Louange-a-Dieu.jpg

La Prière de repentance de l’abbé Lacoste « Mes plus belles années, ô mon Dieu, je les ai perdues en ne Vous les consacrant pas » :

« Pardon, Seigneur, pardon ! Suspendez l'arrêt de notre condamnation et retenez Votre bras. Assez et trop longtemps, ô mon Dieu, j'ai vécu dans une sorte d'indifférence et d'insensibilité, dans l'oubli de vos Grâces et de tous mes devoirs. Mes plus belles années, je les ai perdues en ne Vous les consacrant pas ; les richesses dont Vous aviez comblé mon âme, mon ingratitude les a toutes dissipées. Comme une eau fugitive, elles s'écoulèrent entre mes mains. Fallait-il donc qu’on me rappelât enfin à la reconnaissance que je Vous dois ? N'était-ce pas à mon cœur à m'en instruire ? Ah ! Qu’il sorte de la léthargie funeste dans laquelle il s'était plongé : douteux de ses égarements et fidèle à vos Dons, qu'il Vous bénisse sans cesse, ô mon Seigneur, ô mon Dieu ; qu'il s'occupe à jamais de Vous et de votre Amour. Et n'est-ce pas son plus grand intérêt et son bonheur de Vous aimer, comme le plus grand malheur serait de ne pas Vous aimer ? »

Ainsi soit-il.


Abbé Philibert-Augustin Lacoste (1762-1848) - « Discours V sur le Premier Commandement et la Confiance en Dieu » dans la Collection intégrale et universelle des Orateurs sacrés de Jacques-Paul Migne, tome 99, page 859, aux Ateliers Catholiques, 1866


Voir également de M. l’abbé Philibert-Augustin Lacoste :
- La Prière de M. l’abbé Lacoste « Vous serez, ô mon Dieu, toujours à ma droite pour repousser le démon »
- La Prière de repentance de l’abbé Lacoste « Mes plus belles années, ô mon Dieu, je les ai perdues en ne Vous les consacrant pas »