Vierge-Marie-Bethleem.jpg

La Prière de Saint Méthode « Vous êtes bénie, ô Vierge Sainte, tout à fait bénie et aimée de tous ! » :

« Le Mystère opéré en Vous est étonnant et terrible, ô Vierge Mère, ô Trône spirituel, Vous qui fûtes digne de Dieu et glorifiée par Lui ! Le Miracle dont Vous êtes l'instrument remplit d'étonnement les habitants du Ciel et ceux de la terre. Nous en avons la preuve dans les cantiques des anges qui chantèrent lors de votre Enfantement : Gloire à Dieu au plus Haut des Cieux, Paix à la terre, et Bienveillance aux hommes ! Comme s'ils eussent voulu par ce triple souhait manifester Votre triple Sainteté ! Vous est Bienheureuse entre toutes les femmes, Vous que Dieu même a comblée de bonheur, parce que par Vous la terre a été remplie de la Gloire du Seigneur. Si Dieu a entouré l'Arche Sainte, qui fut l'image et le type de votre Sainteté, d'un honneur, d'une vénération qui en défendait l'approche à tout le monde, excepté aux membres de l'ordre sacerdotal... quel culte de vénération et d'amour pourrons-nous, nous les moindres des hommes, Vous rendre jamais, à Vous qui êtes vraiment notre Reine ? Oui Vous êtes vraiment l'Arche animée du Dieu législateur ; Vous êtes le Ciel qui contient ce Dieu que rien ne peut contenir. Lorsque, semblable à un jour lumineux, Vous avez brillé dans le monde, ô La plus Sainte des vierges, lorsque Vous avez enfanté le Soleil de Justice, l'affreuse obscurité de nos ténèbres a été dissipée ; la puissance du tyran (infernal) a été brisée, la mort détruite, l'enfer absorbé, l'inimitié dissoute en face de la Paix ... et l'univers tout entier a été illuminé de La plus pure, de La plus éclatante Lumière de la Vérité ! Je veux donc Vous saluer des cantiques de votre Père, ô fille de David, Mère du Seigneur et du Dieu de David : recevez, ô La plus douce des vierges, les dons précieux qui ne conviennent qu'à Vous, à Vous qui êtes supérieure à toutes les générations des hommes, et qui dépassez immensément, en honneur et en gloire, toutes les créatures visibles et invisibles ! Ô heureuse Racine de Jessé ! Ô trois fois heureuse la Maison de David dans laquelle Vous êtes née ! Dieu est au milieu de Vous, et Vous n'en serez pas troublée ; car le Très-Haut Vous a sanctifiée comme son Tabernacle (Ps. xlv. 6, 5). Les Promesses et les Serments que Dieu a faits à nos pères, ont été accomplis en Vous seule, car c'est par Vous que le Seigneur a été fait le Dieu des vertus avec nous. Le buisson intact représentait votre Image remplie d'un rayon de la Majesté divine .... Que dis-je ? Moïse, ce grand prophète, n'a-t-il pas déclaré qu'il resta plus longtemps sur la montagne (de Sinaï), afin d'apprendre les Mystères qui Vous concernaient, ô La plus pure des vierges, et pour comprendre les figures qui Vous présageaient ? Vous êtes bénie, ô Vierge Sainte, tout à fait bénie et aimée de tous ! Votre Nom, ô Mère de Dieu, est entouré et rempli de la Grâce divine et souverainement agréable au Seigneur ! Vous êtes la Tige de la plus belle des fleurs ! La Mère du Créateur, la Nourrice de Celui qui nourrit le monde ; embrassant Celui qui embrasse tout ; portant Celui qui porte tout par sa Parole ; la Porte par Laquelle Dieu arrive jusqu'à notre nature ; le Propitiatoire par lequel Dieu sous la forme humaine se fit connaître aux hommes ; le vêtement sans tache de Celui qui se revêt de lumière comme d'un manteau ! Vous avez procuré au Dieu qui n'a besoin de rien, la chair qu'Il n'avait point, afin que le Tout-Puissant devint homme, comme Il L'avait décrété. Quoi de plus Glorieux ! Quoi de plus Sublime ! Celui qui remplit le Ciel et la terre, Celui qui règne sur l'univers, a eu besoin de Vous ! Gloire, gloire à Vous, ô Mère et Servante de Dieu, dont le créancier de tous les êtres est devenu le débiteur. Nous nous devons tous à Dieu ; Dieu s'est dû à Vous, ô Marie ! Celui qui a dit : Vous honorerez votre père et votre mère, a observé à Votre égard la Loi qu'Il avait faite pour les autres, et Il a glorifié sa Mère d'une manière toute Divine ... Mais le temps et le langage nous manquent, ô Amie de Dieu, pour prononcer des éloges égaux à vos Mérites ! Pour montrer que Vous êtes vraiment incompréhensible, un célèbre prophète a dit : « Que la Maison de Dieu est grande, et que l'étendue de son domaine est sans bornes ; il est grand, et il n'a pas de limites; il est sublime et il est immense (Baruch 3, 24-25). Oui vraiment c'est de Vous, ô Vierge Sainte, que cet oracle prophétique a été prononcé, c'est à votre Majesté seule, c'est à votre Grandeur que ce discours peut être appliqué en vérité ; car seule, dans la création, Vous avez mérité de participer avec Dieu aux choses qui sont propres à Dieu ; seule Vous avez engendré dans Votre sein ce Dieu qui est engendré de toute éternité comme le Fils Unique de Dieu son Père. Tous ceux qui professent la vraie Foi, pensent ainsi ».

Ainsi soit-il.


Saint Méthode d'Olympe (250-311) - ) S. Method. episc . Tyr. Hom . de Simeone et Anna . n. 5, 9, 10, 11. ap. Galland . Il . 807, 815, 816.

Methode-d-Olympe.jpg

Voir également de Saint Methodius :
- La Prière de Saint Méthode d'Olympe « Salut, ô Trésor d’Amour de Dieu le Père »
- La Prière de Saint Methodius d’Olympe « Ô très sainte Vierge Mère qui enfanta le Fils unique du Père »
- La Prière de Saint Méthode « Vous êtes bénie, ô Vierge Sainte, tout à fait bénie et aimée de tous ! »