Marie-5.jpg

La Prière de Madame Valmore « Ave Maria sur l'âme qui pleure » :

« Ave Maria
Sur l'âme qui pleure
Chante et verse l’heure,
Où l’ange pria ! »

Quand j'entendais le soir,
Trembler à mon oreille,
L'Angélus qui s'éveille,
Comme un germe d'espoir,
Rêveuse, sur ma porte,
Je rappelais tout bas
Quelque espérance morte
D'absence ou de trépas.

Ave Maria
Sur l'âme qui pleure
Chante et verse l’heure,
Où l’ange pria ! »

Tout ce que nous pleurons,
Plein d’une grâce austère,
Revient-il sur la terre,
Pour nous dire « Espérons ! »
Car à ce ciel qui sonne,
Ma tristesse a frémi,
Comme une main frissonne
Sous la main d'un ami !

Ave Maria
Sur l'âme qui pleure
Chante et verse l’heure,
Où l’ange pria ! »

Ainsi qu'au fond des fleurs
Passe une brise errante,
Cette cloche vibrante
Entrait dans mes douleurs;
Je sentais que Dieu même
A son secret d'amour,
Et j'osais dire : « j’aime ! »,
A ce bon soir du jour.

Ave Maria
Sur l'âme qui pleure
Chante et verse l’heure,
Où l’ange pria ! »

Soupirs de l'Angélus, Vos tintements tranquilles, Dans les cris de nos villes, Ne me parviennent plus : Mais, seule et triste encore, Quand s'en va le soleil, Ma mémoire sonore Tinte dans mon sommeil :

Ave Maria Sur l'âme qui pleure Chante et verse l’heure, Où l’ange pria ! » ''

Ainsi soit-il.


Madame Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) – « Pauvres Fleurs » (1839)

Marceline-Desbordes-Valmore.jpg

Voir également de Mme Desbordes-Valmore :
La Prière de Madame Desbordes-Valmore pour l’Angélus « À genoux, le village prie et la Vierge regarde »
La Prière de Madame Valmore « Ave Maria sur l'âme qui pleure »