Jesus-Christ-en-Croix.jpg

La Prière du Révérend Père Théodore d’Almeida « Soyez béni, ô mon Dieu, pour m’avoir aimé jusqu'à ce point » :

« Ô mon Jésus, quand je me place en face de votre Croix, que je porte mes regards sur Vous, mes peines s'évanouissent, une joie délicieuse s'empare de moi-même et pénètre mon âme. Les larmes amères de l'affliction se changent en larmes pleines de douceur, que font couler la consolation et la joie. Souvent j'éprouve ce que le Prophète raconte de lui-même : « Mon âme livrée à la tristesse refusait toute consolation ; mais elle a jeté les yeux sur Vous, et j'ai senti mon cœur rempli d'une douce joie, d'une paix délicieuse » (Ps. 76, 4). Bonté ineffable de mon Dieu ! Vous avez vu mon cœur brisé, déchiré, et Vous m’offrez, dans votre Sang adorable, un baume salutaire qui ferme et guérit toutes mes plaies. Si dans nos peines c'est pour nous un soulagement de trouver quelqu'un qui le partage, quel bonheur pour moi de penser que, sur la Croix, Vous partagez, Vous portez même Vous seul toutes mes peines ! Si je compare mes souffrances aux Vôtres, les tourments que j’endure à ceux au milieu desquels Vous expirez pour moi, les injures que je souffre aux outrages que Vous supportez avec une si admirable patience, j'avoue qu’à la vue de l'état dans lequel Vous êtes sur la Croix, je sens disparaitre et s'anéantir mes douleurs, mes tourments et mes peines. Soyez béni, ô mon Dieu, pour m’avoir aimé jusqu'à ce point : soyez béni pour m’avoir accompagné dans mes peines et mes afflictions. Vous saviez que, pour effacer mes fautes et mériter quelque récompense, je devais, malgré moi, mener une vie dure et pénible ; et Vous avez daigné venir Vous-même me tenir par la main, marcher à mes côtés, me guider et m’assister au milieu de mes peines. Il semble qu’il Vous manquerait quelque chose si j'étais éloigné de Vous. Ah ! Seigneur, je suis indigne d’une Faveur si extraordinaire : Retirez-Vous de moi, Seigneur, je ne suis qu'un pécheur. Ah ! Ne confondez pas la souveraine Innocence, la Sainteté infinie avec les crimes et les forfaits. Mais, que dis-je, Seigneur, ne Vous éloignez pas ; si Vous m’abandonnez, si je suis seul à porter ma croix, je me perdrai avec elle, et Vous désirez qu’elle soit la source de mon salut. Quel serait mon sort, quel serait celui de tous ceux qui souffrent, si Vous nous abandonniez ? Des légions d’Anges viendraient à notre secours, ils nous feraient société, que nous serions loin d’en recevoir la consolation que Vous seul Vous nous offrez en souffrant sur la Croix ! Oui, mon Dieu, il me suffit d'être au pied de votre Croix, de me trouver devant Vous, pour voir s'évanouir mes douleurs, et pour me faire supporter mes peines. Attachez-moi à votre Croix, Seigneur, afin que je sois plus près de Vous; et si les clous qui me percent et me déchirent doivent m'approcher de Vous, m’unir plus étroitement à Vous, frappez, afin que j'en sois à jamais inséparable. Depuis que Vous m’avez fait connaître ce que Vous êtes, je ne goûte d'autre consolation que d’être avec Vous. Après ma mort, mon bonheur sera d’être avec Vous sur le Thabor : pendant ma vie, je ne dois avoir d’autre bonheur que d'être avec Vous sur le Calvaire. Pendant l'éternité, Vous me ferez asseoir à Vos côtés, je serai sur votre Trône même, comme Vous le promettez dans l'Apocalypse. Ici-bas, accordez-moi la faveur que Vous daignâtes accorder à Saint Paul. Crucifiez-moi avec Vous, ce sera ma consolation, mon bonheur et ma gloire (Gal. 2, 19) « Christo confixus sum cruci ».

Ainsi soit-il.


P. Théodore d'Almeida (1722-1804) – « Trésor de patience caché dans les Plaies de Jésus-Christ », Entretien XII : Asile de l'âme affligée dans les Plaies de Jésus-Christ, pages 161-163, chez Lefort (1839)

Theodoro-de-Almeida.jpg

Voir également du P. Theodoro de Almeida:
- La Prière du P. Théodore d'Almeïda « Ô mon Sauveur, attirez tous les hommes qui sont dans la tristesse à votre Croix »
- La Prière du Père Théodore d’Almeyda « Ô Bon et Très-Doux Jésus, je me prosterne à genoux en votre Présence »
- La Prière du P. Alméïda « Ô Seigneur, faites que tous les hérétiques viennent se prosterner devant Vos autels »
- La Prière du P. Théodore d'Almeida d'une âme abîmée dans la douleur « Sauvez-moi, ô mon Dieu, venez à mon secours ! »
- La Prière du Père Théodore d'Almeida « Ô mon Père, prenez soin de Votre enfant »
- La Prière pour accepter sa croix du P. Théodore d’Almeida « Ô mon Dieu, Vous avez caché dans l’Arbre de la Croix une douceur exquise »
- La Prière contre ses ennemis du P. Théodore d’Almeida « Seigneur, ne permettez pas que mes adversaires goûtent une joie barbare en m'insultant »
- La Prière du Père Théodore d’Almeida « C'est en Vous seul, ô mon Dieu, que je veux chercher ma consolation »
- La Prière du P. Théodore d’Almeida d’une âme affligée dans les Plaies de Jésus-Christ « Laissez-moi, Seigneur, pénétrer jusqu'à ce Cœur adorable »
- La Prière du Révérend Père Théodore d’Almeida pour nous faire supporter nos peines « Soyez béni, ô mon Dieu, pour m’avoir aimé jusqu'à ce point »