Nativite-Vierge-Marie.jpg

La Prière de l’abbé Pierre-Joseph Pellegrin à Notre-Dame « Reine des Cieux, après Dieu, je Vous aime par-dessus tout ce que l'on peut chérir » :

« Si je pouvais chanter avec les Anges ;
Ô Très-Sainte Vierge, Mère du Saint Amour :
A tout moment Vos célestes louanges,
A pleine voix tant la nuit que le jour.

Ah quel bonheur en recevrait mon âme,
Oh ! Quelle joie ressentirait mon cœur ;
Ces entretiens me donneraient le calme
Etant comblé de leur grande douceur.

Reine des Cieux, après Dieu, je Vous aime,
Par-dessus tout ce que l'on peut chérir :
Plus que mes yeux et plus que ma vie même ;
A ce sujet je suis prêt de mourir.

Si tous les cœurs qui sont et peuvent être,
N'en faisaient qu'un et qu'il fut dans mon sein ;
J’irai sans différer les soumettre,
Pour Vous aimer, voilà tout mon dessein.

Peut-on trouver un homme assez impie
Pour refuser un cœur tendre et zélé ;
A l'honneur de la divine Marie :
Qui est pour nous pleine de charité.

Mère de Dieu, du Monde, Souveraine,
Vous qui voyez à Vos pieds tous les Rois,
Je Vous choisis aujourd'hui pour ma Mère,
Et me soumets pour toujours à vos Lois.

Je mets ma gloire à Vous marquer mon zèle,
A Vous aimer : à Vous faire servir,
Ah ! Si mon cœur devait être infidèle
J'aimerais mieux dès à présent mourir.

Mais des Enfers je brave la Furie,
Je ne crains point un si triste malheur
Un serviteur ; un Enfant de Marie,
Peut-il périr, peut-il mourir pécheur ?

Jamais serviteur de Marie,
Ne périra ni sera malheureux,
Qui L'a trouvée a rencontré la Vie ;
Et le moyen de La voir dans les Cieux ».

Ainsi soit-il.


M. l’abbé Simon-Joseph Pellegrin (1663-1745) - « Cantiques Spirituels », pages 22-23, chez Dumesnil, 1767

Simon-Joseph-Pellegrin.jpg

Voir également de M. l’abbé Simon-Joseph Pellegrin :
- La Prière de l’abbé Pellegrin sur la Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ « Ô Vous, dont la Puissance en ce Jour me délivre »
- La Prière de l’abbé Pierre-Joseph Pellegrin à Notre-Dame « Reine des Cieux, après Dieu, je Vous aime par-dessus tout ce que l'on peut chérir »