La Prière de Saint Jean de Damas « Je Vous salue Marie » :

« Je Vous salue, Marie, dont le nom semble indiquer l'abondance infinie des louanges que Vous méritez. Car quelque innombrables que soient les éloges que l'on puisse faire de Vous, jamais on ne parviendra à exprimer ce qui convient à votre Dignité. Je Vous salue, grande Reine, qui avez obtenu de dominer, par l'autorité maternelle, le Dominateur de l'univers ; assurer que tout Vous est soumis, ce n'est pas s'éloigner beaucoup de la vérité. Je Vous salue, Buisson environné de flammes, qui ne portent aucun préjudice et aucune atteinte à sa tige miraculeuse ; ainsi inaccessible au péché, Vous avez, par votre enfantement divin, rouvert aux mortels l'accès du royaume céleste. Je Vous salue, Arche sacrée, Sanctuaire construit par la main de Dieu, où le Créateur du siècle nouveau a déposé ses trésors, et d'où est sorti Jésus le nouveau Noé qui a rempli de sainteté le monde de ces derniers temps. Je Vous salue, Tige sacrée, Rameau planté par le Seigneur Lui-même, Vous qui seule féconde entre toutes les vierges, avez fait sans aucun secours humain germer comme une belle Fleur, un Fils tout-puissant qui est le Maître de l'univers. Je Vous salue, Urne fabriquée de l'or le plus pur, Vase séparé de tout autre vase, d'où le monde entier reçoit le don de la manne céleste, je veux dire le Pain de vie, cuit aux saintes ardeurs de la divinité. Je Vous salue, Tabernacle élevé par la puissance de Dieu, nouvelle création, Ciel nouveau mille fois supérieur à la voûte du firmament, d'où est sorti le Très-Haut pour habiter en personne avec les hommes, et d'où a découlé sur la terre, l'éternelle propitiation. Je Vous salue Encensoir d'or, mais d'un or tout spirituel, qui portant en Vous un charbon divin, exhalez les doux parfums de l'esprit et dissipez l'odeur infecte de la corruption mondaine. Je Vous salue, Temple du Seigneur, séjour de pureté, Vous dont David a dit : « Seigneur, votre temple est saint et admirable par sa justice » ; Vous à qui Jésus-Christ a emprunté le tabernacle de son Corps pour faire des mortels le tabernacle du Dieu vivant. Je Vous salue, Source expiatrice, Fontaine abondante en eaux célestes, Ruisseau qui roulez des flots de sainteté, et d'où surgit le Saint des saints, qui efface les péchés du genre humain. Je Vous salue, Lieu ineffable où repose le Seigneur, terre que ses Pieds ont doucement foulée, qui avez attaché à un lieu, en Le revêtant de la chair, Celui qui était libre de tout lieu, qui avez rendu composé Celui qui était simple, temporel, Celui qui était éternel, borné Celui qui ne connaissait point de bornes. Je Vous salue, Porte tournée à l'orient, d'où s'élance le soleil levant de la vie, dont les rayons diminuent pour l'homme le triste couchant de la mort. Je Vous salue, Trône glorieux dont le faîte s'élève jusqu'aux nues, Siège animé, où prend place le Roi du ciel, et où Il goûte un repos plus doux que dans les célestes intelligences elles-mêmes. Je Vous salue, vrai chérubin, âme embrasée d'ardeurs, riche en sentiments divins qui sont comme autant d'yeux pour Vous ; Centre de clarté, qui lancez des traits multipliés de grâce, et dont la libéralité transmet aux hommes la lumière qui ne se couche jamais. Je Vous salue, Mère étrangère aux douceurs du Mariage, seule Immaculée parmi les mères, qui avez obtenu les joies de la maternité, en conservant les privilèges de la virginité ; Prodige singulier, Prodige nouveau qui surpasse tous les miracles. Je Vous salue, Vierge féconde, seule Mère parmi les vierges, qui avez gardé le trésor de la virginité en recevant les consolations de la maternité, merveille qui, par la grandeur de l'étonnement qu'elle inspire, éclipse toutes les autres merveilles. Je Vous salue, Sceau royal, qui avez formé de votre substance le Roi de l'univers qui naît de Vous dans un petit corps semblable à celui de sa mère ; car c'est une loi invariable, que telle est la mère, tel doit être le fils. Je Vous salue, Livre scellé, étranger à toutes les pensées des passions, où se laisse entrevoir, mais seulement à l'œil virginal, Celui qui est l'arbitre de la Loi divine. Je Vous salue, Volume pur et incorruptible, où est gravé le nouveau mystère, où le Verbe exempt de toute forme a pris un corps dessiné d'après la forme et les couleurs humaines, en se rendant semblable à nous sous tous les rapports, excepté sous celui du péché. Je Vous salue, Fontaine scellée, Source d'innocence d'où a découlé, sans porter atteinte aux sceaux de la virginité, Jésus le ruisseau de la vie, qui par la participation de ses biens, nous a rappelés à l'immortalité et ramenés à ce paradis qui ne vieillit jamais. Je Vous salue, Jardin fermé, Bosquet fertile, mais où la virginité n'a jamais donné aucun accès, et dont l'odeur est comme celle d'un champ en plein rapport, qu'a béni le Seigneur à qui Vous avez communiqué la vie. Je Vous salue, Rose incorruptible, dont le parfum est si suave qu'on ne saurait en exprimer la douceur ; le Seigneur l'a senti, et Il est venu se reposer en elle, Il a germé d'elle comme une fleur qui a réduit au néant la vaine odeur du monde... Je Vous salue, ô Lys, dont le Fils Jésus revêt de splendeur les lys de nos campagnes, ô Parterre odoriférant, où ce divin Sauveur a, sans culture et sans travail mortel, revêtu cette robe éclatante qui fait pâlir les ornements d'un Salomon. Je Vous salue, céleste Aromate dont les gouttes embaumées exhalent une odeur si douce à celui qui a dit dans le Cantique des Cantiques : « Mon nard a donné son odeur ». Je Vous salue, Fille auguste, jeune Prêtresse du Dieu vivant, dont la pureté excite les désirs, et dont la parure attire l'admiration du Seigneur, comme Il le témoigne dans le même livre par ces paroles : « Que vos pas sont beaux, que votre chaussure est brillante, fille d'Aminadab ». Je Vous salue, illustre Sœur, Amour suprême de ce noble frère dont Vous partagez le titre et la beauté, et qui Vous dit encore: « Vous avez blessé mon cœur, ô ma sœur, ô mon épouse, vous avez blessé mon cœur ». Je Vous salue, chaste Epouse, dont l'Esprit-Saint a présidé les noces, et dont l'époux est Jésus-Christ même qui chante dans les Cantique des Cantiques : « Vous êtes toute belle, ô ma bien-aimée, et il n y a point de tache en vous ; venez, ô mon épouse, venez du Liban ». Je Vous salue, Or très pur, éprouvé par le feu du Saint Esprit dans le creuset du siècle, et que la rouille de la malice n'a jamais souillé, or mystérieux dont se composaient le chandelier, la table et tous les autres objets qui, selon les prescriptions de la loi, faits de ce précieux métal, représentaient, dans un sens allégorique et nullement ambigu, votre personne sacrée sous des noms divers et multipliés. Je Vous salue, Bois incorruptible, qui n'avez jamais admis en Vous de vers rongeur, Vous qui avez fourni la matière pour élever à Dieu un tribunal et un autel spirituels formés, non d'un bois impérissable, mais de votre sein immaculé. Je Vous salue, Pourpre royale, qui de votre sang virginal avez tissé un vêtement écarlate au Dieu qui a dit : « Les plis de votre Me sont comme la pourpre qui a été liée et teinte dans les canaux du roi ; que vous êtes belle ! Que vous êtes aimable ! » Je Vous salue, lien fortement filé, qui renfermez dans vos nœuds les hautes pensées et les sentiments sublimes, qui ne mollissez jamais, et jamais ne cédez aux attaques de la séduction... ; Pourpre sacrée, Or précieux qui se confondent dans un même tissu, pour former l'éphod du Pontife suprême des vertus célestes... Je Vous salue, Nuée légère, qui, comme à l'autel, avez caché le Pain de vie, et sur laquelle s'est assis le Seigneur, ainsi qu'Isaïe l'a prophétisé. Je Vous salue, Vierge sans tache, Honneur de la sainte intégrité, qui avez enfanté le Verbe Immaculé, et fait luire la splendeur de la virginité qui abrège la durée du monde, en multipliant les élus. Je Vous salue, Modèle de pureté, qui pouvez seule Vous glorifier d'avoir un cœur sans souillure, Montagne vraiment agréable à Dieu, du haut de laquelle est communiqué au nouvel Israël une sainteté plus excellente et plus durable que l'ancienne. Je Vous salue, Toison de Gédéon, Symbole de victoire, de laquelle a coulé en figure la rosée immortelle, qui a tenu ce langage : « Ayez confiance, j'ai vaincu le monde... » Je Vous salue, Nuée lumineuse, qui couvra de l'ombre de votre intercession le nouvel Israël dans la solitude de cette vie, et du fond de laquelle ont retenti les décrets de la grâce... Je Vous salue, Chandelier d'or, Vase solide de la virginité, dont l'inspiration du Saint-Esprit est la mèche mystérieuse, et dont l'huile est le corps sacré emprunté à votre chair immaculée, heureuse combinaison d'où procède la lumière qui ne connaît pas de couchant, et qui allumé par votre saint ministère a brillé sur les peuples assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour les conduire à la vie éternelle. Je Vous salue, pleine de grâce ; que peut-il y avoir, et quant au nom et quant à la réalité, de plus consolant, de plus gracieux que Vous, par qui est venu au monde Jésus-Christ la joie immortelle, le remède à la tristesse attirée par Adam sur nos têtes. Je Vous salue, Paradis de délices, Jardin plus fortuné que l'Éden, où a germé la plante verdoyante de toute vertu, et brillé l'arbre de la vie ; car c'est par le saint commerce que Vous avez eu avec Dieu, que nous sommes rappelés à la vie primitive, malgré les menaces du glaive flamboyant dont parle l'Écriture, et qui cède et fuit devant Vous. Je Vous salue, Cité du grand Roi, pour emprunter les oracles de David, cité célèbre et glorieuse, où s'ouvre le palais des cieux, où les habitants de la terre inscrits comme citoyens, tressaillent d'une joie perpétuelle, et dont l'esprit enfin et la langue de tous font de grandes et admirables peintures en Jésus-Christ duquel Vous m'obtiendrez grâce pour la faute que j'ai commise en osant, malgré ma misère et mon peu de talent pour la parole, essayer de chanter Vos louanges innombrables. A Lui soit, comme il convient, gloire, honneur et adoration, maintenant et toujours et dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il. »

Saint Jean Damascène (676-749)

Jean-Damascene.jpg

Voir également sur Saint Jean Damascène (de Damas) :
La « Prière avant la Communion » de Saint Jean Damascène
La « Prière d’Ordination » de Saint Jean Damascène
La Prière de Saint Jean Damascène « Ô Vierge Marie, si vous êtes irritée, c'est contre le péché et l'auteur du péché »
La Prière de Saint Jean Damascène « Salut, Ô Notre-Dame, Mère de Dieu »
La Prière de Saint Jean Damascène « Ô fille du roi David et Mère de Dieu »
La Prière du soir de Saint Jean Damascène « Maître ami des hommes, ce lit ne sera-t-il pas mon tombeau ? »
La Prière de Saint Jean de Damas « Les prophètes de l’Ancien Testament Te chantent Marie, l'Echelle par qui Dieu est descendu vers nous »
La Prière pour l'Assomption de Saint Jean de Damas « L'Arche du Seigneur aujourd'hui est entrée dans son repos »
La Prière de Consécration Mariale de Saint Jean de Damas « Ô Souveraine Mère de Dieu, nous Te consacrons notre âme et notre corps »
La Prière de Saint Jean de Damas « Je Vous salue Marie »
La Prière de Saint Jean de Damas « Fille de Joachim et d'Anne, ô Souveraine, accueille la parole d'un serviteur pécheur »
La Prière de Saint Jean de Damas « Je Te salue, ô Marie, fille très douce d'Anne »
La Prière de Jean Damascène « Je Te salue, précieux Portique des brebis, que se multiplie ta Grâce ! »