La Prière de Paul Claudel « Seigneur, je Vous remercie de m'avoir ainsi attaché ! » :

Le jésuite - frère de don Rodrigue de Manacor -, pendu par les pirates au tronçon du grand mât d'un vaisseau qui le transportait d'Espagne en Amérique, exprime à Dieu son Offrande :

« Seigneur, je Vous remercie de m'avoir ainsi attaché ! Et parfois il m'est arrivé de trouver vos commandements pénibles et ma volonté en présence de votre règle perplexe, rétive. Mais aujourd'hui il n'y a pas moyen d'être plus serré à vous que je ne le suis et j'ai beau vérifier chacun de mes membres, il n'y en a plus un seul qui de vous soit capable de s'écarter si peu. Et c'est vrai que je suis attaché à la croix, mais la croix où je suis n'est plus attachée à rien. Elle flotte sur la mer. La mer libre à ce point où la limite du ciel connu s'efface, et qui est égale distance de ce monde ancien que j'ai quitté et de l'autre nouveau. Tout a expiré autour de moi, tout a été consommé sur cet étroit autel qu'encombrent les corps de mes sœurs l'une sur l'autre, la vendange sans doute ne pouvait se faire sans désordre, mais tout, après un peu de mouvement, est rentré dans la grande paix paternelle ... Je me suis donné à Dieu et maintenant le jour du repos et de la détente est venu et je puis me confier à ces liens qui m'attachent. »

L'Offrande à Dieu s'achève en intercession pour son frère :

« Mon Dieu, je vous prie pour mon frère Rodrigue ! Il se figure qu'il vous tourne le dos... Mais, Seigneur, il n'est pas si facile de vous échapper, et s’il ne va pas à vous par ce qu'il a de clair, qu'il y aille par ce qu’il a d'obscur ; et par ce qu'il a de direct, qu'il y aille par ce qu'il a d'indirect ; et par ce qu’il' a de simple, qu’il y aille par ce qu'il a en lui de nombreux et de laborieux et d'entremêlé ; et s'il désire le mal, que ce soit un tel mal qu'il ne soit compatible qu'avec le bien ; et s'il désire le désordre, un tel désordre qu'il implique le branlement et la fissure de ces murailles autour de lui qui lui barraient le salut, je lui dis à lui et à cette multitude avec lui qu'il implique obscurément. Car il est de ceux-là qui ne peuvent se sauver qu'en sauvant toute cette masse qui prend leur forme derrière eux. Ainsi soit-il. »


Paul Claudel (1601-1680)

Paul-Claudel.jpg

Voir également de Paul Claudel :
La Prière de Paul Claudel « Mon Dieu, il est dur de garder tout son cœur »
La Prière de Paul Claudel « Seigneur, Vous nous êtes entièrement désirable »
La Prière de Paul Claudel « Seigneur, je Vous remercie de m'avoir ainsi attaché ! »
La Prière Mariale de Paul Claudel « Parce que Vous êtes Marie, Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée ! »
La Prière de Paul Claudel sur la Nuit de Pâques « Entre le Samedi-Saint et Pâques, la nuit n’est pas faite pour dormir ! »