La Prière du Bienheureux Henri Suso « Je louerai le Seigneur toute ma vie » :

« Je louerai le Seigneur toute ma vie, je chanterai mon Dieu aussi longtemps que je serai. Ô Dieu, qui donnera à mon cœur plein d'amour d'accomplir mon désir de te louer ? Ô Maître, si mon cœur pouvait exhaler autant d'accents mélodieux qu'il y a de sons de harpe étonnants et doux et de jeux de feuillage et de gazon ; si toutes ces mélodies pouvaient monter devant toi en la cour céleste ; si de mon cœur pouvait s'élever une louange nouvelle et inouïe qui plût à mon Maître et fît la joie de toute l'armée céleste ! Aimable Maître, je ne suis pas digne de te louer, mais mon âme désire que le ciel te loue en sa ravissante beauté, avec l'éclat du soleil et la lumière de millions d'étoiles, et la prairie aux jours d'été dans la parure joyeuse et variée de ses fleurs, et toutes les douces pensées et tous les ardents désirs qu'un cœur pur et aimant a jamais élevés vers toi dans les claires délices d'un été que ton esprit illuminait ! Quand je veux te louer, toi, le Bien sans mesure, il brille dans mon cœur quelque chose que les paroles ne rendent pas. Les plus belles créatures, les esprits les plus sublimes, les êtres les plus purs, tout est infiniment au-dessous de toi. Mais si je plonge dans l'abîme de ta bonté propre, ô Maître, toute louange est si petite qu'elle disparaît. Je parcours le firmament et la terre, la surface et l'abîme, la forêt et la prairie, la montagne et la vallée : tout, ensemble, fait retentir à mes oreilles la symphonie de ta gloire sans limites. Quand je pense à toi, le Bien louable, tu es celui que mon âme a choisi comme l'unique objet de son amour ; mon cœur en moi voudrait te chanter jusqu'à en mourir ! Maître, ma tendre Sagesse éternelle, je désire qu'au matin quand mes yeux s'ouvrent, mon cœur s'ouvre aussi et que de lui monte vers toi, comme une flamme de louange, le plus tendre amour d'un cœur qui aime ici-bas, l'amour infini dont toi-même, ô Père, tu aimes ton Fils unique dans le rayonnement de votre commun Esprit. Que ma louange éclate et retentisse dans ton cœur paternel plus suavement qu'aucun son de harpe, ici-bas, n'a jamais ravi une âme libre. Que ma flamme d'amour dégage un parfum de louange plus exquis que toutes les plantes et racines aromatiques broyées ensemble. Qu'elle soit si belle, en sa parure de grâce, qu'aucun mois de mai ne présente de fleurs semblables. Je désire que cette flamme d'amour brûle en tout temps dans toutes mes prières; qu'elle soit dans ma bouche, dans mon chant, dans mes pensées, dans mes paroles et dans mes actes. Qu'elle mette en fuite mes ennemis, efface mes fautes, implore ta grâce, me mérite une sainte mort, en sorte que la fin de cette louange terrestre ne soit que le commencement de l'éternelle louange qui durera toujours. Amen. »

Bienheureux Henri Suso (1295-1365)

Henri-Suso.jpg

Voir également du Bienheureux Henri Suso :
La Prière du Matin « Oh ! Très doux Jésus-Christ » du Bienheureux Henri Suso
La Prière du Bienheureux Henri Suso « Je louerai le Seigneur toute ma vie »
La Prière Mariale du Bienheureux Henri Suso « Mère de la Grâce et de la Miséricorde, prends-moi sous Ta protection »
La Prière du Frère Henri Suso « Seigneur, comme il T’en coûta cher de me sauver »
La Prière du Bienheureux Révérend Père Henri Suso « Seigneur, comme Tu m'as longtemps attendu »
La Prière du Bienheureux R. Père Henri Suso « Pour moi, Seigneur, la meilleure source de louange, c'est le souvenir de ta Bonté »
La Prière du Bienheureux Dominicain Henri Suso « Ô éternelle Sagesse, toute Belle et Lumineuse, mon âme T'a désirée cette nuit »
La Prière du Révérend Père Henri Suso « Fais de moi, seigneur, ce que Tu veux »
La Prière du Révérend Père Henri Suso « Fais-Toi connaitre, Seigneur »