La Prière de Saint Fulgence « Ô mon Dieu, Vous m'avez privée d'un mari dont la fidélité était si religieusement profonde » :

« Ô mon Dieu, ce n'est pas sans un dessein particulier de votre Providence que Vous m'avez privée d'un mari dont la fidélité était si religieusement profonde, dont le cœur était humble, les mœurs douces, les œuvres miséricordieuses, la vie pure et l’âme innocente, et que Vous l'avez, tout jeune encore, transporté du pèlerinage de cette vie aux éternelles demeures de la Patrie céleste. Vous avez eu sans doute un double but, Seigneur : Vous avez voulu lui donner plus tôt la joie éternelle et me donner à moi l'occasion de vivre plus chrétiennement. Loin de moi la tristesse ! Car il ne m’a précédée que de quelques jours. Faites que j'aie seulement le souci de mieux vivre pour arriver à l'éternelle Vie. Je veux, par votre Grâce, me livrer à la prière. Tout ce que je retrancherai de ma parure, je veux le donner à ceux qui ont faim ; tout ce que je me refuserai, je veux le donner à ceux qui n’ont rien ; je veux que mon jeûne volontaire mette fin au jeûne forcé de tant de misérables ; mes vêtements seront moins riches, mais je couvrirai la nudité des pauvres. Je m'entretiendrai avec Dieu, et mettrai dans les saints Livres toute la félicité de mon âme. Que Dieu seulement me dirige dans Sa voie et me conduise par la main jusqu'à la terre promise du Royaume d'en haut ».

Ainsi soit-il.


Saint Fulgence de Ruspe (467-532) - Lettre de Saint Fulgence à Galla : « De consolatione super mariti morte »

Fulgence-de-Ruspe.jpg