Epiphanie.jpg

L’Hymne de Prudence de Sarragosse pour l’Epiphanie « Reconnais les illustres symboles de Ta puissance et de Ta royauté, Enfant, à qui le Père a conféré par avance une triple destinée » :

« Au sein de l’Empire Persan, de cette contrée ou se lève le soleil, des Mages, investigateurs habiles, aperçoivent l’étendard du Roi. A peine a-t-il brillé aux cieux, que les autres sphères pâlissent ; l’étoile du matin, malgré sa beauté, n’ose se montrer auprès de Lui. Quel est, disent les Mages, ce Roi qui commande aux astres, qui émeut les globes célestes, à qui la lumière et l’air obéissent ? Ce que nous voyons est le signe de Celui qui ne connaît pas de terme, le Dieu sublime, immense, sans limites, dont la durée précède celle du ciel et du chaos. Il est le Roi des nations, le Roi du peuple judaïque ; Il fut promis au Patriarche Abraham et à sa race, dans les siècles. Ce premier père des croyants, qui sacrifia son Fils unique, connut que sa race serait un jour nombreuse comme les étoiles. Voici que la fleur de David s’élève sur la tige de Jessé ; la verge fleurit et devient un sceptre qui commande à l’univers. L’œil fixé au ciel, les Mages suivent en hâte le sillon de lumière que l’étoile leur traçait à l’horizon, pour régler sur la terre la voie qu’ils devaient suivre. Le signe s’arrêta au-dessus de la tête de l’Enfant qu’ils cherchaient ; il abaisse son flambeau et leur découvrit cette Tête sacrée. Les Mages Le voient ; aussitôt ils ouvrent les trésors de l’Orient, et prosternés Lui offrent l’encens, la myrrhe et l’or des Rois. Reconnais les illustres symboles de Ta puissance et de Ta royauté, Enfant, à qui le Père a conféré par avance une triple destinée. L’or annonce le Roi, l’odeur suave de l’encens de Saba proclame le Dieu, la myrrhe présage le Tombeau ; Tombeau par lequel ce Dieu, laissant périr son Corps, et Le ressuscitant après la sépulture, brisera la mort et ses cachots ».

Ainsi soit-il.


Prudentius de Sarragosse (348-405)


Voir également d’Aurelius Prudentius Clemens :
La Prière du Lucernaire d’Aurelius Prudentius Clemens « Tu es la vraie Lumière pour nos âmes »
L’Hymne du matin de Prudence de Sarragosse « L’Oiseau qui annonce le jour chante l'approche de la lumière »
La Prière de Prudentius de Sarragosse aux Saints Martyrs Innocents « Je vous salue, Fleurs des martyrs, qu’à l'aurore de votre vie l'ennemi du Christ arracha »
L’Hymne de Prudence pour l’Epiphanie « Reconnais les illustres symboles de Ta puissance et de Ta royauté, Enfant, à qui le Père a conféré par avance une triple destinée »