de croire en Vous, de Vous adorer comme notre médiateur, et de Vous consacrer ce qui nous reste de vie. Ne descendez pas de ce Bois sacré, où Vous êtes la seule espérance de Votre peuple. Attirez-nous-y plutôt avec Vous, comme Vous nous l'avez promis ; plus Vous nous paraissez rassasié d'opprobres, plus notre foi s'augmente, plus notre espérance est ferme, plus notre amour s'enflamme. Tant de peines et de souffrances offertes pour nous pourraient-elles nous être inutiles ? Auriez-Vous racheté nos âmes d'un si grand prix, si Vous aviez voulu les laisser périr ? Et seriez-Vous mort avec tant d'ignominie si, en participant à votre Croix, nous ne devions pas partager un jour avec Vous la Gloire de Votre immortalité ? »

Ainsi soit-il.


Mgr Jean-Baptiste Massillon (1663-1742)

Mgr-Jean-Baptiste-Massillon.jpg

Voir également de Jean-Baptiste Massillon :
La Prière de Massillon sur le Psaume 1 « Le bonheur d'une âme qui après avoir été engagée dans les passions du monde s'en désabuse et revient à Dieu »
La Prière de Jean-Baptiste Massillon sur le Psaume 3 « Le Sentiment d'une âme pénétrée de l'énormité de ses crimes passés, et en même temps pleine de confiance en la Miséricorde du Seigneur »
La Prière de Mgr Massillon après la Confession « Seigneur, je sais que Vous êtes le meilleur de tous les Maîtres »
La Prière de Mgr Massillon pour le Vendredi Saint « Ô mon Sauveur, plus Vous nous paraissez rassasié d'opprobres, plus notre foi s'augmente, plus notre espérance est ferme, plus notre amour s'enflamme »