Joseph-13.jpg

La Prière de Thérèse de St Augustin « Puissé-je et vivre et mourir comme vous, Saint Joseph, entre les bras de Jésus et de Marie ! » :

« Ô vous que la Providence favorisa des plus glorieuses prérogatives, grand Saint, qui sûtes répondre avec tant de fidélité aux desseins de sa profonde sagesse, vous, le tuteur et le dépositaire de l’enfance de mon divin Sauveur, chaste époux de la plus pure des Vierges, serviteur vigilant, nommé par Dieu même, pour être la protecteur et le guide de la plus auguste famille ; vous que le Très-Haut initia à la connaissance de ses mystères le plus intimement reculés dans son essence infinie, digne, autant qu’une créature peut l’être, des révélations qu’il plut à la Majesté suprême de vous communiquer : oh ! que de droits vous donnent à ma confiance et à mes respects ces titres puissants et multipliés, auxquels je reconnais l’effusion et l’abondance des grâces de l’Esprit-Saint envers vous ! Oui, chacune de ces faveurs qui vous furent dispensées par l’Eternel doit être pour moi autant d’appuis aux vœux que j’adresserai au trône de la divine miséricorde. Quelque multipliées que puissent être mes misères, j’en espérerai la guérison du moment où vous daignerez me servir de Patron. Ce Jésus, votre Fils sur la terre, pourrait-Il se refuser à vos demandes ? Il vous aima comme son Père, Il vous couronne aujourd’hui dans les Cieux d’un diadème immortel : Il ne mettra de bornes à Ses dons, que celles que vous-même vous aurez mises à votre intercession. Dans le jour consacré à la mémoire de vos triomphes, attendez tout de l’affection éternelle que promit à vos tendres soins l’Enfant auguste, échappé, sous votre conduite, à la barbarie d’Hérode. Prêtez pour organe à mes besoins, comme à mes désirs, prêtez cette voix qui Le guida dans les premières années de Sa vie cachée, et dont, au milieu de Ses ineffables splendeurs, Il agréera pour moi les vives sollicitations : unissez, puissant Médiateur, votre zèle pour mon salut à celui de votre miséricordieuse épouse. Obtenez-moi l’une et l’autre quelque légère participation aux trésors de Grâces dont vous fûtes enrichis, et le bonheur d’y correspondre, autant par la pureté de mon cœur, que par la sainteté de mes actions, qui sera pour vous-mêmes un surcroît à la félicité dont vous jouissez au sein des chastes embrassements de votre Fils. Présidez à tous les événements que la Providence me ménagera dans la suite d’une vie dont je commence à redouter les grandeurs et les écueils, à toutes les situations où m’appellera sa Volonté sainte, à tous les desseins qu’elle aura sur moi. Puissé-je, à votre exemple, ne cesser jamais de la glorifier par ma soumission, par tous les efforts de l’amour et de la vertu ! Puissé-je et vivre et mourir comme vous, entre les bras de Jésus et de Marie ! »

Ainsi soit-il.


Louise-Marie de France (1737-1787)

Therese-de-Saint-Augustin.jpg

Voir également de Mère Thérèse de Saint-Augustin :
La Prière de Louise-Marie de France « Glorieux Archange Saint Michel, vainqueur des attentats de Lucifer »
La Prière de Thérèse de Saint-Augustin « Vous m’avez aimée, divin Jésus »
La Prière de Sr Thérèse de Saint-Augustin « Ô Dieu, faites-nous la Grâce de jouir dans le Ciel de la vue de Celui dont nous honorons le Nom sur la terre »
La Prière de Sœur Thérèse de St-Augustin « Obtenez-moi, Vierge Sainte, le goût pour l’humilité »
La Prière de Mère Thérèse de St Augustin « Ô Jésus, que votre Nom forme un doux cantique à mon oreille »
La Prière de Thérèse de St Augustin « Puissé-je et vivre et mourir comme vous, Saint Joseph, entre les bras de Jésus et de Marie ! »