La Prière d’Alexandrina Maria da Costa de Balasar « Ô mon Jésus, je m’unis spirituellement à toutes les Hosties de la terre » :

« Ô mon Jésus, je m’unis spirituellement à toutes les Hosties de la terre, dans tous les lieux où vous habitez au Saint-Sacrement ; je veux y passer tous les moments de ma vie, constamment, de jour comme de nuit, joyeuse ou triste, seule ou accompagnée, à vous consoler toujours, à vous adorer, à vous aimer, à vous louer, à vous glorifier ! Ô mon Jésus, je voudrais que tant d’actes d’amour tombent sur vous, constamment, de jour comme de nuit, comme la pluie fine qui tombe du ciel pendant une journée d’hiver. Je ne voudrais pas ces actes d’amour uniquement de moi, mais de tous les cœurs, de toutes les créatures du monde entier. Oh ! Comme je voudrais aimer et vous voir aimé de tous ! Vous voyez, ô Jésus, mes désirs : acceptez-les comme si déjà je Vous aimais ! Ô Jésus, qu’il ne reste dans le monde un seul lieu où vous demeurez au Saint-Sacrement, sans qu’aujourd’hui et pour toujours, à chaque instant de ma vie, je n’y sois pour Vous dire : « Jésus, je vous aime ! Jésus, je n’appartiens qu’à vous ! Je suis votre victime, la victime de l’Eucharistie, la petite lampe de vos tabernacles ! » Ô Jésus, je veux être victime pour les prêtres, les pécheurs, ma famille. victime par amour pour vous, pour votre très sainte Passion, pour les douleurs de la Maman chérie, pour votre Cœur, pour votre sainte Volonté. Victime pour le monde entier ! Victime pour la paix, victime pour la consécration du monde à la Maman du ciel ! Ainsi soit-il. »

Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa (1904-1955)



La Promesse de « Dévotion des 6 Premiers Jeudis à la Sainte Eucharistie et au Très Saint Sacrement » que demanda Jésus à la Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa :

« Ma fille, mon épouse bien-aimée, fais que Je sois aimé, consolé et soulagé dans mon Eucharistie. Annonce ceci en mon nom : Tous ceux qui communieront respectueusement, avec sincérité et humilité, ferveur et amour les 6 premiers jeudis de cinq mois consécutifs et feront une heure d'adoration et d'intime union avec Moi, devant mon Tabernacle, Je leurs promets le Ciel. C'est pour honorer par l'Eucharistie mes saintes Plaies, honorant en premier celle de mon épaule, si oubliée. Celui qui le fera, celui qui en se souvenant de Mes divines Plaies et adjoindra celles de Ma Mère bénie en leur nom nous demandera des grâces, qu'elles soient spirituelles ou non spirituelles, Je le lui accorderai, à moins que les grâces demandées soient nuisibles à son âme. Au moment de la mort, Je prendrai Ma Très-Sainte Mère avec Moi, pour le défendre »

Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa (1904-1955)



Dans ses écrits, la Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa affirme que Jésus lui parle. Il lui demande d'être sa victime : « Combien de victimes j'ai choisies et qui se sont refusées ! Si tu m’aimes, si tu es toute à moi, ne me refuse pas ce que je te demande. Sois ma victime ».