Pray-for-Paris-13-nov-2015.png

La Prière de l’Abbé Combalot « Ô Douce Reine de l'univers, sauvez-nous de la barbarie » :

« Tremblez, corrupteurs de l'enfance !
Tremblez, artisans de nos maux !
Votre souffle brûlant dévore l'innocence ;
Tous vos enseignements mènent à des fléaux.

La nuit de vos tristes systèmes
Couvre notre France de deuil ;
Nos enfants sont par vous façonnés aux blasphèmes,
Et vous leur promettez le néant pour cercueil.

Vendus au démon du mensonge,
Du doute et de l'impiété,
Vous leur avez appris que la foi n'est qu'un songe,
Que l'enfer n'est qu'un mot vide de vérité !

Jeté dans le moule du vice,
L'enfant ne connaît plus son Dieu ;
Son âme à vos leçons déjà n'est plus novice ;
D'un apôtre fervent il montre tout le feu.

Voyez ces tribus de barbares
Semant sur leurs pas la terreur ;
De pillage et de meurtre ils ne sont point avares ;
Il faut des flots de sang à leur lâche fureur.

Ils vont dans les antres du crime
S'unir par d'horribles serments;
Le monde ravagé, devenu leur victime,
Disparaîtra bientôt sous ses débris fumants.

Comment cette France si belle
A-t-elle perdu votre amour ?
Quelle est donc, ô mon Dieu ! La race criminelle
Que vos foudres vengeurs vont frapper sans retour

Frappez des légions naissantes
Les homicides corrupteurs ;
Lancez sur les méchants vos flèches dévorantes ;
Bercez de la vertu les vils profanateurs.

Tremblez, familles trop coupables !
De Dieu vous armez le courroux ;
Vous corrompez l'enfant par vos mœurs détestables ;
Vous dépravez son cœur quand il est près de vous.

Votre cruelle indifférence
Le mène à l'incrédulité,
Elle éteint pour jamais la céleste espérance
Que la foi doit nourrir dans son cœur respecté !

Sauvez-nous de la barbarie,
Douce Reine de l'univers !
Enchainez le torrent dont la sombre furie
Va bientôt engloutir la race des pervers.

Dissipez leurs complots perfides;
Domptez la fureur de Satan ;
Éteignez dans les cœurs les haines fratricides
Qui feraient de la France un déluge de sang.

Modèle de toutes les mères,
Protégez l'âme de leurs fils.
Dieu peut-il dédaigner les brûlantes prières
Que votre cœur répand pour des enfants chéris ? »

Ainsi soit-il.


Abbé Théodore Combalot (1797-1873) – « Cantiques nouveaux à l'honneur de la Très-Sainte Vierge », pages 30-32, J.- B. Pélagaud et Cie (1849)


Voir également de l’Abbé Théodore Combalot :
La Prière de l’Abbé Combalot « Ô Douce Reine de l'univers, sauvez-nous de la barbarie »
La Prière de l’Abbé Théodore Combalot « Bénissons en ce jour la Mère du Dieu d’Amour »