La Prière de Saint Jean Chrysostôme « Ne fais pas la guerre au Ciel, ô homme, car rien n’est comparable à la force de l'Église » :

« Ô homme, rien n’est comparable à la force de l'Église. Cesse la guerre, si tu ne veux pas sentir épuiser tes forces ; ne fais pas la guerre au Ciel. Si tu déclares la guerre à l'homme, tu peux vaincre, ou succomber ; mais quand tu attaques l'Eglise, l'espoir de vaincre t’est interdit ; car Dieu est plus fort que tout. Serions-nous donc jaloux du Seigneur ? Serions-nous plus puissants que Lui ? Dieu a fondé, Il a affermi ; qui essaiera d'ébranler ? Tu ne connais donc pas sa Force ? Il regarde la terre, et Il la fait trembler, Il commande, et ce qui était ébranlé devient solide. Si naguère Il a raffermi votre ville agitée par un tremblement de terre, combien plus pourra-t-Il rasseoir l'Eglise ? Mais Elle est plus solide que le Ciel même. Le ciel et la terre passeront, dit le Seigneur ; mais mes Paroles ne passeront point. Et quelles Paroles ? Tu es Pierre, et sur cette pierre, qui est à moi, je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre Elle. Si tu ne crois pas à cette Parole, crois aux faits. Combien de tyrans ont essayé d'écraser l’Église ? Que de bûchers, que de bêtes féroces, que de glaives ! Et tout cela, pour ne rien produire. Où sont maintenant ces redoutables ennemis ? Le silence et l’oubli en ont fait justice. Et l’Eglise, où est-Elle ? Sous nos yeux, plus resplendissante que le soleil. Mais si, lorsque les Chrétiens étaient en petit nombre, ils n'ont pas été vaincus ; aujourd'hui que l’univers entier est plein de cette Religion sainte, comment les pourrais-tu vaincre ? Le ciel et la terre passeront, dit le Christ, mais mes Paroles ne passeront pas. Et il en doit être ainsi ; car l'Eglise est plus aimée de Dieu que le ciel même. Ce n'est pas du ciel qu’Il a pris un corps ; la chair qu’Il a prise appartient à l'Eglise. Le ciel est pour l’Eglise, et non pas l'Eglise pour le ciel. Ne vous troublez pas de ce qui est arrivé. Faites-moi cette grâce, d'être immobiles dans la foi. N'avez-vous pas vu Pierre, lorsqu’il marchait sur les eaux, pour avoir douté un instant, courir le risque d'être submergé, non par l’impétuosité des flots, mais pour la faiblesse de sa foi. Sommes-nous donc montés sur ce Siège par les calculs humains ? L'homme nous a-t-il élevé, pour que l'homme nous puisse renverser ? Je ne le dis pas par arrogance ni par une vaine jactance : à Dieu ne plaise ! Je veux seulement affermir ce qui en vous serait flottant. La ville était rassise sur ses bases, le diable a voulu ébranler l'Église. Ô esprit de scélératesse et d'infamie ! Tu n'as pas su renverser des murailles, et tu espères ébranler l'Église ! Consiste-t-Elle donc dans des murailles, l'Eglise ? Non ; l‘Eglise, c’est la multitude des fidèles ; ils sont ses fermes colonnes, non liées avec le fer, mais serrées par la foi. Je ne dis pas seulement qu'une telle multitude a plus de force que le feu ; ta rage ne saurait triompher même d'un seul Chrétien. Rappelle-toi quelles blessures t'ont infligées les Martyrs. N’a-t-on pas vu souvent comparaître une jeune fille délicate, amenée devant le juge, avant l’âge nubile ; elle était plus tendre que la cire, et cependant plus ferme que la pierre. Tu déchirais ses flancs ; tu ne lui enlevais pas la foi. La chair cédait sous l'instrument de torture, la constance dans la foi ne cédait pas. Tu n’as pu vaincre même une femme, et tu espères surmonter tout un peuple ? Tu n'as donc pas entendu le Seigneur qui disait : « Là où deux ou trois sont rassemblés en mon Nom, j'y suis, au milieu d’eux » ? Et Il ne serait pas présent au milieu d'un peuple nombreux, enchaîné par les liens de la charité ? J'ai en mes mains le gage, je possède Sa promesse écrite ; c'est là le bâton sur lequel je m'appuie, c'est là ma sécurité, c'est là mon port tranquille. Que l’univers entier s’agite, je me contente de relire ces caractères sacrés ; c'est là mon mur, c'est là ma forteresse. Mais quels caractères ? Ceux-ci : « Je suis avec vous tous les jours, jusqu‘à la consommation des siècles ». Le Christ est avec moi ! Qu’ai-je à craindre ? Quand les flots s'élèveraient contre moi, quand les mers, quand la fureur des Princes ; pour moi, tout cela est moins qu'une toile d’araignée. Si votre charité ne m’eût retenu, j’étais prêt à partir pour l’exil, dès aujourd'hui même. Voici ma prière : Seigneur, que votre Volonté se fasse ; non telle ou telle volonté, mais la Vôtre. Qu’il arrive ce que Dieu voudra ; s’Il veut que je reste ici, je L'en remercie ; en quelque lieu qu’Il veuille que je sois transporté, je Lui rends grâces ».

Ainsi soit-il.


Saint Jean Chrysostome (345-407) - L’Année Liturgique « Le Temps de Noël » de Dom Prosper Guéranger, p. 470-472, chez Julien Lanier (1847)

Jean-Chrysostome.jpg

Voir également de Saint Jean Chrysostome :
La Prière de Saint Jean Chrysostome avant la Communion « Seigneur mon Dieu ! Je sais que je ne suis pas digne »
La Prière de Saint Jean Chrysostome de confession « Seigneur, ne me privez point de Vos biens célestes »
La Prière de Saint Jean Chrysostome d’abandon « Seigneur, que Votre volonté soit faite en moi pauvre pécheur »
La Prière de Saint Jean Chrysostome avant de lire la Parole de Dieu « Ô Seigneur Jésus-Christ, ouvre les yeux de mon cœur »
Le Sermon de Saint Jean Chrysostome sur le diable tentateur « Les 5 chemins de la conversion »
La Prière de Saint Jean Chrysostome pour le Salut « Ô Sauveur, je Te demande de me sauver par Ta grâce ! »
La Prière de Saint Jean Chrysostome « Seigneur, ne me retire pas Ta bonté ! »
L’Homélie sur la Prière « La Prière est la Lumière de l'âme, la vraie connaissance de Dieu, la médiatrice entre Dieu et les hommes » de Saint Jean Chrysostome
L’Homélie sur la Moisson Abondante de Saint Jean Chrysostome « Quand l'agriculteur sort de chez lui pour aller faire la moisson »
La Prière de Réconciliation de Saint Jean Chrysostome « Seigneur Jésus Christ, remets, efface, purifie et pardonne toutes les fautes et transgressions de ton serviteur inutile »
La Prière de Saint Jean Chrysostome sur la Bonté de Dieu « Ne désespérez pas, gardez-vous du désespoir »
La Prière avant les repas de Saint Jean Chrysostome « Sois béni, mon Dieu, Toi qui me nourris depuis mon enfance »
La Prière après les repas de Saint Jean Chrysostome « A Toi la gloire, Seigneur qui nous as procuré la nourriture pour notre joie »
La Prière de Saint Jean Chrysostome « Accorde-nous, Seigneur, d'observer cette règle de vie : vouloir ce que Tu veux »
La Prière de Saint Jean Chrysostome « Dieu, Ami des hommes, délivre-nous du jugement »
La première « Homélie sur le Mariage » de Saint Jean Chrysostome
La deuxième « Homélie sur le Mariage » de Saint Jean Chrysostome
La troisième « Homélie sur le Mariage » de Saint Jean Chrysostome
La Prière du soir de Saint Jean Chrysostome « Ne vous endormez jamais, avant d'avoir examiné les fautes que vous avez commises pendant la journée »
La Prière d’exorcisme de St Jean Chrysostome « Ô Dieu Tout-Puissant, éloignez et chassez au loin tout démon pervers et malsain »
La Prière de Jean Chrysostome « Ô Vierge, qui avez enfanté Dieu, demandez-Lui de sauver toutes nos âmes »
La Prière de Jean Chrysostome « C’est ce Corps qui a été si durement frappé et cloué au gibet de la Croix »
La Prière de Saint Chrysostome pour la Sainte Communion « Approchons-nous du Corps de Jésus-Christ »
La Prière de Saint Jean Chrysostôme « Ce que Dieu a joint, ce n’est pas à l’homme de le désunir »
La Prière de Saint Jean Chrysostôme « Ne fais pas la guerre au Ciel, ô homme, car rien n’est comparable à la force de l'Église »