La Prière du Révérend Père Teilhard de Chardin « Ô Christ toujours plus grand ! » :

« Seigneur, parce que, de tout l'instinct et par toutes les chances, de ma vie, je n'ai jamais cessé de Vous chercher et de Vous placer au cœur de la Matière universelle, c'est dans l'éblouissement d'une universelle Transparence et d'un universel Embrasement que j'aurai la joie de fermer les yeux...
Comme si d'avoir rapproché et mis en contact les deux pôles tangible et intangible, externe et interne, du Monde qui nous emporte avait tout enflammé, et tout déchaîné...
Sous la forme d'un « tout petit », entre les bras de sa Mère, conformément à la grande Loi de Naissance, Vous avez pris pied dans mon âme d'enfant, Jésus. Et voici que, répétant et prolongeant en moi le cercle de Votre croissance à travers l'Église, voici que Votre humanité palestinienne s'est peu à peu épandue, de toutes parts, comme un iris innombrable où votre Présence, sans rien détruire, pénétrait, en la sur-animant, n'importe quelle autre présence autour de moi...
Tout cela parce que, dans un Univers qui se découvrait à moi en état de convergence, Vous aviez pris, par droits de Résurrection, la position maîtresse du Centre total en qui tout se rassemble !
Fantastique essaim corpusculaire qui, - ou bien tombant comme neige des profondeurs de l'Infiniment Diffus, - ou bien, au contraire, jaillissant comme fumée de l'explosion de quelque Infiniment Simple -, formidable multitude, oui, qui nous brasse dans son tourbillon !... De cette effarante Énergie granulaire (pour que je puisse mieux Vous toucher, - ou plutôt, qui sait ? pour pouvoir mieux m'étreindre) Vous vous êtes drapé à mes yeux, Seigneur ; - ou plutôt Vous avez fait votre Corps même. Et pendant longtemps je n'ai vu là qu'un merveilleux contact avec une Perfection déjà toute achevée...
Jusqu'au jour, tout récent, où Vous m'avez fait m'aviser qu'en épousant la Matière ce n'est pas simplement son Immensité et son Organicité que Vous aviez revêtues : mais que c'est son insondable réserve de puissances spirituelles que Vous aviez absorbée, contractée, et monopolisée...
Si bien que, depuis lors, à mes yeux, à mon cœur, Vous êtes devenu, bien plus encore que Celui qui était et qui est, Celui qui sera...
Pour un certain nombre de vos serviteurs, Seigneur, le Monde, notre Nouveau Monde, - celui des noyaux, des atomes et des gènes -, est devenu source de continuelle anxiété, - parce qu'il nous apparaît maintenant comme si mouvant, et si irrésistible, et si grand ! Cette probabilité montante (et sur laquelle nous conspirons pour fermer les yeux) d'autres planètes pensantes au firmament... Ce rebondissement, évident, d'une évolution devenue capable, par effort planétaire, de se diriger et de s'accélérer elle-même.
Cette montée, à l'horizon, par effet d'ultra-réflexion, d'un Ultra-humain... Tout cela paraît effrayant à qui, hésitant encore à se jeter dans les grandes eaux de la Matière, craint de voir son Dieu éclater en acquérant une dimension de plus...
Mais pour mon intelligence et pour mon âme rien saurait-il précisément Vous rendre plus aimable, seul aimable, Seigneur, que de m'apercevoir que, Centre toujours ouvert au plus profond de Vous-même, Vous continuez à Vous intensifier, - Votre teinte continue à monter -, à mesure que, rassemblant et soumettant toujours plus l'Univers au cœur de Vous-même (« jusqu'au moment de rentrer, Vous et le Monde en Vous, au sein de Celui dont Vous êtes sorti ») Vous vous plérômisez ?
Plus les années passent, Seigneur, plus je crois reconnaître que, en moi et autour de moi, la grande et secrète préoccupation de l'Homme moderne est beaucoup moins de se disputer la possession du Monde que de trouver le moyen de s'en évader. L'angoisse de se sentir, dans la Bulle cosmique, non pas tant spatialement qu'ontologiquement fermé ! La recherche anxieuse d'une issue, ou, plus précisément d'un foyer, à l'Évolution ! Voilà, en paiement d'une Réflexion planétaire qui grandit, la peine qui pèse obscurément sur l'âme aussi bien des Chrétiens que des Gentils, dans le monde d'aujourd'hui.
En avant et au-dessus de soi, l'Humanité, émergée à la conscience du mouvement qui l’entraîne, a de plus en plus besoin d'un Sens et d'une Solution auxquels il lui soit enfin possible de pleinement se vouer.
Eh bien, ce Dieu, non plus seulement du vieux Cosmos, mais de la Cosmogénèse nouvelle, (dans la mesure même où l'effet d'un travail mystique deux fois millénaire est de faire apparaître en Vous, sous l'Enfant de Bethléem et le Crucifié, le Principe moteur et le Noyau collecteur du Monde lui-même), - ce Dieu tant attendu de notre génération, n'est-ce pas Vous, tout justement qui le représentez, et qui l'apportez, - Jésus ?
Seigneur de la Consistance et de l’Union, Vous dont la marque de reconnaissance et l'essence sont de pouvoir croître indéfiniment, sans déformation ni rupture, à la mesure de la mystérieuse Matière dont Vous occupez le Cœur et contrôlez en dernier ressort tous les mouvements, - Seigneur de mon enfance et Seigneur de ma fin, - Dieu achevé pour soi, et cependant, pour nous, jamais fini de naître, - Dieu qui, pour Vous présenter à notre adoration comme « évoluteur et évolutif », êtes désormais le Seul à pouvoir nous satisfaire, - écartez enfin tous les nuages qui Vous cachent encore, - aussi bien ceux des préjugés hostiles que ceux des fausses croyances.
Et que, par Diaphanie et Incendie à la fois, jaillisse Votre universelle Présence.
Ô Christ toujours plus grand ! Ainsi soit-il. »

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955)

Pierre-Teilhard-de-Chardin.jpg

Voir également de Pierre Teilhard de Chardin :
La Prière « Vous êtes Jésus » de Pierre Teilhard de Chardin
La Prière de Pierre Teilhard de Chardin « Christ glorieux, Tu es le Centre éblouissant »
La Prière du R. P. Pierre Teilhard de Chardin « Adore et confie-toi »
La Prière du Père Pierre Teilhard de Chardin « Puisque, une fois encore, Seigneur, je n'ai ni pain, ni vin, ni autel, je Vous offrirai, moi Votre prêtre, sur l'autel de la Terre entière, le travail et la peine du Monde »
La Prière du Révérend Père Pierre Teilhard de Chardin « Par la révélation de votre Cœur »
La Prière du Révérend Père Pierre Teilhard de Chardin « Mon Dieu, lorsque sur mon corps - et bien plus sur mon esprit - commencera à marquer l’usure de l’âge »
La Prière du Père Jésuite Pierre Teilhard de Chardin « Je Vous reconnais comme mon Souverain et je me livre délicieusement à Vous »
La Prière du Prêtre Jésuite Pierre Teilhard de Chardin « Seigneur Jésus, enfermez-moi au plus profond des entrailles de votre Cœur »
La Prière du R. P. Teilhard de Chardin « Seigneur Jésus, apprenez-moi à communier en mourant »
La Prière du Père Teilhard de Chardin « Dieu ne se cache pas pour que nous Le cherchions »
La Prière du Révérend Père Pierre Teilhard de Chardin « Mon Dieu, faites pour moi, dans la vie de l'autre, briller votre Visage »
La Prière du Révérend Père Teilhard de Chardin « Faites Seigneur, que Votre descente sous les Espèces universelles devienne véritablement une Présence réelle »
La Prière du Révérend Père Teilhard de Chardin « Ô Christ toujours plus grand ! »