La Prière de Sainte Thérèse d'Avila sur la Miséricorde de Dieu « Ô mon âme, bénissez à jamais un si grand Dieu ! » :

« Quand je considère, mon Dieu ! La gloire que Vous avez préparée à ceux qui persévèrent à accomplir Votre sainte Volonté, et avec quels travaux et quelle douleur votre Fils nous l'a acquise ; quand je considère combien nous étions indignes d'une si grande faveur, et combien il est digne que nous ne payions pas d'une extrême ingratitude l'amour extrême qu'il nous a porté et dont il nous a donné des preuves qui lui ont coûté la vie ; quand je considère, dis-je, toutes ces choses, mon âme se trouve saisie d'une très-sensible affliction. Ô mon Seigneur ! Est-il possible que tout cela s'efface de l'esprit des hommes, et qu'ayant perdu le souvenir de tant de grâces, ils aient la hardiesse de Vous offenser ? Est-il possible qu'ils s'oublient ainsi eux-mêmes, et que Votre bonté soit si grande que, dans le plus fort de notre oubli pour Vous, Vous vous souveniez encore de nous ? Est-il possible que, Vous ayant porté un coup mortel par notre chute, Vous ne laissiez pas de nous tendre la main pour nous relever, et nous tirer ainsi de cette mortelle frénésie, afin que nous Vous priions de nous guérir ? Bénissons à jamais un si bon Maitre, publions sans cesse la grandeur de sa Miséricorde ; et donnons à la tendresse de Sa compassion pour nous les louanges éternelles qu'elle mérite ! Ô mon âme, bénissez à jamais un si grand Dieu ! Comment se peut-il faire que l'on s'oppose à Ses volontés ? Et quel sera le châtiment de ceux qui seront ingrats envers Lui, puisque la grandeur de leur supplice sera proportionnée à celle de ses faveurs et de ses grâces ! Ô mon Dieu, ne permettez pas un si grand malheur ! Ô enfants des hommes ! Jusqu’à quand aurez-vous le cœur endurci ? Jusqu’à quand opposerez-vous votre dureté à la Tendresse incomparable de Jésus ? Croyons-nous donc que notre malice en Le combattant demeurera victorieuse ? Ne savons-nous pas que la vie de l'homme passe en un moment ; qu'elle se sèche, et qu'elle tombe comme la fleur de l'herbe des champs, et que le Fils de la Vierge doit venir prononcer ce terrible arrêt, dont l'effet sera immuable ? Ô Dieu tout-puissant ! Puisque Vous devez être notre juge, soit que nous le voulions ou que nous ne le voulions pas, comment ne considérons nous point combien il nous importe de Vous contenter, afin que Vous nous soyez favorable en ce dernier jour ? Mais, hélas ! Qui ne voudrait pas se soumettre à l'arrêt d'un juge infiniment juste ? Oh ! Que bienheureuses seront les âmes qui seront en état de se réjouir avec Vous, lorsque tout le monde tremblera devant Vous ! Ô mon Seigneur et mon Dieu ! Quand une âme considère que Vous l'avez relevée de sa chute, elle voit clairement qu'elle s'était misérablement perdue pour acquérir un faux plaisir qui passe comme un éclair, et qu'elle est absolument résolue, avec assistance, de Vous contenter en toutes choses, sachant, ô mon bien ! Que Vous ne manquez pas à ceux qui Vous cherchent, et que Vous êtes prêt à répondre à ceux qui implorent votre Secours. Quand une âme est en cet état, quel remède peut-elle trouver pour s'empresser de mourir autant de fois qu'il lui vient dans la pensée qu'elle a perdu un si grand bien qu'est celui de l'innocence de son Baptême ? Certes, la meilleure vie qu'elle peut mener alors est de mourir à toute heure par la douleur que lui cause un si vif ressentiment. Et l'âme qui Vous aime avec tendresse. Ô mon Dieu ! Pourrait-elle supporter une si extrême affliction ? Mais que dis-je ? Comment m'égaré-je dans ces pensées sans considérer la confiance que nous devons avoir en Vous ? Est-ce que j'ai oublié la grandeur de votre Bonté et de votre Miséricorde ? Ai-je oublié que Vous êtes venu dans le monde pour sauver les pécheurs ; que Vous nous avez rachetés si chèrement, et que Vous avez payé tous nos faux plaisirs par les cruels tourments dont Vous avez été accablé, et par les coups de fouets dont Vous avez été déchiré ? Vous avez souffert que vos Yeux sacrés aient été couverts d'un voile pour ôter le voile des yeux de mon cœur, et que votre Tête adorable ait été couronnée d'épines pour me guérir des vanités de mes pensées. Ô mon Seigneur ! Mon Seigneur ! Tout cela n'est qu'un surcroît d’affliction pour ceux qui Vous aiment ; et la seule chose qui me console, c'est que plus ma malice sera connue, plus votre Miséricorde sera éternellement louée. Enfin, je ne sais si ma douleur finira plus tôt que ma vie, lorsque sortant de ce monde pour Vous contempler dans votre Gloire, nous serons délivrés de tous les maux qui accompagnent cette vie mortelle. Ainsi soit-il. »

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582)

Therese-d-Avila.jpg

Voir également de Sainte Thérèse d'Avila :
La « Catéchèse de Benoît XVI » sur Sainte Thérèse d'Avila
La « Prière à Saint Joseph pour demander des Vocations Religieuses » de Sainte Thérèse d'Avila
Les « Autres Prières à Saint Joseph » de Sainte Thérèse d’Avila
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Mon Père, vos délices sont d'être avec les enfants des hommes »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Ô Dieu de mon âme, comme nous sommes prompts à vous offenser »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Mon Dieu, je ne veux rien d'autre que Vous aimer »
La Prière de la Grande Sainte Thérèse de Jésus « Je suis à Vous, qu'ordonnez-vous qu'il soit fait de moi ? »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Seigneur, dans le silence de ce jour naissant, je viens Te demander la paix, la sagesse et la force »
Le Cantique à Saint Joseph de Sainte Thérèse d'Avila « Joseph, votre admirable vie se passa dans l'humilité »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Que rien ne te trouble… Dieu seul suffit ! »
La Prière du « Notre Père » commentée par Sainte Thérèse d'Avila
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Réjouis-toi, ô mon âme »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Le Seigneur ne nous demande que deux choses : l'amour de Dieu et l'amour du prochain »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Ô mon Seigneur et mon Dieu qui faites toute ma béatitude »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Qui m'écoute, sinon Vous, ô mon Père et mon Créateur ? »
La Prière de Sainte Thérèse de Jésus d'Avila « Ô mon Dieu, que voulez-Vous faire de moi ? »
La Prière de Sainte Thérèse de Jésus d'Avila « Délivre-moi, Seigneur, de toutes ces épreuves, ces chagrins, ces complications et devoirs de politesse »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Ô mon âme, considère la Sainte Trinité »
La Prière de Ste Thérèse d'Avila « Seigneur, donnez-moi un moyen de supporter cette vie »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila sur la Miséricorde de Dieu « Ô mon âme, bénissez à jamais un si grand Dieu ! »