Sacre-Coeur-de-Jesus-Christ.jpg

La Prière de Thérèse Marguerite Redi « Ô mon Dieu, je n'ai d'autre désir que de Vous ressembler en tout » :

« Ô mon Dieu, je n'ai d'autre désir que de Vous ressembler en tout, et comme votre Vie ne fut pas autre chose qu'une vie cachée d'humiliation, d'amour et de sacrifice, ainsi doit être la mienne désormais. C'est pourquoi, je veux une fois pour toutes me renfermer maintenant dans votre Cœur très aimable comme dans un désert, afin d'y avoir en Vous, avec Vous et par Vous, cette même vie cachée d'amour et de sacrifice. Comme Vous le savez, je n'aspire à rien d'autre qu'à être une victime de votre Saint Cœur, consumée tout entière en holocauste par le Feu de votre Amour ; c'est pourquoi votre Cœur sera l'autel sur lequel doit se faire cette transformation de mon être dans le Vôtre, mon cher Epoux ; et c'est Vous qui serez le Prêtre ayant pour fonction de consumer cette victime par les Flammes de votre Cœur très Saint. Mais, ô mon Dieu, comme je suis confuse de voir cette victime si coupable et si indigne que Vous l'acceptiez en sacrifice ! J'ai confiance toutefois que ce Feu divin réduira tout en cendres.

Ainsi soit-il.


Sainte Thérèse Marguerite Redi du Sacré-Cœur (1747-1770)

Therese-Marguerite-Redi-du-Sacre-Coeur.jpg

Née le 15 juillet 1747 à Arezzo, en Italie, Anne Marie Redi trouva dans son père, Ignace, « le premier messager de la foi », et elle apprit de lui, dès sa plus tendre enfance, comment rechercher, connaître et aimer Dieu. Appelée à la vie du Carmel, elle en revêtit l'habit le 11 mars 1765 au monastère de Sainte-Thérèse à Florence. Très rapidement, elle put y réaliser sa vocation à une « vie cachée d'amour et de sacrifice » dont l'authenticité transparut à travers le service héroïque de sa charité fraternelle. Sa vie spirituelle fut profondément marquée par le mystère du Christ dans son Sacré-Cœur dont elle portait le nom et dont la dévotion permit, en ces temps difficiles, de maintenir toujours vivant le précieux héritage mystique légué par le siècle précédent. Elle mourut en pleine jeunesse, âgée de 22 ans, le 7 mars 1770. Le Pape Pie XI la proclama Bienheureuse le 9 juin 1929 et canonisa le 19 mars 1934 Sainte Thérèse Marguerite du Sacré-Cœur.