Louange-a-Dieu.jpg

La Prière de l’abbé Augustin Dévoille « J'aimerais cent fois mieux mourir ! » :

« Plutôt que de souiller ma robe d'innocence,
Et d'outrager le Dieu qui daigne me nourrir,
Cieux, soyez-m'en témoins,
Terre, écoute en silence :
J'aimerais cent fois mieux mourir !
Le jour où mon Jésus fit en moi sa demeure,
Sa voix disait à tous : « Venez, enfants chéris ;
Qu'il vienne à moi le pauvre et le faible qui pleure,
Car c'est moi qui soutiens, qui console et guéris ! »
Vainement le démon, comptant sur ma faiblesse,
Creuserait sous mes pas des pièges tous les jours ;
Se pourra-t-il jamais que mon Dieu me délaisse,
Si je n'aime que Lui, si je redis toujours :
Plutôt que de souiller ma robe d'innocence,
Et d'outrager le Dieu qui daigne me nourrir,
Cieux, soyez-m'en témoins,
Terre, écoute en silence :
J'aimerais cent fois mieux mourir !
En vain la volupté, voix flatteuse et perfide,
Soufflerait dans mon cœur de coupables désirs ;
Cœur de mon Dieu, j'irai, comme le cerf avide,
Noyer les feux impurs dans Tes chastes plaisirs
Qu'il est doux de L'aimer, le Dieu de ma jeunesse !
Il est mon aliment, mon bonheur et ma paix ;
Il vient tarir mes pleurs, et bannir ma tristesse ;
Comment pourrai-je encor L'attrister, non jamais !
Les mondains se riront, je le sais bien encore,
De ma pudeur naïve... ils railleront ma foi ;
Mais que m'importe, ô Dieu que j'aime et que j'implore,
Si ta Voix me bénit quand la leur rit de moi !
A Toi seul, à Toi seul, c'est le cri de mon âme !
Soutiens-moi, soutiens-moi, Pain d'immortalité !
A la vie, à la mort, c'est Toi que je réclame,
A Toi seul dans le temps et dans l'éternité ! »

Ainsi soit-il.


M. l’abbé Augustin Dévoille - « Recueil général de cantiques », pages 461-462, chez Sagnier et Bray, 1848

Augustin-Devoille.jpg

Voir également de M. l’abbé Augustin Dévoille :
- La Prière de M. l’abbé A. Devoille « Mère d'amour, Vierge fidèle, Mère de Grâce, soutiens-moi ! »
- La Prière de l’abbé Augustin Dévoille « J'aimerais cent fois mieux mourir ! »