Agonie-Gethsemani-J-C.jpg

La Prière de Ste Marie-Madeleine de Pazzi « Ô Amour, les voilà endormis ! » :

« Ô Amour, les voilà endormis ! Et toi, Pierre, toi qui montrais un tel courage, tu n’as pas pu veiller une heure : tu ne montres guère cet amour que tu semblais avoir pour Jésus. Ô Pierre, Pierre, que fais-tu ? Tu dors ? Jean dort, lui aussi. Ô Jean, toi qui étais le préféré, toi aussi, tu dors ? Pierre ne m’étonne pas, mais toi, qui avais goûté sur Sa poitrine aux secrets célestes, toi oui, car tu manques maintenant à l’Amour. Et l’autre dort aussi. Ô Amour, ils dorment tous, je m’étonne qu’ils n’aperçoivent pas ce Visage tout ensanglanté ; qu’y a-t-il de plus affreux qu’un visage couvert de sang ? C’est terrible, vraiment terrible ! Sa Face se couvre d’une sueur de sang. Il ne suffit donc pas, ô Amour, que tout ton Corps se couvre d’une sueur de sang, car de Tes yeux aussi voilà que Tu répands au lieu de larmes, des gouttes de sang ? Ô Amour, j’aurais aimé être la terre qui recevait ton Sang ! Amour, fais au moins que les cœurs des créatures Le reçoivent. Cette terre fut vraiment un jardin, oui parce qu’il devait fructifier dans le cœur de Tes élus. Plus Tu leur montres d’amour, plus ils se préparent à la haine, et tout le sang que Tu verses maintenant, ô Amour, ne leur suffira pas. Mon Amour, dans ton Cœur et dans tout Ton être, Tu voyais tout ce qui devait arriver dans la Passion. Ainsi soit-il. »

Sainte Marie-Madeleine de Pazzi (1566-1607)

Marie-Madeleine-de-Pazzi.jpg

Voir également de Sainte Marie-Madeleine de Pazzi :
La Prière de Sainte Marie-Madeleine de Pazzi « Ô Jésus, à Toi de m'appeler si fort que j'entende Ta voix »
La Prière de Sainte Marie-Madeleine de Pazzi « Seigneur Jésus, si Tu ne m'exauces pas, je m'adresserai au Père ! »
La Prière de Sainte Marie-Madeleine de Pazzi « Ô Marie, que pourrais-je T'offrir que Tu agrées ? »
La Prière au Saint Esprit de Sainte Marie-Madeleine de Pazzi « Ô Esprit divin, introduis-Toi en nous »
La Prière de Ste Marie-Madeleine de Pazzi au Jardin de Gethsémani « Ô Amour, les voilà endormis ! »