La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Ô mon Seigneur et mon Dieu qui faites toute ma béatitude » :

« Ô mon Seigneur et mon Dieu, qui faites toute ma béatitude, je ne saurais, sans répandre des larmes de joie, dire, ainsi que je puis le dire très-véritablement, que Vous prenez plaisir d'être dans nous comme Vous êtes dans l'Eucharistie, et que, si ce n'est pas notre faute, nous pouvons jouir de cet incomparable bonheur, puisque Vous avez dit Vous-même que Vous preniez plaisir d'être avec les enfants des hommes. Quelle parole, ô mon Sauveur ! Je n'ai jamais pu l'entendre sans une extrême consolation, lors même que mes péchés m'avaient le plus éloignée de Vous. Est-il possible, mon Dieu, qu'après que Vous avez fait de si grandes faveurs à une âme, et lui avez donné de telles preuves de votre Amour, qu'il lui est impossible de douter qu'elle les ait reçues, tant les effets les lui rendent évidentes, elle continue à Vous offenser ? Oui certes, Seigneur, cela n'est que trop possible, puisqu'il ne m'est pas seulement arrivé une fois, mais plusieurs fois, et je souhaite de tout mon cœur d'être la seule coupable d'une si noire ingratitude. Il a plu néanmoins à Votre infinie bonté d'en tirer quelque bien, et de faire voir que c'est dans les plus grands maux que Vous prenez plaisir à faire éclater la grandeur de votre Miséricorde. Combien me trouvai-je donc obligée de la publier toute ma vie ! Je Vous supplie, mon Dieu, de m'accorder la grâce de ne jamais y manquer, et de faire entendre à tout le monde jusqu'où va l'excès des faveurs dont je Vous suis redevable. Elles sont si grandes, que ceux qui en ont connaissance ne les peuvent considérer sans s'étonner, et qu'elles me font souvent sortir hors de moi-même, afin de Vous mieux louer que je ne le pourrais autrement ; car, si je demeurais seule sans Votre assistance, ne me trouverais-je pas réduite à voir sécher, dans ce jardin de mon âme, les fleurs spirituelles des vertus que Vous y avez fait croître, et cette misérable terre ne redeviendrait-elle pas aussi aride qu'elle l'était auparavant ? Ne le permettez pas, mon Sauveur, ne souffrez pas qu'une âme que Vous avez rachetée par tant de travaux, et que l'on peut dire que Vous avez encore rachetée diverses fois en la tirant d'entre les griffes de ce dragon infernal, se perde misérablement. Ainsi soit-il. »

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582)

Therese-d-Avila.jpg

Voir également de Sainte Thérèse d'Avila :
La « Catéchèse de Benoît XVI » sur Sainte Thérèse d'Avila
La « Prière à Saint Joseph pour demander des Vocations Religieuses » de Sainte Thérèse d'Avila
Les « Autres Prières à Saint Joseph » de Sainte Thérèse d’Avila
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Mon Père, vos délices sont d'être avec les enfants des hommes »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Ô Dieu de mon âme, comme nous sommes prompts à vous offenser »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Mon Dieu, je ne veux rien d'autre que Vous aimer »
La Prière de la Grande Sainte Thérèse de Jésus « Je suis à Vous, qu'ordonnez-vous qu'il soit fait de moi ? »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Seigneur, dans le silence de ce jour naissant, je viens Te demander la paix, la sagesse et la force »
Le Cantique à Saint Joseph de Sainte Thérèse d'Avila « Joseph, votre admirable vie se passa dans l'humilité »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Que rien ne te trouble… Dieu seul suffit ! »
La Prière du « Notre Père » commentée par Sainte Thérèse d'Avila
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Réjouis-toi, ô mon âme »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Le Seigneur ne nous demande que deux choses : l'amour de Dieu et l'amour du prochain »
La Prière de Sainte Thérèse d'Avila « Ô mon Seigneur et mon Dieu qui faites toute ma béatitude »