Visitation.jpg

La Prière du Magnificat de l’abbé Lucien Riant « Mon âme Vous glorifie, Vous qui régnez dans le Ciel » :

« Mon âme Vous glorifie,
Vous qui régnez dans le Ciel ;
Ô Vous, ma joie et ma vie,
Mon Dieu, Sauveur d'Israël !
Qui suis-je ? Une humble esclave ; et du sein de la gloire
Celui qui donne aux rois l'empire et la victoire
M'invite à la splendeur :
Les siècles à l'cnvi, dans leur reconnaissance,
Ô mon Dieu, vont bénir le jour de ma naissance
Et chanter mon bonheur !
Ah ! Chantez le saint Nom, exaltez la Puissance
Du Dieu dont ce beau jour proclame la clémence,
Les éclatants bienfaits ;
Sur tous ceux dont le cœur Lui rend un pur hommage.
Tendre consolateur, son Amour d'âge en âge
A répandu la paix.
Mais comme la poussière au souffle de l'orage,
Son terrible regard, de l'orgueil qui l'outrage
Dissipe les complots :
Méchants, c'est le Dieu fort ! Redoutez Sa colère ;
Frémissez, car Son bras lancera sur la terre
D'impétueux fléaux !
Le captif enchaîné gémit dans la poussière,
Le prince glorieux lève une tête altière :
Le Seigneur a parlé !
Sur le front du captif brille le diadème,
Et dans l'horreur des fers le roi tombe lui-même,
Et son trône a croulé.
Le riche fastueux étale l'opulence ;
Mais Dieu parle... et soudain
Le pauvre en opulence a changé sa misère,
Et, vêtu de lambeaux, le riche solitaire
S'assied sur le chemin.
Dieu s'est ressouvenu de Sa longue tendresse ;
Il dégage en ce jour Son antique promesse :
Israël est son Fils.
Aux enfants d'Abraham Il verse l'allégresse.
Que ta gloire, ô Sion, charme, étonne sans cesse
Tous les peuples ravis ».

Ainsi soit-il.


M. l’abbé A. Lucien Riant - « Recueil de poésies lyriques chrétiennes », pages 31-33, chez Joseph Michel Hainglaise, 1854