Christ-sur-la-Croix.jpg

La Prière de St Pierre Fourier « Mon doux Jésus, emprisonnez mon cœur dans l'amoureuse Plaie de Votre côté » :

« Mon doux Jésus, acceptez, s'il Vous plaît, l'offrande très humble que je Vous fais de mon cœur, afin que Vous l'emprisonniez dans l'amoureuse Plaie de Votre côté. Ô la belle Prison ! Ô l'aimable Cachot ! Que David demande des ailes pour s'envoler vers le trône de gloire ; pour moi, tout le temps que je serai dans cette vallée de larmes, je ne désire point sortir du Cœur de mon Jésus. Ô Cœur adorable, que je fonde en Vous et ne sois plus qu'une même chose avec Vous ! »

Ainsi soit-il.


Saint Pierre Fourier (1565-1640)

Pierre-Fourier.jpg


Pierre Fourier est né à Mirecourt le 30 novembre 1565 de commerçants aisés. Ayant reçu de ses parents une éducation familiale très soignée, il fit ses premières études dans sa ville natale parmi les « enfants prêtres » (enfants destinés au sacerdoce),puis à partir de 1578, il les continua à l’Université de Pont-à-Mousson où il manifesta d’exceptionnelles qualités intellectuelles en même temps qu’une très vive piété. En 1585, il entra chez les Chanoines réguliers de Chaumouzey près d’Épinal. Ordonné prêtre en 1589, il reprit l’étude de la théologie à Pont-à-Mousson, puis rentra dans son abbaye et en 1597, fut nommé curé de Mattaincourt, gros village commerçant, voisin de sa ville natale. A une grande austérité de vie, Pierre Fourier joignit une activité pastorale admirable : prédication et enseignement solidement assis sur de vastes connaissances et sur un travail ininterrompu ; charité inépuisable à l’égard de tous ; cérémonies du culte célébrées avec un éclat inaccoutumé. Pierre Fourier ne limita pas ses activités à la seule paroisse de Mattaincourt. Soucieux de l’instruction des petites filles, il fonda dès 1597, avec le concours de la bienheureuse Alix Le Clerc une association qui devint bientôt la « Congrégation de Notre-Dame », et se répandit rapidement dans le pays, et même en France voisine. Il entreprit également la réforme des Chanoines réguliers, ordre auquel il appartenait, et groupa leurs maisons en une « Congrégation de Notre-Sauveur ». Il fut encore un missionnaire zélé et la région de Badonviller a gardé une vive reconnaissance au « Bon Père » qui, en 1625, la ramena du protestantisme au sein de l’Église catholique. Conseiller volontiers écouté à la cour de Lorraine, Pierre Fourier fut, à la fin de sa vie, victime de son patriotisme. Il dut quitter son pays envahi par les troupes françaises, et mourut en exil à Gray, le 9 décembre 1640. Il a été canonisé par le pape Léon XIII le 27 mai 1897.