Onction-des-malades.jpg

La Prière de Philippe Berruyer « Ô Jésus, je crois indubitablement que je Vous possède dans ce Sacrement » :

« Ô très doux et très aimable Jésus, combien grande est la douceur d'une âme sainte qui se voit appelée au festin de l'Eternité, où elle n’à point d'autre aliment que Vous-même qui êtes son souverain Bien, et Celui qu'elle désire au-dessus de toutes les choses du monde ! Je crois indubitablement que je Vous possède dans ce Sacrement, et je veux mourir dans cette foi comme j'y ai vécu ; mais ne Vous voyant pas à découvert, je désire avec une ardeur incroyable d’aller Vous contempler dans le Ciel : car, pour Vous ouvrir tout le fond de mon cœur, il n'y a que Vous seul qui puissiez me consoler et me donner un véritable repos : toutes les créatures ne me sont rien : Vous êtes tout mon Trésor, Vous êtes tout mon Bonheur, et je ne puis avoir de joie et de contentement que dans l'heureuse possession de Votre divinité et de Votre humanité ».

Ainsi soit-il.


Saint Philippe Berruyer (1190-1260)