Christ-Sacre-Coeur-vitrail.jpg

La Prière de Sœur Marie Eugénie Pénet « Divin Cœur de Jésus, je viens Vous immoler mon propre esprit » :

« Divin Cœur de Jésus, je viens Vous faire un grand sacrifice. Je viens Vous immoler mon Isaac, c'est-à-dire mon propre esprit, pour ne plus suivre que le Vôtre, mon doux Jésus ! Je comprends que ce sacrifice demandera de ma part une grande vigilance et beaucoup d'humilité ; mais Vous bénirez le désir que j'ai de Vous plaire, n'est-ce pas, mon bon Jésus ? Et Vous m'aiderez à triompher de moi-même en tout et partout.
Je m'engage par vœux pour un an :
1° à ne jamais m'arrêter volontairement à aucune pensée, quelque bonne qu'elle me paraisse, dès qu'elle se trouvera contre l'obéissance ;
2° à ne me permettre aucun jugement sur la conduite de mes Supérieures sans le leur découvrir pour m'humilier ;
3° à dire mes pensées avec simplicité, quelque déraisonnables qu'elles soient, sans me permettre aucun retour ;
4° à ne jamais tenir à mes idées, surtout pour les emplois, tâchant d'être indifférente pour l'un comme pour l'autre. Je m'efforcerai encore à être indifférente pour la santé ou pour la maladie.
Cœur de Jésus, grâce à vos Bontés, voilà mon plus terrible ennemi enchaîné ! Mais veillez bien sur lui, afin qu'il ne brise pas ces aimables liens qui vont parfois bien le gêner ; tenez le bien, c'est la Grâce que je Vous demande. »

Ainsi soit-il.


Sœur Marie Eugénie Pénet (1817-1856) – « Vive Jésus ! » de notre Monastère de Bourg-en-Bresse, le 6 janvier 1857, page 39, imprimerie de Frédéric Dufour, 1857