Saint-Sacrement-1.jpg

La Prière de Saint Maximilien Kolbe « Ô Dieu d'amour, Tu m'as aimé depuis des siècles et même avant les siècles » :

« Qui aurait osé supposer que Toi, ô Dieu infini, éternel, Tu m'aies aimé depuis des siècles, et même avant les siècles ? Car Tu m'aimes dès le moment où Tu existes comme Dieu ; Tu m'as donc aimé et Tu m'aimeras toujours ! Alors que je n'existais pas encore, Tu m'aimais déjà, et précisément parce que Tu m'aimais, ô Dieu de bonté, Tu m'as appelé du néant à l'existence ! Pour moi, Tu as créé les cieux constellés d’étoiles, pour moi, la terre, les mers, les montagnes, les fleuves et tant, tant de belles choses sur la terre… Mais cela ne suffisait pas : pour me montrer de près que Tu m'aimais d'une si grande tendresse, Tu es descendu des plus pures délices du paradis sur cette terre contaminée et remplie de larmes; Tu as vécu dans la pauvreté, les peines et les souffrances; et finalement, méprisé et raillé, Tu as voulu être suspendu sur un gibet infime parmi les tourments et entre deux bandits... Ô Dieu d'amour, Tu m'as racheté d'une façon terrible mais magnanime ! Qui aurait osé supposer ? Mais Tu ne t'es pas contenté de cela. En voyant que passeraient au moins dix-neuf siècles après ces preuves éclatantes de ton Amour et que j'apparaîtrais seulement maintenant sur cette terre, Tu as voulu veiller même à cela ! Ton Cœur n'a pas consenti à ce que je doive me nourrir uniquement des souvenirs de ton Amour sans mesure. Tu es resté sur cette pauvre terre dans le Très Saint et Très Admirable Sacrement de l'autel. Qu'est-ce que Tu aurais pu encore me donner, ô Dieu, après T'être déjà offert à moi en propriété ? Ton Cœur brûlant d'amour pour moi T'a encore suggéré un autre don, oui, un autre don encore ! Tu nous as demandé de devenir comme des enfants si nous voulons entrer dans le Royaume des cieux (Mt 18,3). Tu sais bien qu'un enfant a besoin d'une mère : c'est Toi-même qui as établi cette Loi d'amour. Dans ta Bonté et ta Miséricorde, Tu as donc créé pour nous une Mère qui est la personnification de ta Bonté et de ton Amour infini ; et du haut de la Croix sur le Golgotha, Tu nous L’as offerte, et Tu nous as offerts à Elle... Tu as aussi décidé ô Dieu qui nous aimes, de nous La donner comme Dispensatrice Toute-Puissante et Médiatrice de toutes les Grâces: Tu ne Lui refuses rien, et Elle-même ne saurait rien refuser à qui que ce soit... Qui donc pourrait encore se damner ? Qui n'atteindrait pas le Paradis ? »

Ainsi soit-il.


Saint Maximilien Kolbe (1894-1941) – (SK 1145)

Maximilien-Kolbe.jpg

Voir également à propos de Saint Maximilien Kolbe :
La « Prière Mariale » de Saint Maximilien Kolbe
La « Prière pour les Familles » à Saint Maximilien Kolbe
La « Prière Trinitaire » de Saint Maximilien Kolbe
La « Neuvaine » à Saint Maximilien Kolbe
La Prière de Saint Maximilien Kolbe « Ô Vierge Immaculée élue entre toutes les femmes »
La Prière de Maximilien Kolbe « Abandonne-toi complètement à Dieu et tu seras heureux »
La Lettre de Saint Maximilien-Marie Kolbe « C’est l’obéissance, et elle seule, qui nous manifeste sûrement la Volonté de Dieu »
La Prière du Père Maximilien Kolbe « Ô Immaculée, j'ose Vous supplier d'avoir la bonté de bien vouloir me dire qui Vous êtes »
La Prière du Père Kolbe pour la conversion des francs-maçons « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour les francs-maçons ! »
La Prière de Saint Maximilien-Marie Kolbe « Ô Dieu d'amour, Tu m'as aimé depuis des siècles et même avant les siècles »