La Prière sur la « Présentation de l'Enfant Jésus au Temple » de Saint Sophrone :

« Courons tous au-devant du Christ, nous qui honorons et vénérons avec tant de piété son mystère, allons tous de tout notre coeur ! Qu'on ne voie personne étranger à la joie de cette célébration, que nul ne soit écarté de la participation aux mystères, que nul ne soit privé de la joie porteuse de lumière ! Que nul ne soit plus nonchalant devant la course si rapide du vieillard Siméon, que nul ne se montre plus lent que la marche d'Anne, la vieille femme ! Que personne donc ne soit absent de la course, que personne ne soit exclu de la procession de la lumière ! Réunissons l'éclat de nos cierges, alors nous manifesterons la splendeur divine de Celui qui vient; c'est de Lui que toutes choses tirent leur clarté et sont illuminées après que les ténèbres du mal aient été repoussées. Plus encore nous manifesterons la splendeur de l'âme, avec laquelle nous devons courir à la rencontre du Christ. En effet, comme la Mère de Dieu, la Vierge très chaste, tient dans ses bras la véritable lumière et la porte à ceux qui gisent dans les ténèbres, de même, éclairés nous-mêmes par ses rayons et tenant en nos mains une lumière visible, hâtons-nous d'aller à la rencontre de Celui qui est la véritable lumière. Assurément « la lumière est venue dans le monde » et l'a illuminé alors qu'il était environné de ténèbres, et « le Soleil Levant nous a visités d'en-haut » et a lui sur ceux qui étaient assis dans les ténèbres ; voilà le mystère que nous célébrons. C'est pourquoi, avançons-nous en tenant des lampes, accourons en portant des flambeaux. Nous manifestons ainsi la lumière qui a brillé sur nous, nous représentons l'éclat qui doit venir de Lui vers nous. Oui, courons tous ensemble, accourons tous vers Dieu ! Elle vient, cette lumière véritable « qui illumine tout homme venant en ce monde ». Tous donc, mes frères, soyons illuminés, tous soyons resplendissants. Que nul d'entre nous ne demeure à l'écart de cette clarté, comme un étranger ; que nul, alors qu'il en est inondé, ne s'obstine à rester dans la nuit ! Mais avançons-nous, éclatants de lumière, éclairés allons tous ensemble à sa rencontre ! Recevons avec le vieillard Siméon cette lumière resplendissante et éternelle ; l'âme exultant de joie avec lui, chantons dans l'action de grâces une hymne à Dieu, le Père de lumière qui a envoyé la lumière véritable pour chasser les ténèbres, et nous rendre resplendissants ! Nous aussi, à travers Siméon, nous avons vu le Salut de Dieu, qu'Il a préparé à la face de tous les peuples et manifesté pour notre gloire, nous le nouvel Israël ; et à l'instant où Siméon a vu le Christ nous avons été déliés de l'antique et ténébreux péché comme des liens de cette vie présente. Nous aussi en embrassant dans la foi le Christ venu vers nous depuis Bethléem, nous sommes devenus de toutes les nations le peuple de Dieu (car c'est Lui le Salut de Dieu le Père), de nos yeux nous avons vu Dieu fait chair, par la présence de Dieu contemplée et reçue sur les bras de l'âme, nous avons été désignés comme le nouvel Israël, et nous la célébrons en des fêtes anniversaires afin de ne jamais l'oublier. Ainsi soit-il. »

Saint Sophrone de Jérusalem (550-638)

Sophrone-de-Jerusalem.jpg

Voir également de Saint Sophrone de Jérusalem :
La Prière de Saint Sophrone de Jérusalem à la Mère de Dieu « Vraiment, Tu es bénie entre toutes les femmes »
La Prière de Saint Sophrone sur la « Présentation de l'Enfant Jésus au Temple »
La Prière de Saint Sophrone de Jérusalem « Ô Saint Michel, Prince trois fois Saint de la milice sacrée »