La Prière de Pascal « Ô mon Dieu, je Vous ai toujours été contraire » :

« Seigneur, bien que ma vie passée ait été exempte de grands crimes, dont Vous avez éloigné de moi les occasions, elle Vous a été néanmoins très odieuse par sa négligence continuelle, par le mauvais usage de Vos plus augustes Sacrements, par le mépris de votre Parole et de vos Inspirations, par l'oisiveté et l'inutilité totale de mes actions et de mes pensées, par la perte entière du temps que Vous ne m'aviez donné que pour Vous adorer, pour rechercher en toutes mes occupations les moyens de Vous plaire, et pour faire pénitence des fautes qui se commettent tous les jours, et qui même sont ordinaires aux plus justes ; de sorte que leur vie doit être une pénitence continuelle sans laquelle ils sont en danger de déchoir de leur justice. Ainsi, mon Dieu, je Vous ai toujours été contraire ».

Ainsi soit-il.

Blaise Pascal (1623-1730) - Pensées de Pascal : « Prière pour les maladies », Collection Napoléon Chaix, chapitre VIII, page 370

Blaise-Pascal.jpg

Voir également de Blaise Pascal :
La Prière de Blaise Pascal « Seigneur, faites-moi la Grâce de ne pas agir en païen dans l'état où votre Justice m'a réduit »
La Prière de B. Pascal « Je Vous loue, mon Dieu, et je Vous bénirai tous les jours de ma vie »
La Prière de Pascal « Ô mon Dieu, Vous m'aviez donné la santé pour Vous servir »
La Prière de Blaise Pascal « Ô mon Sauveur, que ce soit Vous qui viviez et qui souffriez en moi »
La Prière de Blaise Pascal « Faites, ô mon Dieu, que j’adore l’ordre de votre Providence sur la conduite de ma vie »
La Prière pour accepter nos souffrances de Blaise Pascal « Faites-moi la Grâce, Seigneur, de joindre Vos consolations à mes souffrances, afin que je souffre en Chrétien »
La Prière de Pascal pour unir nos souffrances à Celles du Christ « Ô Seigneur, ne permettez pas que je sois dans un tel éloignement de Vous »
La Prière de Pascal « Ô Seigneur, je sais qu'il est bon de Vous suivre et qu'il est mauvais de Vous offenser »
La Prière pour les maladies N° VIII de Pascal « Ô mon Dieu, je Vous ai toujours été contraire »