La Prière du Bienheureux Paul Giustiniani « Comme le navire, qui fend la mer, ne laisse derrière lui aucune trace du parcours qu’il a fait » :

« Comme le navire, qui fend la mer, ne laisse derrière lui aucune trace du parcours qu’il a fait, ainsi notre âme, sous la conduite de l’Esprit divin, en traversant l’immense mer et l’abîme des contemplations divines, ne devrait pas voir, si elle se retournait, le chemin par où elle est passée, ni comment elle est parvenue à tel point donné. Si tu avais pris tout cela en considération, cher frère en Christ, tu n’aurais probablement pas demandé ni à moi ni à d’autres que te fût suggérée une manière de prier ; mais tu te serais plutôt complètement abandonné à l’Esprit divin, sans prétention de connaître ni la voie ni comment Il Te guide. Souviens-toi alors que dans tes oraisons, c’est-à-dire quand tu es en prière, la méthode la meilleure est celle de n’en avoir aucune et que la forme la meilleure est de n’en avoir aucune. Puisque l’oraison naît de cet Esprit qui est généreux en ses dons, surabondant et divers, de même divers et variés et quasi infinis sont les modes et les formes que prend la prière. Ainsi soit-il. »

Bienheureux Paul Giustiniani (1476-1528)

Paul-Giustiniani.jpg

Voir également du bienheureux Paul Giustiniani :
La Prière du Bienheureux Paul Giustiniani « Mon Dieu, selon la mesure infinie de Ta grandeur et de Ta bonté, relève-moi, et je ressusciterai »
La Prière du Bienheureux Paul Giustiniani « Comme le navire, qui fend la mer, ne laisse derrière lui aucune trace du parcours qu’il a fait »
La Prière de Paul Giustiniani sur la Charité « Rien ne pourra me séparer de la charité de Dieu qui est en Jésus-Christ »